Catégories
dégustation rouge

Comment déguster un bon Barolo sans casser sa tirelire

Vous aimez le Barolo « à l’ancienne », mais le prix de la bouteille vous crispe, vous repousse ? Une bonne solution pourrait être de se tourner vers ce que j’appellerais les seconds vins de Barolo, commercialisés sous le nom Langhe Nebbiolo. Comme d’habitude, ce conseil n’a de sens que si le vigneron est de qualité. Un Langhe Nebbiolo élaboré avec de piètres raisins et vinifié par un maladroit sera toujours trop cher, même si le prix affiché est attirant.

Autre qualité du Langhe Nebbiolo: il est accessible au moment de sa mise sur le marché, inutile de passer par 10 ans de cave avant de déboucher.

Rivetto est un Domaine basé dans le village de Serralunga (c’est l’est du Barolo) qui combine une approche « à l’ancienne » avec la modernité du bio. Ne pas s’étonner de la couleur du vin, assez pâle et légèrement tuilée, c’est une conséquence prévisible du raisin nebbiolo en combinaison avec une vinification qui extrait modérément.

Le nez est subtil, épicé, « oxygéné » par un séjour en botti (foudres en bois). La bouche est dense, puissante et nette. A l’aveugle, ce Langhe se ferait facilement passer pour un Barolo, toujours bien plus cher.

A noter que, dans le respect de la législation, le vigneron a choisi d’assembler 97% de nebbiolo avec 3% de barbera. Les raisins proviennent d’un vignoble situé à quelques pas à l’extérieur de la zone du Barolo, ce qui fait toute la différence dans le prix et finalement assez peu de différence dans le verre. Altitude: 340 à 400 mètres.

La biodynamie, certifiée par Demeter, est revendiquée sur le site Internet du vigneron, mais n’est pas affichée sur l’étiquette.

Enrico, en version champêtre…

Je vous parie que le vigneron, Enrico Rivetto, va faire parler de lui, de plus en plus fort. Il est déjà suffisamment reconnu aujourd’hui pour être en mesure de vendre son Barolo cru Briccolina à …€ 135. Gloups !

Rivetto Langhe Nebbiolo 2019 est disponible dans le magasin. En dégustation ce samedi 23 octobre.

Catégories
dégustation domaine rouge

Des rouges d’exceptionnelle finesse

Vous avez aimé Leirana, albariño de Galice ? Alors permettez-moi de vous présenter le projet Castro Candaz, créé en 2014 par le même duo que Leirana: Raul Perez et Rodri Mendez. Nous sommes toujours en Galice, mais à l’intérieur des terres, bien loin de l’océan. Et la spécialité ici, ce sont les vins rouges, élaborés avec le cépage mencia.

Quelques mots au sujet du nom du Domaine. Candaz Castro, ce sont d’abord les vestiges d’une ville celtique, romaine puis médiévale. C’est d’autant plus spectaculaire que les ruines se situent sur un promontoire dans la rivière Miño, à un endroit où cette rivière ressemble plutôt à un lac allongé. Il est bien possible que les pierres utilisées pour construire les terrasses dans le vignoble tout proche aient été prélevées dans le château ruiné.

L’appellation, c’est Ribeira Sacra. Rivage sacré en français (en violet sur la carte ci-dessous). Pensez au Rhône entre Vienne et Valence, au Douro jusqu’à Porto ou à la Moselle allemande: des vignobles qui doivent beaucoup à la rivière qui les traverse. Ici, nous avons droit à deux rivières: l’affluent Rio Sil au sud et le fleuve Rio Miño …au nord. Ce Rio Miño finira par se jeter dans l’Atlantique après avoir formé la frontière naturelle entre l’Espagne et le Portugal.

La mencia domine l’encépagement. Ce cépage, encore peu connu en dehors de la Galice et de la Castille toute proche il y a vingt ans, incarne aujourd’hui un type de vin rouge original, bien différent de ce qui se produit dans la Rioja, en Catalogne et dans toutes les régions sous l’influence de la Méditerranée. Ici, c’est la fraîcheur et l’énergie qui signent les vins, du moins ceux élaborés par les meilleurs vignerons.

En Castille (appellation Bierzo), la mencia peut se montrer difficile à déguster jeune en raison de tannins assez massifs. Les vins ont besoin de temps pour se fondre. En Galice (appellation Ribeira Sacra), ces tannins sont moins présents, alors que la finesse des meilleurs vins est évidente. Très difficile de « traduire » la mencia en un cépage mieux connu dans nos contrées francocentrées: la littérature évoque la syrah, le cabernet franc et le pinot noir. Et je me permets d’y rajouter le grenache…

Raul Perez et Rodri Mendez, jamais à court d’idées, ont cherché des vignes de mencia du côté de Chantada pour vérifier ce qu’ils pouvaient en faire. Le projet Castro Candaz se décline sous la forme de trois vins rouges et d’un vin blanc (cépage Godello). Concentrons-nous sur les rouges: il y a d’abord un vin de type « joven » -en 100% mencia- avec très peu d’élevage, ensuite une cuvée qui assemble les raisins en provenance de 5 parcelles de vieilles vignes, avec un élevage sous bois (grands contenants, pas de bois neuf) et enfin une cuvée parcellaire, avec le même élevage.

En dégustation, le « joven » (NB: ce terme ne figure pas sur l’étiquette, je l’utilise pour faciliter la communication) commence par un nez terreux et minéral avant que le fruit ne prenne le relais. La bouche est superbe, énergique, assez concentrée, avec de bons petits tannins. Il y a de la matière, mais assez peu de puissance alcoolique (13%). Ma comparaison préférée et subjective: un Loire de cabernet franc, bien mûr et enjôleur.

La cuvée d’assemblage s’appelle Finca El Curvado. C’est à la fois un assemblage de cinq parcelles, mais également un assemblage de plusieurs cépages (les vieilles parcelles sont très souvent complantées): mencia en très large majorité, avec merenzao (mieux connu sous d’autres noms: bastardo et trousseau) et alicante bouschet (oui, oui, c’est bien le cépage teinturier que l’on trouve encore dans quelques coins obscurs du Languedoc). Le nez est profond, avec un joli floral. A l’aveugle, on sera tenté parfois d’évoquer le pinot noir, parfois la syrah. La bouche est fraîche et épicée, précise et énergique. Malgré quelques tannins d’excellente facture, j’ai envie d’utiliser le terme « aérien » que je réserve en général aux meilleurs rieslings allemands. Grand vin.

