Catégories
blanc domaine

C’est du brutal…

Méfiez-vous des cornes de l’animal. Si votre tante Josiane aime beaucoup son chardonnay chilien de chez Delfour (ou de chez Carhaize), si votre oncle Marcel ne jure que par Meursault *, NE PAS LEUR SERVIR CECI, sous peine d’être déshérité dans l’heure qui suit.

Nous sommes aux Îles Canaries, donc en Espagne africaine. El Hierro est l’île la plus occidentale. Les paysages sont puissants, énormes, violents. Pendant l’hiver 2011-2012, le volcan s’est réveillé, avec émission sous-marine de lave au sud-ouest de l’île. 10.000 habitants, peu de tourisme, des ananas, des bananes, des lézards géants et des vignes, de très vieilles vignes. C’est Jurassic Park…

El Hierro: volcan et océan

Une équipe de zinzins qui se lancent dans l’aventure du vin en 2018. Ils rassemblent l’argent « en trompant les banques, les amis et la famille » (la traduction est mienne, mais l’humour est local). Ils décident de nommer le Domaine « Bimbache », en l’honneur de la population autochtone de l’île. Ils chouchoutent des vignes complantées où dominent les cépages verijadiego et listan blanco. Ils rassemblent différentes parcelles, au nord de l’île, sur des sols de lave noire. En cave, la philosophie est non-interventionniste. 

C’est du brutal. De la quintessence de volcan océanique. Une expérience de l’ordre de l’extra-terrestre. Extrême minéralité se révélant entre le pétrole et la coquille d’huître. Acidité relativement basse. Je n’ai jamais rien goûté de similaire. A prendre avec de solides pincettes: cela pourrait évoquer la manzanilla de Jerez, en version pasada.

Et qu’est-ce que je viens d’apprendre, en farfouillant dans ma documentation ? Le cépage listan blanco ne fait qu’un avec le palomino, LE cépage de Jerez. Comme quoi, la comparaison ci-dessus pourrait être moins farfelue que je ne l’imaginais.

* Marcel Meursault … Marcel Marceau. Jeu de mots, jeux de mime. Je vous présente mes excuses …

Le carnaval de El Hierro: vous allez comprendre pourquoi le logo du Domaine est une bête à cornes. Attention, ça décoiffe solidement.

Bimbache Blanco, El Hierro 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Du changement chez Pignier, en Jura

La famille Pignier: Marie-Florence, Antoine et Jean-Etienne

Le bouleversement climatique n’est plus la vision d’un avenir compromis, c’est une histoire de chaque jour et de chaque millésime. Les vignerons peuvent faire le gros dos en espérant que ça passe, mais ils seront déçus. Ne pas agir maintenant condamne les vins de demain. Le degré alcoolique monte, monte …et cela conduit à élaborer des vins plus puissants qu’élégants, possiblement lourds, sans colonne vertébrale ni énergie.

Je me souviens d’avoir goûté la cuvée « A la Percenette » en millésime 2018. J’ai tout tenté pour lui trouver plein de qualités et, en conséquence, pour vous le proposer. J’ai renoncé. 15,23% d’alcool. Trop is te veel. Je n’aurais pas été capable de défendre ce vin.

Donc, inquiétude pour les millésimes ultérieurs et en particulier pour le 2019.

Eh bien, le Domaine Pignier a réfléchi et agi. Les raisins du lieu-dit « A la Percenette » (plein sud) sont maintenant assemblés avec d’autres raisins (toujours du chardonnay, sous un nom local: melon à queue rouge) qui proviennent de parcelles plus froides, moins exposées au soleil ardent. Ce changement implique de renoncer au nom de la cuvée. Donc bye-bye « A la Percenette » et bienvenue à la nouvelle cuvée « Chardonnay de La Reculée« . En géologie jurassienne, une reculée est une vallée.

Le bénéfice est immédiat: 13,5% d’alcool pour ce millésime 2019 avec un équilibre qui n’est pas sans rappeler le très réussi « A la Percenette » en millésime 2015. Le nez est très pur, la bouche splendidement équilibrée. Vin floral, intense qui me donne terriblement envie d’utiliser l’expression « eau de roche« , quelque chose qui évoque le cristal. J’ai conclu ma note de dégustation pour « bravo !« .

Fermenté et élevé en fûts de chêne de type 228 litres, mais le boisé est à peine perceptible (dosage intelligent du bois: assez pour oxygéner le vin, trop peu pour le marquer aromatiquement).

Pour éviter tout éventuel malentendu, ce « Chardonnay de La Reculée » est un vin ouillé, classique, comme en Bourgogne: rien à voir avec un Vin Jaune ou avec un vin sous voile. Ce n’est donc pas un vin oxydatif.

Utilisation du soufre très limitée, à 50 mg/litre.

Rien n’oblige à le confier longuement à votre cave, il se déguste déjà très bien. Néanmoins, imaginons qu’une bouteille se planque dans un coin sombre et que vous ne retombiez dessus que dans 10 ou 12 ans. Très très jolie surprise en vue !

***

Domaine Pignier, Côtes du Jura, Chardonnay de La Reculée 2019 est disponible dans le magasin. En dégustation ce samedi 23 octobre.

Catégories
blanc domaine

Intensité et légèreté: la combinaison magique

Peter Lauer, Sarre (Allemagne), Unterstenberg 2020

Certains vins ne nécessitent que fort peu d’explications, tout est implicitement contenu dans quelques syllabes: Château Mouton-Rothschild 2016 dit à peu près tout ce qu’il faut savoir (sauf le prix, mais c’est un autre sujet). Le vin allemand présenté ici mérite certainement de lui consacrer un peu d’encre numérique.

C’est un vin de Moselle, plus précisément issu de la Sarre. Selon Google Maps, il faut moins de 3 heures depuis Bruxelles pour y garer son véhicule. On est à un bon saut de puce de la frontière luxembourgeoise et à un petit saut de puce de la ville de Trier (Trêves), laquelle mérite un détour, en langage Michelin. Le Domaine Peter Lauer héberge également un hôtel et un restaurant, ce qui commence à ressembler à un chouette week-end (…mais c’est un autre sujet).

C’est là !

Bon, commençons par le début: est-ce du riesling ? Certes. Est-ce un vin sec ? Question classique à laquelle j’ai envie de donner une double réponse. Première réponse: oui. Deuxième réponse: euh…ce n’est pas aussi simple que cela. Dans cette bouteille, 8 grammes de sucre résiduel par litre de vin. Techniquement, en Allemagne, cela en fait un vin sec, puisqu’y est considéré comme sec tout vin, avec une acidité suffisante, qui contient moins de 9 grammes de sucre résiduel par litre.

Florian Lauer, le vigneron, ne revendique pas le fait qu’il s’agisse d’un vin sec, puisqu’il le qualifie sur l’étiquette de TF, c’est-à-dire « trocken-feinherb », ce qui donne en traduction libre: « vin dont le profil est intermédiaire entre sec et demi-sec« . A la dégustation, le vin fait preuve de ruse et donne ainsi au dégustateur une bonne occasion de tourner sept fois sa langue avant toute déclaration définitive: ça commence en bouche avec une très agréable petite sucrosité mais cela finit bien sec, facilitant ainsi la tâche de celui ou celle qui va se charger de l’accord entre les mets et ce vin.

Donc, n’ayez pas peur, c’est un riesling gastronomiquement très intéressant. Le nez est épicé, la bouche, délicate et saline, offre un joli citron vert.

Ayler Kupp

« Dis, Philippe, ça a l’air intéressant, mais ce n’est pas donné: j’hésite ». Je comprends ce doute. C’est sain. Pour y répondre, je nous plonge illico presto dans le Grand Cru Kupp. Comme ce Grand Cru se situe dans le village d’Ayl, on l’appelle habituellement Ayler Kupp. Le nom de la cuvée, Unterstenberg, est en fait le nom d’un lieu-dit au sein du Grand Cru Ayler Kupp. Ce Grand Cru s’étend sur 49 hectares et seules les meilleures parcelles, en particulier celles orientées au sud, sont de haute qualité. Unterstenberg est orientée au sud. Les vignes sont âgées de 66 ans, elles poussent directement dans l’ardoise. La pente du vignoble varie entre 10 et …55%. L’élevage est assez court, en fûts usagés de 1.000 litres.