La cuvée parcellaire s’appelle A Boca do Demo. Une unique parcelle, en grande majorité mencia, avec un peu de merenzao. Une expérience étonnante. Le nez évoque pour moi quelque chose entre pinot noir et grenache. La bouche est très délicate, difficile de reconnaître le cépage. Vin à la fois très intense et très léger. Finesse exceptionnelle, grand vin.

Castro Candaz « joven » et Finca El Curvado sont disponibles dans le magasin. En dégustation ce samedi 23 octobre.

A Boca do Demo sur demande uniquement et sans aucune garantie de disponibilité.

Catégories
blanc domaine

C’est du brutal…

Méfiez-vous des cornes de l’animal. Si votre tante Josiane aime beaucoup son chardonnay chilien de chez Delfour (ou de chez Carhaize), si votre oncle Marcel ne jure que par Meursault *, NE PAS LEUR SERVIR CECI, sous peine d’être déshérité dans l’heure qui suit.

Nous sommes aux Îles Canaries, donc en Espagne africaine. El Hierro est l’île la plus occidentale. Les paysages sont puissants, énormes, violents. Pendant l’hiver 2011-2012, le volcan s’est réveillé, avec émission sous-marine de lave au sud-ouest de l’île. 10.000 habitants, peu de tourisme, des ananas, des bananes, des lézards géants et des vignes, de très vieilles vignes. C’est Jurassic Park…

El Hierro: volcan et océan

Une équipe de zinzins qui se lancent dans l’aventure du vin en 2018. Ils rassemblent l’argent « en trompant les banques, les amis et la famille » (la traduction est mienne, mais l’humour est local). Ils décident de nommer le Domaine « Bimbache », en l’honneur de la population autochtone de l’île. Ils chouchoutent des vignes complantées où dominent les cépages verijadiego et listan blanco. Ils rassemblent différentes parcelles, au nord de l’île, sur des sols de lave noire. En cave, la philosophie est non-interventionniste. 

C’est du brutal. De la quintessence de volcan océanique. Une expérience de l’ordre de l’extra-terrestre. Extrême minéralité se révélant entre le pétrole et la coquille d’huître. Acidité relativement basse. Je n’ai jamais rien goûté de similaire. A prendre avec de solides pincettes: cela pourrait évoquer la manzanilla de Jerez, en version pasada.

Et qu’est-ce que je viens d’apprendre, en farfouillant dans ma documentation ? Le cépage listan blanco ne fait qu’un avec le palomino, LE cépage de Jerez. Comme quoi, la comparaison ci-dessus pourrait être moins farfelue que je ne l’imaginais.

* Marcel Meursault … Marcel Marceau. Jeu de mots, jeux de mime. Je vous présente mes excuses …

Le carnaval de El Hierro: vous allez comprendre pourquoi le logo du Domaine est une bête à cornes. Attention, ça décoiffe solidement.

Bimbache Blanco, El Hierro 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Du changement chez Pignier, en Jura

La famille Pignier: Marie-Florence, Antoine et Jean-Etienne

Le bouleversement climatique n’est plus la vision d’un avenir compromis, c’est une histoire de chaque jour et de chaque millésime. Les vignerons peuvent faire le gros dos en espérant que ça passe, mais ils seront déçus. Ne pas agir maintenant condamne les vins de demain. Le degré alcoolique monte, monte …et cela conduit à élaborer des vins plus puissants qu’élégants, possiblement lourds, sans colonne vertébrale ni énergie.

Je me souviens d’avoir goûté la cuvée « A la Percenette » en millésime 2018. J’ai tout tenté pour lui trouver plein de qualités et, en conséquence, pour vous le proposer. J’ai renoncé. 15,23% d’alcool. Trop is te veel. Je n’aurais pas été capable de défendre ce vin.

Donc, inquiétude pour les millésimes ultérieurs et en particulier pour le 2019.

Eh bien, le Domaine Pignier a réfléchi et agi. Les raisins du lieu-dit « A la Percenette » (plein sud) sont maintenant assemblés avec d’autres raisins (toujours du chardonnay, sous un nom local: melon à queue rouge) qui proviennent de parcelles plus froides, moins exposées au soleil ardent. Ce changement implique de renoncer au nom de la cuvée. Donc bye-bye « A la Percenette » et bienvenue à la nouvelle cuvée « Chardonnay de La Reculée« . En géologie jurassienne, une reculée est une vallée.

Le bénéfice est immédiat: 13,5% d’alcool pour ce millésime 2019 avec un équilibre qui n’est pas sans rappeler le très réussi « A la Percenette » en millésime 2015. Le nez est très pur, la bouche splendidement équilibrée. Vin floral, intense qui me donne terriblement envie d’utiliser l’expression « eau de roche« , quelque chose qui évoque le cristal. J’ai conclu ma note de dégustation pour « bravo !« .

Fermenté et élevé en fûts de chêne de type 228 litres, mais le boisé est à peine perceptible (dosage intelligent du bois: assez pour oxygéner le vin, trop peu pour le marquer aromatiquement).

Pour éviter tout éventuel malentendu, ce « Chardonnay de La Reculée » est un vin ouillé, classique, comme en Bourgogne: rien à voir avec un Vin Jaune ou avec un vin sous voile. Ce n’est donc pas un vin oxydatif.

Utilisation du soufre très limitée, à 50 mg/litre.

Rien n’oblige à le confier longuement à votre cave, il se déguste déjà très bien. Néanmoins, imaginons qu’une bouteille se planque dans un coin sombre et que vous ne retombiez dessus que dans 10 ou 12 ans. Très très jolie surprise en vue !

***

Domaine Pignier, Côtes du Jura, Chardonnay de La Reculée 2019 est disponible dans le magasin. En dégustation ce samedi 23 octobre.

Catégories
domaine rouge

L’excellence en Chianti Classico

Les villages du Chianti Classico

Imaginons que vous, cher lecteur, chère lectrice, êtes passionné par le Chianti. Vous connaissez les meilleurs Domaines et les bons millésimes, vous avez déjà pris quelques vacances à l’ombre des cyprès toscans, vous faites partie du club des adorateurs du Coq Noir (…Il Gallo Nero…) et vous pouvez répéter très vite -et sans vous prendre la langue entre les dents- Gaiole, Radda, Castellina, Greve et quelques autres villages qui forment ensemble le cœur historique du Chianti, encore appelé Chianti Classico.

Le hameau de Castell’in Villa: le Domaine est également un « agriturismo« 

Et pourtant, je suis prêt à parier que le Domaine Castell’in Villa ne vous dit pas grand-chose. Autant ce Domaine est connu des amateurs italiens et anglo-saxons, autant il semble que sa notoriété soit faible en Francophonie. Je ne pose aucune hypothèse explicative pour ce qui concerne la France, mais, pour la Belgique francophone, je pense qu’il s’agit d’un simple problème de distribution: pas de caviste pour le mettre à disposition des amateurs d’ici. Loin des yeux, loin du cœur …et le Domaine disparaît dans l’oubli éternel.

…Eternel, non. Anthocyane veille au grain. J’ai goûté, regoûté et approuvé. Mon mérite est limité, puisque plusieurs oeno-célébrités m’ont précédé: en particulier, pour Hugh Johnson, le Domaine est ***.

Le Domaine se situe à Castelnuovo Berardenga, à l’extrême sud de l’appellation, pas bien loin de Sienne. Les généralisations sont souvent sujettes à caution, mais les vignobles de cette commune sont réputés pour permettre l’élaboration de vins élégantstanniquesintenses et susceptibles de se bonifier considérablement au vieillissement. La propriétaire, principessa Coralia Ghertsos in Pignatelli della Leonessa, est d’origine grecque, autodidacte et particulièrement attachée aux vinification et élevage traditionnels: ici, c’est la principauté du style « à l’ancienne« . Ni forte extraction, ni couleur violacée, ni taux d’alcool très élevé. C’est aussi la primauté donnée au cépage sangiovese.

En dégustation, le Chianti 2017 incarne le style de la maison: 100% sangiovese, couleur rouge brique, style oxygéné lié à l’élevage en « botti » (petits foudres) usagés pendant 12 mois, bons tannins, notes terreuses et épicées, jambon fumé. Aucune sensation chaude/alcooleuse. Pourrait évoquer certains Rioja traditionnels.

Le Riserva 2015 est un feu d’artifice ! Couleur rouge brique, nez sur la rose fanée et l’encens avec des nuances de zeste d’orange. En bouche, énormément de finesse, posée sur un lit de tannins assez fondus. Très savoureux. Le verre vide s’exprime avec noblesse: cigare, bois noble, cerise. Elevage de 2 à 3 ans en « botti » (petits foudres). Grand vin. Le prix me semble justifié.

***

Le Chianti Classico Castell’in Villa 2017 et le Chianti Classico Castell’in Villa Riserva 2015 sont disponibles dans le magasin. Le millésime 2017 est en dégustation ce samedi 23 octobre.

Catégories
blanc domaine

Intensité et légèreté: la combinaison magique

Peter Lauer, Sarre (Allemagne), Unterstenberg 2020

Certains vins ne nécessitent que fort peu d’explications, tout est implicitement contenu dans quelques syllabes: Château Mouton-Rothschild 2016 dit à peu près tout ce qu’il faut savoir (sauf le prix, mais c’est un autre sujet). Le vin allemand présenté ici mérite certainement de lui consacrer un peu d’encre numérique.

C’est un vin de Moselle, plus précisément issu de la Sarre. Selon Google Maps, il faut moins de 3 heures depuis Bruxelles pour y garer son véhicule. On est à un bon saut de puce de la frontière luxembourgeoise et à un petit saut de puce de la ville de Trier (Trêves), laquelle mérite un détour, en langage Michelin. Le Domaine Peter Lauer héberge également un hôtel et un restaurant, ce qui commence à ressembler à un chouette week-end (…mais c’est un autre sujet).

C’est là !

Bon, commençons par le début: est-ce du riesling ? Certes. Est-ce un vin sec ? Question classique à laquelle j’ai envie de donner une double réponse. Première réponse: oui. Deuxième réponse: euh…ce n’est pas aussi simple que cela. Dans cette bouteille, 8 grammes de sucre résiduel par litre de vin. Techniquement, en Allemagne, cela en fait un vin sec, puisqu’y est considéré comme sec tout vin, avec une acidité suffisante, qui contient moins de 9 grammes de sucre résiduel par litre.

Florian Lauer, le vigneron, ne revendique pas le fait qu’il s’agisse d’un vin sec, puisqu’il le qualifie sur l’étiquette de TF, c’est-à-dire « trocken-feinherb », ce qui donne en traduction libre: « vin dont le profil est intermédiaire entre sec et demi-sec« . A la dégustation, le vin fait preuve de ruse et donne ainsi au dégustateur une bonne occasion de tourner sept fois sa langue avant toute déclaration définitive: ça commence en bouche avec une très agréable petite sucrosité mais cela finit bien sec, facilitant ainsi la tâche de celui ou celle qui va se charger de l’accord entre les mets et ce vin.

Donc, n’ayez pas peur, c’est un riesling gastronomiquement très intéressant. Le nez est épicé, la bouche, délicate et saline, offre un joli citron vert.

Ayler Kupp

« Dis, Philippe, ça a l’air intéressant, mais ce n’est pas donné: j’hésite ». Je comprends ce doute. C’est sain. Pour y répondre, je nous plonge illico presto dans le Grand Cru Kupp. Comme ce Grand Cru se situe dans le village d’Ayl, on l’appelle habituellement Ayler Kupp. Le nom de la cuvée, Unterstenberg, est en fait le nom d’un lieu-dit au sein du Grand Cru Ayler Kupp. Ce Grand Cru s’étend sur 49 hectares et seules les meilleures parcelles, en particulier celles orientées au sud, sont de haute qualité. Unterstenberg est orientée au sud. Les vignes sont âgées de 66 ans, elles poussent directement dans l’ardoise. La pente du vignoble varie entre 10 et …55%. L’élevage est assez court, en fûts usagés de 1.000 litres.