Ceux et celles qui me font l’honneur de me lire régulièrement reconnaîtront assurément ce qui suit: ce qui me passionne dans les meilleurs vins de la Moselle, c’est leur capacité à combiner légèreté et intensité, précision et énergie.

Je suggère d’en ouvrir une bouteille en 2022 et d’en conserver une autre jusqu’en 2028. Et, qui sait, une troisième pour 2025…

***

Peter Lauer, Grand Cru Ayler Kupp, Unterstenberg 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc

Vulkangestein

L’incarnation d’un grand riesling allemand. L’intensité du volcan, la combinaison du fruit et du caillou, la puissante trame acide, la parfaite maîtrise du degré alcoolique (12,5%) malgré le bouleversement climatique, la concentration et la finesse, le zeste de citron et les épices. Je pourrais rajouter quelques superlatifs, une grande majorité d’entre eux conviendraient en effet pour décrire ce vin. Si goûté jeune, je recommande un passage en carafe.

La comparaison va peut-être sembler étonnante, mais je m’y risque: on évolue ici dans un monde finalement assez proche de celui des meilleurs assyrtikos de Santorin: est-ce la signature volcanique ?

Pour être complet, il me faut indiquer que l’analyse du vin révèlerait la présence de 3 grammes de sucre. Mais classer ce Vulkangestein parmi les demi-secs serait totalement erroné. Le sucre n’apparait absolument pas en tant que tel lors de la dégustation. Le vin se goûte sec, grâce à une très forte acidité analytique (8 grammes).

Felsenberg, parcelle classée Grand Cru à Schlossböckelheim (Nahe)

Ce vin est un assemblage de raisins issus de parcelles volcaniques classées en grand cru: 50% du célèbre Felsenberg, 50% du Stromberg. Les vignes sont âgées de 25 à 35 ans. C’est à cause de cette -très relative- jeunesse que le raisin n’entre pas dans les GG’s Felsenberg et Stromberg. On peut supposer que le GG Felsenberg est encore meilleur que ce Vulkangestein, mais il coûte € 53 et mérite une longue garde pour affirmer sa supériorité.

Nous sommes dans la Nahe, région qui porte le nom de la rivière qui la traverse. Cela se situe entre Moselle et Rheingau. La grande ville la plus proche, c’est Francfort. Les vignobles sont pentus. Franchement pentus: déclivité de 50 à 60% au Felsenberg !

Tim Fröhlich, le vigneron, fait partie de l’élite du vignoble allemand: on peut sans exagérer comparer son statut à celui d’un *** dans le guide de la Revue du Vin de France. En Allemagne, c’est 5 étoiles (sur un maximum de 5) dans le guide Eichelmann. Seuls 32 vignerons allemands reçoivent cette distinction suprême dans l’édition 2021 du guide.

Schäfer-Fröhlich, riesling Vulkangestein 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Jus de Málaga

Alors, pour cette fois, un vin improbable qui se révèle assez amusant ! Le genre de surprise que j’adore. On croit qu’on sait …et rien ne se passe comme prévu. La gauche est à droite, le sud est au nord. Rationnel ou irrationnel ?

Commençons par le commencement: ce vin s’appelle La Ola del Melillero et il est aussi blanc qu’andalou.

« La Ola » on connaît bien depuis la Coupe du Monde de football au Mexique en 1986: les spectateurs se lèvent et s’assoient en rythme. Ensemble ils forment une vague. Donc, la vague.

« Melillero » est dérivé du nom d’une enclave espagnole sur le côte africaine: Melilla (on connaît mieux l’autre enclave, Ceuta, pour des raisons migratoires). « El Melillero » est le surnom donné au bateau TGV qui relie quotidiennement Melilla à Málaga: à 19h30, le bateau freine et provoque une vague bien connue de ceux et celles qui bronzent sur les plages locales. L’étiquette du vin représente la scène, sous une forme carrément vintage.