Ceux et celles qui me font l’honneur de me lire régulièrement reconnaîtront assurément ce qui suit: ce qui me passionne dans les meilleurs vins de la Moselle, c’est leur capacité à combiner légèreté et intensité, précision et énergie.

Je suggère d’en ouvrir une bouteille en 2022 et d’en conserver une autre jusqu’en 2028. Et, qui sait, une troisième pour 2025…

***

Peter Lauer, Grand Cru Ayler Kupp, Unterstenberg 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc

Vulkangestein

L’incarnation d’un grand riesling allemand. L’intensité du volcan, la combinaison du fruit et du caillou, la puissante trame acide, la parfaite maîtrise du degré alcoolique (12,5%) malgré le bouleversement climatique, la concentration et la finesse, le zeste de citron et les épices. Je pourrais rajouter quelques superlatifs, une grande majorité d’entre eux conviendraient en effet pour décrire ce vin. Si goûté jeune, je recommande un passage en carafe.

La comparaison va peut-être sembler étonnante, mais je m’y risque: on évolue ici dans un monde finalement assez proche de celui des meilleurs assyrtikos de Santorin: est-ce la signature volcanique ?

Pour être complet, il me faut indiquer que l’analyse du vin révèlerait la présence de 3 grammes de sucre. Mais classer ce Vulkangestein parmi les demi-secs serait totalement erroné. Le sucre n’apparait absolument pas en tant que tel lors de la dégustation. Le vin se goûte sec, grâce à une très forte acidité analytique (8 grammes).

Felsenberg, parcelle classée Grand Cru à Schlossböckelheim (Nahe)

Ce vin est un assemblage de raisins issus de parcelles volcaniques classées en grand cru: 50% du célèbre Felsenberg, 50% du Stromberg. Les vignes sont âgées de 25 à 35 ans. C’est à cause de cette -très relative- jeunesse que le raisin n’entre pas dans les GG’s Felsenberg et Stromberg. On peut supposer que le GG Felsenberg est encore meilleur que ce Vulkangestein, mais il coûte € 53 et mérite une longue garde pour affirmer sa supériorité.

Nous sommes dans la Nahe, région qui porte le nom de la rivière qui la traverse. Cela se situe entre Moselle et Rheingau. La grande ville la plus proche, c’est Francfort. Les vignobles sont pentus. Franchement pentus: déclivité de 50 à 60% au Felsenberg !

Tim Fröhlich, le vigneron, fait partie de l’élite du vignoble allemand: on peut sans exagérer comparer son statut à celui d’un *** dans le guide de la Revue du Vin de France. En Allemagne, c’est 5 étoiles (sur un maximum de 5) dans le guide Eichelmann. Seuls 32 vignerons allemands reçoivent cette distinction suprême dans l’édition 2021 du guide.

Schäfer-Fröhlich, riesling Vulkangestein 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Jus de Málaga

Alors, pour cette fois, un vin improbable qui se révèle assez amusant ! Le genre de surprise que j’adore. On croit qu’on sait …et rien ne se passe comme prévu. La gauche est à droite, le sud est au nord. Rationnel ou irrationnel ?

Commençons par le commencement: ce vin s’appelle La Ola del Melillero et il est aussi blanc qu’andalou.

« La Ola » on connaît bien depuis la Coupe du Monde de football au Mexique en 1986: les spectateurs se lèvent et s’assoient en rythme. Ensemble ils forment une vague. Donc, la vague.

« Melillero » est dérivé du nom d’une enclave espagnole sur le côte africaine: Melilla (on connaît mieux l’autre enclave, Ceuta, pour des raisons migratoires). « El Melillero » est le surnom donné au bateau TGV qui relie quotidiennement Melilla à Málaga: à 19h30, le bateau freine et provoque une vague bien connue de ceux et celles qui bronzent sur les plages locales. L’étiquette du vin représente la scène, sous une forme carrément vintage.

Baigneuse vintage, légèrement apeurée, confrontée à la vague créée par le bateau…

Voilà pour la couleur locale. Et dans le flacon ? Un instant, donnons-nous encore quelques secondes pour observer l’étiquette: cépage = pedro ximenez; alcool = 11%. Cocktail surprenant, sachant que le pedro ximenez est connu pour être à l’origine du Sherry (très) doux, vin de couleur (très) sombre, muté, avec un taux d’alcool (très) élevé. On y revient plus bas.

Victoria Ordoñez (et ses fils) prennent le parti de faire les choses différemment: La Ola del Melillero 2018 est un blanc pâle, sec et léger.

Le nom de l’appellation « Sierras de Málaga » rappelle que, malgré la présence massive de la mer, le relief est escarpé, avec des altitudes grimpant jusqu’à 1.000 mètres et avec des pentes vertigineuses jusqu’à 75%. Les six parcelles de pedro ximenez qui sont à l’origine de ce vin, sont âgées de 30 à 150 (sic) ans. C’est une viticulture de montagne qui impose beaucoup de travail manuel et l’aide précieuse de mules.

En dégustation, le nez est aromatique, sur la poire. Des épices apparaissent progressivement. On se dit que le vin pourrait être moelleux. Erreur ! La bouche est sèche, fluide et fraîche. Cette fraîcheur est mystérieuse parce que l’acidité est plutôt basse et qu’il n’y a aucune amertume. Peut-être une nuance mentholée ? L’alcool est discret (11% …en effet), cela confère une grande légèreté à ce vin surprenant, quelque chose d’aérien. J’intellectualise sans doute, mais cet Ola m’évoque subrepticement un Sherry Fino non muté (je sais, ce n’est pourtant ni le même cépage, ni le même élevage).

Aucun boisé n’est perceptible (pour le style crianza, l’appellation Sierras de Málaga impose néanmoins un passage sous bois de 6 mois, lequel a donc été bien géré).

La Ola del Melillero 2018 est un vin différent, spécial, gentil. Il ne tente pas de s’imposer par la force, il joue une petite musique douce non-dénuée de charme.

Victoria Ordoñez, Sierras de Málaga, La Ola del Melillero 2018 est disponible dans le magasin.

Catégories
domaine rouge

La Colombière est en pleine forme !

Un vin proposé par Anthocyane au printemps 2013. A l’époque où j’importais directement les vins de France, en l’occurrence de Fronton, appellation proche de Toulouse, spécialisée dans le cépage négrette.

Quelques bouteilles de ce Coste Rouge 2010 avaient pris le chemin de ma cave personnelle et la dernière d’entre elles a été bue hier soir. Cela se vendait € 13 et je confirme que ça les valait bien !

Le vin a évolué avec grâce, conservant une chair goûtue et un équilibre impeccable. Très savoureux et d’une finesse que l’on n’associe pas forcément aux vins du Sud-Ouest. C’était -déjà- un vin issu de raisins de l’agriculture biologique et c’était signé par les vignerons amoureux, Philippe et Diane Cauvin.

Catégories
domaine rouge

Marcel Lapierre, millésime 2020

Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves: le Rhône, la Saône et le Beaujolais.

D’abord, les Raisins Gaulois: que le temps passe vite: je me rends compte que je ne vous ai plus proposé cette cuvée de jeunes vignes depuis le millésime … 2015. Bon, on rattrape le temps perdu là, maintenant, tout de suite: voici 2020 et glou et glou et glou !

Il y a des vins pour analyser, converser, débattre. C’est très bien, je ne pourrais d’ailleurs pas m’en passer. Et il y a des vins pour faire la fête, rire et trouver que ce monde a, malgré tout, des côtés attachants. En fait, de novembre à Pâques, on picole le Beaujolais Nouveau (attention, le bon Beaujolais Nouveau !) et à partir de Pâques, on passe aux Raisins Gaulois. C’est croquant, fruité et tellement souriant.

Ne stockez pas en perspective de l’été 2022, c’est fait pour avoir été bu avant que 2021 ne nous quitte.

Moyenne d’âge des vignes: 15 ans. Géologie granitique, vendanges manuelles. Elevage bref, en cuves inox (pas de bois). Légèrement sulfité uniquement à la mise en bouteilles.

Ensuite, le Morgon: que de violettes, que de cerises ! Ce Morgon incarne une certaine idée du vin et cela depuis bien longtemps: ici, le bio est une évidence, au point de ne pas le mentionner sur l’étiquette. La vinification sans soufre a été testée par le Domaine dès 1981: 40 ans d’une précieuse expérience vous contemplent depuis les collines du Beaujolais !

Mais pas d’intégrisme: le Domaine donne le choix à ses clients entre une cuvée 100% sans soufre ajouté (en insistant que ces vins sont fragiles et qu’ils doivent être conservés dans des conditions idéales) et une cuvée « S », légèrement sulfitée à la mise en bouteilles, de façon à protéger le vin contre les variations de température. Pour savoir quelle cuvée vous dégustez, repérez la présence du « S » sur la contre-étiquette, en bas et à gauche. Ou son absence.

Dès 2004, Marcel est rejoint sur l’exploitation par son fils Mathieu. Sa fille Camille s’y met à son tour en 2013. Marcel s’est éteint il y a une dizaine d’années, mais il a eu le temps de la transmission.

Certaines années, le Domaine propose une cuvée haut-de-gamme, avec le millésime en chiffres romains. C’était par exemple le cas en 2019. Mais pas en 2020, ce qui signifie que la cuvée classique est enrichie par les raisins qui auraient été utilisés pour la cuvée haut-de-gamme.

En dégustation, le vin se révèle, comme d’habitude, d’un fruit considérable et d’une grande densité de matière. La finale est légèrement plus tannique qu’en 2018, mais pas au point de désorienter qui que ce soit. J’apprécie aussi beaucoup la finale de ce 2020 qui laisse apercevoir que, au-delà du grand fruit, il y a une vraie minéralité. C’est très bon maintenant, mais quelques années de cave peuvent s’avérer très sympathiques pour redécouvrir ce vin sous un autre angle. Cela dit, cachez bien les bouteilles destinées à la garde, parce que la tentation du tire-bouchon vous guettera en permanence ! Chacun ses goûts et ses couleurs, mais je ne connais PERSONNE qui n’aime pas ce vin.

Moyenne d’âge des vignes: 70 ans. Géologie granitique, vendanges manuelles (parfois en deux passages successifs, pour récolter à la maturité optimale de chaque grappe), macération semi-carbonique, sans levurage ni SO². Elevage bref, en pièces de 216 litres.

Marcel Lapierre, Raisins Gaulois, Vin de France 2020 et Morgon 2020 sont disponibles dans le magasin.

Catégories
blanc

La Bourgogne chic et pas chère

Ici, comme dans bien d’autres Domaines, l’arrivée aux affaires de la nouvelle génération, incarnée par Bastien Guerrin, change la donne. Précédemment, une bonne partie des raisins était vendue au négoce.

Ce Mâcon-Vergisson 100% chardonnay assemble des raisins en provenance du célèbre terroir calcaire « Sur la Roche » et du terroir argileux « En Bille Folland ». Le calcaire apporte minéralité et précision, l’argile apporte rondeur et souplesse.

C’était très bon en 2018, meilleur en 2019 et ce 2020 complète le podium avec talent. Degré alcoolique à 13,5% plutôt que les 14% du millésime 2019, ce qui se traduit dans le verre par une fraîcheur supplémentaire et un petit peu moins de rondeur. Joli nez fleuri. Un vin pas compliqué et qui donne envie. Prêt à boire. Toujours un excellent rapport Q/P.

Le millésime 2019 a été sacré meilleure vente d’Anthocyane pendant l’année 2020 (vin blanc).

Domaine Guerrin, Mâcon-Vergisson Les Rochers 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
domaine rouge

Pinot noir de l’extrême

C’est une histoire un peu compliquée qui mêle géographie germanique et romantisme en terres de raisin.