Baigneuse vintage, légèrement apeurée, confrontée à la vague créée par le bateau…

Voilà pour la couleur locale. Et dans le flacon ? Un instant, donnons-nous encore quelques secondes pour observer l’étiquette: cépage = pedro ximenez; alcool = 11%. Cocktail surprenant, sachant que le pedro ximenez est connu pour être à l’origine du Sherry (très) doux, vin de couleur (très) sombre, muté, avec un taux d’alcool (très) élevé. On y revient plus bas.

Victoria Ordoñez (et ses fils) prennent le parti de faire les choses différemment: La Ola del Melillero 2018 est un blanc pâle, sec et léger.

Le nom de l’appellation « Sierras de Málaga » rappelle que, malgré la présence massive de la mer, le relief est escarpé, avec des altitudes grimpant jusqu’à 1.000 mètres et avec des pentes vertigineuses jusqu’à 75%. Les six parcelles de pedro ximenez qui sont à l’origine de ce vin, sont âgées de 30 à 150 (sic) ans. C’est une viticulture de montagne qui impose beaucoup de travail manuel et l’aide précieuse de mules.

En dégustation, le nez est aromatique, sur la poire. Des épices apparaissent progressivement. On se dit que le vin pourrait être moelleux. Erreur ! La bouche est sèche, fluide et fraîche. Cette fraîcheur est mystérieuse parce que l’acidité est plutôt basse et qu’il n’y a aucune amertume. Peut-être une nuance mentholée ? L’alcool est discret (11% …en effet), cela confère une grande légèreté à ce vin surprenant, quelque chose d’aérien. J’intellectualise sans doute, mais cet Ola m’évoque subrepticement un Sherry Fino non muté (je sais, ce n’est pourtant ni le même cépage, ni le même élevage).

Aucun boisé n’est perceptible (pour le style crianza, l’appellation Sierras de Málaga impose néanmoins un passage sous bois de 6 mois, lequel a donc été bien géré).

La Ola del Melillero 2018 est un vin différent, spécial, gentil. Il ne tente pas de s’imposer par la force, il joue une petite musique douce non-dénuée de charme.

Victoria Ordoñez, Sierras de Málaga, La Ola del Melillero 2018 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc

La Bourgogne chic et pas chère

Ici, comme dans bien d’autres Domaines, l’arrivée aux affaires de la nouvelle génération, incarnée par Bastien Guerrin, change la donne. Précédemment, une bonne partie des raisins était vendue au négoce.

Ce Mâcon-Vergisson 100% chardonnay assemble des raisins en provenance du célèbre terroir calcaire « Sur la Roche » et du terroir argileux « En Bille Folland ». Le calcaire apporte minéralité et précision, l’argile apporte rondeur et souplesse.

C’était très bon en 2018, meilleur en 2019 et ce 2020 complète le podium avec talent. Degré alcoolique à 13,5% plutôt que les 14% du millésime 2019, ce qui se traduit dans le verre par une fraîcheur supplémentaire et un petit peu moins de rondeur. Joli nez fleuri. Un vin pas compliqué et qui donne envie. Prêt à boire. Toujours un excellent rapport Q/P.

Le millésime 2019 a été sacré meilleure vente d’Anthocyane pendant l’année 2020 (vin blanc).

Domaine Guerrin, Mâcon-Vergisson Les Rochers 2020 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Corse, épisode 2: Antoine-Marie Arena

Sur la table du dîner, deux bouteilles se toisent. Elles se jaugent. Elles se connaissent bien pourtant, vu qu’elles sont nées dans la même cave, celle de la famille Arena à Patrimonio (nord de la Corse, entre Bastia et le golfe de St-Florent).

Les étiquettes de ces deux vins blancs sont sœurs, San Giovanni 2019 à gauche, Hauts de Carco 2019 à droite. Même vigneron, Antoine-Marie Arena fils d’Antoine Arena, même millésime, même appellation et même cépage, le vermentinu. Et deux vins au profil radicalement différent. On y reviendra.

Depuis 2014, le Domaine d’Antoine Arena s’est multiplié: le papa et son épouse ont conservé les vignes qui sont à l’origine de Morta Maïo, de Carco et du Muscat du Cap Corse. Leur fils aîné, Jean-Baptiste, est en charge du terroir de Grotte di Sole et leur fils cadet, Antoine-Marie donc, élabore entre autres les vins issus des Hauts de Carco et de San Giovanni.