Benedikt Baltes est un jeune homme, fils d’une famille vigneronne et originaire de la vallée de l’Ahr, un haut-lieu du pinot noir en Allemagne. Sa famille possède un Domaine qui lui reviendra un jour. Entretemps, une irrésistible envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte le conduit, après divers détours, en Franconie, sur les rives du Main. En 2010, il y rachète un Domaine (Weingut Stadt Klingenberg) un peu tombé dans l’oubli et le marque de son empreinte en le rebaptisant à son nom dès que les vins traduisent sa vision. Il produit 90% de pinot noir, aussi un petit peu de riesling et de müller-thurgau pour faire joli. Le vignoble est fantastique pour qui a l’envie et la force de travailler sur des pentes vertigineuses.

La notoriété et le succès sont très vite au rendez-vous. La « patte » de Benedikt change radicalement le niveau des vins. Je découvre ces vins avec le millésime 2014: bien et mieux que bien, mais pas totalement convaincant. Et puis voici venir le millésime 2015: c’est un triomphe ! Des pinots noirs d’exception qui offrent à peu près tout ce que l’on peut espérer recevoir. La presse spécialisée s’enthousiasme, à raison.

Mais voilà que Benedikt et Julia (Bertram), vigneronne dans la vallée de l’Ahr, décident d’unir leurs destinées. La tentation est alors forte de réunir le vignoble familial Bertram et le vignoble familial Baltes et de créer ainsi un grand Domaine en vallée de l’Ahr.

Dégât collatéral: Benedikt peut difficilement en même temps gérer son Domaine en Franconie et cogérer un Domaine dans la vallée de l’Ahr: près de 250 kilomètres séparent en effet les vignobles. Donc, Benedikt revend le Domaine qu’il a à peine eu le temps de reprendre. Aujourd’hui, ce Domaine en Franconie a été rebaptisé par ses nouveaux propriétaires en Weingut Steintal. Benedikt est consultant auprès de son ex-Domaine.

En 2017, j’avais choisi de proposer à la vente la cuvée Grossheubach Alte Reben, issue du millésime 2015. Mais j’avais déjà repéré une autre cuvée de très haut niveau: Klingenberg Alte Reben R (avec « R » pour « Réserve »): celui-ci était fabuleux, mais sa dégustation ressemblait alors à un infanticide auquel je refuse habituellement de me livrer. Bref, il fallait attendre, faire preuve de patience, donner au vin le temps qu’il faut.

Et donc, je viens de goûter à nouveau, 4 ans après ma dégustation initiale. Très heureux de constater que le bébé s’est transformé en un jeune adulte en pleine possession de ses moyens: nez subtil, poivré et épicé; bouche de haut vol, pleine et aromatique, tannique mais peu boisée, minérale à souhait. C’est plus Gevrey que Chambolle. Du caractère et de l’expressivité.

Je reconnais qu’il faut un peu d’audace pour acheter un pinot noir de Franconie, élaboré par un Domaine qui n’a eu que quelques années d’existence. Mais je suis prêt à parier que les audacieux seront aussi convaincus que je le suis.

Quantités super-limitées, l’importateur doit en avoir encore une douzaine de flacons.

Terrasses escarpées dans le village de Klingenberg. Klingenberg se situe sur la rivière Main, en aval de Würzburg et en amont de Frankfurt (là où le Main se jette dans le Rhin). On est dans l’extrême ouest de la Franconie viticole. Administrativement, c’est la Bavière, mais on s’en fiche.

Terroir de roche sableuse rouge (« Buntsandstein »), en exposition sud. Vignes de 50 ans et plus. Rendements limités à 30 hectolitres par hectare.

Vendanges manuelles, égrappage à 100%, levures indigènes. Elevage de 15 mois en fûts (20% de fût neuf).

Benedikt Baltes, Franken (Allemagne) Klingenberg Alte Reben R 2015 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Corse, épisode 2: Antoine-Marie Arena

Sur la table du dîner, deux bouteilles se toisent. Elles se jaugent. Elles se connaissent bien pourtant, vu qu’elles sont nées dans la même cave, celle de la famille Arena à Patrimonio (nord de la Corse, entre Bastia et le golfe de St-Florent).

Les étiquettes de ces deux vins blancs sont sœurs, San Giovanni 2019 à gauche, Hauts de Carco 2019 à droite. Même vigneron, Antoine-Marie Arena fils d’Antoine Arena, même millésime, même appellation et même cépage, le vermentinu. Et deux vins au profil radicalement différent. On y reviendra.

Depuis 2014, le Domaine d’Antoine Arena s’est multiplié: le papa et son épouse ont conservé les vignes qui sont à l’origine de Morta Maïo, de Carco et du Muscat du Cap Corse. Leur fils aîné, Jean-Baptiste, est en charge du terroir de Grotte di Sole et leur fils cadet, Antoine-Marie donc, élabore entre autres les vins issus des Hauts de Carco et de San Giovanni.

Antoine-Marie Arena

On sait que certains restaurants étoilés essaiment et reçoivent des étoiles gastronomiques pour plusieurs lieux. Risquons alors une comparaison, puisque la famille Arena cumule 5 étoiles dans l’édition la plus récente du Guide vert de la RVF: ** pour Antoine, * pour Jean-Baptiste et ** pour Antoine-Marie. Jolie performance familiale, on se croirait chez les Borlée !

Le Domaine est certifié en bio, mais il choisit de ne pas le mentionner sur les étiquettes. Les doses de sulfites sont faibles, voire très faibles.

En dégustation, San Giovanni est un vin élancé, vif, au nez bien ouvert sur les agrumes et les herbes aromatiques. A l’aveugle, on pourrait penser à un albariño de Galice ou à un sauvignon de Styrie. Difficile de reconnaître un vin du sud, vu l’équilibre basé sur 12% d’alcool; difficile de reconnaître le vermentinu, en l’absence quasi complète des petits amers qui signent habituellement ce cépage. De fait, un très beau vin du sud pour ceux et celles qui préfèrent les vins du nord. Jeunes vignes, plantées par Antoine-Marie en 2013, élevage en cuves inox (pas de bois).

Le lendemain: le nez tangue entre minéralité et citron confit. Un instant, je pense à un riesling tendance Germanie. C’est énergique et appétissant ! Quelques petits amers apparaissent et contribuent au punch de cette cuvée.

Hauts de Carco est incontestablement plus riche, plus charnu, plus bourguignon en somme. L’aromatique est sur les agrumes (mandarine), la structure est aussi riche que fraîche. Grande concentration et texture qui fait penser à un élevage sous bois.

La richesse du vin n’est pas celle conférée par l’alcool (12,5%): c’est l’extrait sec qui mène la danse ! Quelle densité, quelle profondeur et quelle longueur ! Ce vin évoque, plus fort que San Giovanni, le lieu dont il est issu. Vignes âgées d’une bonne quinzaine d’années, élevage de 8 mois en demi-muids (contenance: entre 500 et 600 litres). Cette dernière précision m’a été fournie par Sandra Arena, que j’ai contactée parce que l’information disponible sur Internet ne me paraissait pas fiable.

Le lendemain: toujours bourguignon, dans le meilleur sens du terme. Au-delà des agrumes, de la pêche. C’est un vin majeur, le fameux « équilibre haut » qui combine beaucoup de tension minérale et beaucoup de matière.

En déposant les deux verres vides, j’ai philosophé un peu… Il me semble que la personnalité du vigneron et la vision du vin qu’il veut faire imprègnent profondément ces deux cuvées. Une comparaison me vient à l’esprit: Marjorie Gallet au Roc des Anges (Roussillon). Intuitivement, je pense que ces deux-là s’entendraient bien.

Antoine-Marie Arena, Patrimonio, San Giovanni 2019 et Hauts de Carco 2019 sont disponibles dans le magasin.

Catégories
blanc rouge

Quelques nouveautés, en coup de vent …

Vous trouverez dès aujourd’hui dans le magasin: le nouveau millésime de la cuvée Morogues (Domaine Pellé à Menetou-Salon), un alsacien pur pinot gris (Domaine Meyer-Fonné à Katzenthal), le Chinon Les Granges 2020 du Domaine Bernard Baudry. Rien que du beau monde !

Catégories
blanc domaine

Corse, épisode 1: Abbatucci

C’est fait, je prends le maquis. A moi la myrte, l’arbousier et l’immortelle.

Les meilleurs vins corses sont décidément fascinants, en particulier via leur capacité à conjuguer le sud et le nord en une seule bouteille.

Prenez par exemple le millésime 2019 de la cuvée Faustine du Domaine Comte Abbatucci: ce blanc issu du cépage vermentinu commence dans le sud: le premier nez, plutôt floral, évoque la pêche et l’anis. La première gorgée est terriblement minérale, « nordiste », comme si Chablis et Sancerre avaient migré vers la Méditerranée. Le vin est d’abord délicat et réservé, avec des amers d’une grande élégance. Progressivement, il y a complexité à tous les étages, avec du pamplemousse et du caillou qui jouent au ping-pong et la bouche qui prend du poids, de l’intensité, de la richesse même. Plus tu le goûtes, plus il te goûte ! Ce vin commence timide mais assume graduellement avec autorité. Comme souvent, une première gorgée rapide ne permet pas de percevoir tout le potentiel de la bête. La patience est plus que recommandée, elle est grandement récompensée.

Complexe, long, équilibré, original, d’une belle intensité, que nous faut-il de plus ? Seul possible bémol: si vous êtes vraiment en froid avec l’amertume, il se pourrait que cela nuise à votre plaisir.

Pour l’anecdote, je déguste alors que, dehors, en ce début avril, les giboulées, la grêle et la neige s’en donnent à cœur joie. M’étonnerait pas de voir passer un renne dans le jardin…Moi qui m’attendais plutôt à un cochon noir…

Le Domaine Comte Abbatucci est classé *** par le guide de la Revue du Vin de France, privilège partagé en Corse uniquement avec le Clos Canarelli. Le Domaine se situe à Casalabriva, au sud-est d’Ajaccio, en pleine pampa. Euh … en pleine vallée du Taravo. Les vins sont commercialisés en Vin de France et élaborés en biodynamie (depuis le millésime 2000), certifiée par Biodyvin et par Demeter.

Les cépages sont classiquement corses: vermentinu en blanc, sciacarello et nielluccio en rouge. En complément, le domaine abrite un conservatoire de 18 vieux cépages corses, aux noms poétiques: barbarossa, biancone, morescola, carcajolo, …

Les grandes cuvées du Domaine, produites en fort petites quantités, sont nommées en fonction des titres que portaient les ancêtres du vigneron, Jean-Charles Abbatucci: le Ministre Impérial, le Diplomate d’Empire, le Général de la Révolution. Allusions à l’épopée napoléonienne assumées et absolument non fortuites !

Le Faustine blanc 2019 provient d’un terroir complexe (granit, sable, limon) et de parcelles en exposition nord. Vignes d’un âge moyen de 40 ans. Vendanges manuelles, levures indigènes, élevage en cuve inox (pas de bois).

Comte Abbatucci, Vin de France Faustine 2019 (vermentinu) est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc rouge

Doublé italien

En l’honneur de Milan-San Remo qui se déroule en ce moment et parce que j’ai encore dans ma besace deux vins italiens qui méritent assurément de vous être narrés.

D’abord un pinot grigio originaire des Abruzzes. Le Domaine s’appelle Fabulas et la cuvée Foeminae.

Tout commence avec la couleur du vin. En italien, c’est ramato qu’il me semble pouvoir traduire par cuivré (Google est d’accord). Dans le verre cela oscille gentiment entre le rosé et l’orange pâle. Ah ! Vin orange, donc ? Des raisins qui macèrent avec les peaux du raisin, comme pour élaborer un vin rouge ? Oui, mais cette macération est fort courte (quelques heures). Juste assez pour dissoudre un peu de couleur mais pas assez pour extraire des tannins. Foeminae est un premier petit pas vers le monde étrange des vins orange.

C’est fleuri et fruité (mandarine), facile à boire, léger comme une plume et doté d’une jolie salinité qui contribue à rendre ce vin digne d’intérêt. Ne soyez pas heurtés par un léger caractère oxydatif, il est absolument volontaire et contribue à rapprocher ce vin d’une manzanilla de Jerez. C’est un compliment ! Cela ne ressemble, par contre, pas du tout à un pinot gris alsacien.

Vous l’aurez compris, Foeminae n’est pas exactement le substitut à un classique Chablis ou à un tout aussi classique Sancerre. Il faut un peu aimer l’aventure. Mais c’est une aventure « tous publics », sur des chemins bien balisés. Excellent rapport Q/P. Vin biodynamique.

Ensuite, un Chianti Classico. C’est Riecine et c’est Riserva 2018. En toute transparence, cela titre 15%. Je défie pourtant quiconque de lui trouver le moindre déséquilibre alcooleux. Le vin est d’un superbe équilibre, dans un style qui rappelle le 2018 en version non-Riserva, c’est-à-dire plus strict que 2017 et que 2019.

Ce vin est passé en bois (fûts de grande contenance) pendant 24 mois. Ce passage contribue intelligemment à ouvrir le bouquet sans marquer aromatiquement le vin. C’est grand tant en intensité qu’en longueur. Si on analyse point par point, il est franchement difficile de lui trouver le moindre défaut. Une magnifique incarnation du vin à l’italienne !

100% sangiovese. Vignes de 25 à 45 ans. Vignoble en altitude (450 à 500 mètres). Terroir argilo-calcaire. Mise en bouteilles en janvier 2021. Production limitée à 4.000 bouteilles (dont quelques unes pour ma cave personnelle).

Fabulas Foeminae 2019 (Abruzzo, Terre di Chieti) est disponible dans le magasin.

Riecine Chianti Classico Riserva 2018 (Toscana) est disponible dans le magasin.

Catégories
domaine rouge

Vinha Grande: classique et chic

Avez-vous entendu parler d’un vin mythique nommé Barca Velha ? Créé en 1952, il est souvent considéré comme l’égal du Vega Sicilia espagnol. Le sommet de ce que le Portugal propose en vin rouge sec.

Ce Barca Velha n’est commercialisé que dans les meilleurs millésimes: sauf erreur, le millésime le plus récent est 2011. Le 2008 et le 2004 ont également été élaborés. A mon grand regret, je n’ai jamais eu l’occasion de vérifier si le mythe est à la hauteur des attentes. Vu le prix demandé pour les rares bouteilles disponibles (plusieurs centaines d’euros), ce n’est pas vraiment surprenant.

Le Domaine qui se cache derrière Barca Velha, c’est la Casa Ferreirinha dans le Douro. Gamme large, dans toutes les catégories de prix, du petit vin sans prétention à la cuvée de luxe. Mettre la main sur le meilleur rapport qualité/prix est un exercice amusant. A ce petit jeu, c’est la cuvée Vinha Grande qui tire le grolleau *.

*: Jeu de mots de type ampélographique, qui tente de faire sourire le lecteur en mélangeant allègrement le gros lot et le cépage ligérien homophone. Bon, pouf-pouf, revenons-en à notre Vinha Grande.

Vinha Grande 2018 est un vin classique, dans le meilleur sens du terme. Il évoque tant St-Emilion que la Rioja. Robe dense, avec des reflets violacés. Il y a du café, des épices et du jambon fumé qui complètent le grand fruit (prune). Le style est plein, rond et savoureux. Tant l’alcool (14%) que le boisé (barriques usagées pendant 12 mois) sont gérés avec maestria. Belle finale, longue et harmonieuse. Vin en demi-puissance, qui trouve le bon équilibre entre concentration et buvabilité. Si dégusté jeune, je suggère un passage par la case « carafe ».

Cépages ? Un classique de la région assemblant tinta roriz, touriga franca, tinta barocca et touriga nacional. Je me souviens d’une époque où le Douro a tenté de se faire une place sur le marché des vins mono-cépages, mais ce n’était vraiment pas en ligne avec la tradition locale.

Je pense que ce vin, un peu cachotier, est capable de se faire passer pour un membre de la famille des liquides prestigieux qui se négocient à un prix bien plus élevé. Autrement dit, Vinha Grande vous en donne pour votre argent.

Pour l’anecdote, le Domaine fournit une information, habituelle voire obligatoire dans l’alimentaire mais plus que rare dans le monde du vin: un verre de 10 centilitres contient 85 kilocalories. Oubliez rapidement ce que vous venez de lire…

Casa Ferreirinha Vinha Grande 2018 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Domaine de l’Hortus

Nostalgie. Le Domaine de l’Hortus (Languedoc, Pic-St-Loup) incarne ma découverte des vins du Languedoc. Je veux dire: 1995. Il y avait Mas Jullien, L’Aiguelière et Le Mas de Daumas Gassac. Aupilhac pointait le bout de son nez. Et il y avait donc le Domaine de l’Hortus, en rouge d’abord (syrah, mourvèdre et grenache), en blanc ensuite (chardonnay, viognier et … sauvignon).

Avec le temps, de très nombreux nouveaux domaines intéressants ont fait leur apparition: le Languedoc est aujourd’hui une région « noble », au même titre que la Loire ou l’Alsace. Personne n’aurait imaginé cela pendant les années ’80 du siècle dernier.

L’Hortus est progressivement passé sous mon radar, au point qu’Anthocyane ne l’a que fort peu proposé: quelques cuvées du millésime 2014 et puis c’est tout. Je me souviens avoir estimé que Grande Cuvée -en blanc- était trop ostentatoire, trop riche et trop boisée. Je l’ai moins souvent goûtée, parce que ce préjugé me poussait à goûter autre chose.

Yves et Martin, les fils de Jean Orliac

Remerciements donc à l’importateur qui a insisté pour me faire déguster Grande Cuvée en millésime 2019: le vin est certes à l’image de son assemblage (chardonnay 70%, viognier 30%) et de son élevage (chardonnay en fûts), mais la fraîcheur équilibre à présent la volupté. Le viognier est élevé dans l’inox et c’est une bonne idée. L’impact du bois a été réajusté: les nuances beurrées sont certes présentes, mais elles participent à présent à un tout cohérent, fruité, très aromatique et plein de saveurs. Selon certaines sources, quelques grappes de petit manseng auraient même pu se fondre dans l’assemblage…

Domaine de l’Hortus, Grande cuvée 2019 (blanc) est disponible dans le magasin.