Antoine-Marie Arena

On sait que certains restaurants étoilés essaiment et reçoivent des étoiles gastronomiques pour plusieurs lieux. Risquons alors une comparaison, puisque la famille Arena cumule 5 étoiles dans l’édition la plus récente du Guide vert de la RVF: ** pour Antoine, * pour Jean-Baptiste et ** pour Antoine-Marie. Jolie performance familiale, on se croirait chez les Borlée !

Le Domaine est certifié en bio, mais il choisit de ne pas le mentionner sur les étiquettes. Les doses de sulfites sont faibles, voire très faibles.

En dégustation, San Giovanni est un vin élancé, vif, au nez bien ouvert sur les agrumes et les herbes aromatiques. A l’aveugle, on pourrait penser à un albariño de Galice ou à un sauvignon de Styrie. Difficile de reconnaître un vin du sud, vu l’équilibre basé sur 12% d’alcool; difficile de reconnaître le vermentinu, en l’absence quasi complète des petits amers qui signent habituellement ce cépage. De fait, un très beau vin du sud pour ceux et celles qui préfèrent les vins du nord. Jeunes vignes, plantées par Antoine-Marie en 2013, élevage en cuves inox (pas de bois).

Le lendemain: le nez tangue entre minéralité et citron confit. Un instant, je pense à un riesling tendance Germanie. C’est énergique et appétissant ! Quelques petits amers apparaissent et contribuent au punch de cette cuvée.

Hauts de Carco est incontestablement plus riche, plus charnu, plus bourguignon en somme. L’aromatique est sur les agrumes (mandarine), la structure est aussi riche que fraîche. Grande concentration et texture qui fait penser à un élevage sous bois.

La richesse du vin n’est pas celle conférée par l’alcool (12,5%): c’est l’extrait sec qui mène la danse ! Quelle densité, quelle profondeur et quelle longueur ! Ce vin évoque, plus fort que San Giovanni, le lieu dont il est issu. Vignes âgées d’une bonne quinzaine d’années, élevage de 8 mois en demi-muids (contenance: entre 500 et 600 litres). Cette dernière précision m’a été fournie par Sandra Arena, que j’ai contactée parce que l’information disponible sur Internet ne me paraissait pas fiable.

Le lendemain: toujours bourguignon, dans le meilleur sens du terme. Au-delà des agrumes, de la pêche. C’est un vin majeur, le fameux « équilibre haut » qui combine beaucoup de tension minérale et beaucoup de matière.

En déposant les deux verres vides, j’ai philosophé un peu… Il me semble que la personnalité du vigneron et la vision du vin qu’il veut faire imprègnent profondément ces deux cuvées. Une comparaison me vient à l’esprit: Marjorie Gallet au Roc des Anges (Roussillon). Intuitivement, je pense que ces deux-là s’entendraient bien.

Antoine-Marie Arena, Patrimonio, San Giovanni 2019 et Hauts de Carco 2019 sont disponibles dans le magasin.

Catégories
blanc rouge

Quelques nouveautés, en coup de vent …

Vous trouverez dès aujourd’hui dans le magasin: le nouveau millésime de la cuvée Morogues (Domaine Pellé à Menetou-Salon), un alsacien pur pinot gris (Domaine Meyer-Fonné à Katzenthal), le Chinon Les Granges 2020 du Domaine Bernard Baudry. Rien que du beau monde !

Catégories
blanc domaine

Corse, épisode 1: Abbatucci

C’est fait, je prends le maquis. A moi la myrte, l’arbousier et l’immortelle.

Les meilleurs vins corses sont décidément fascinants, en particulier via leur capacité à conjuguer le sud et le nord en une seule bouteille.

Prenez par exemple le millésime 2019 de la cuvée Faustine du Domaine Comte Abbatucci: ce blanc issu du cépage vermentinu commence dans le sud: le premier nez, plutôt floral, évoque la pêche et l’anis. La première gorgée est terriblement minérale, « nordiste », comme si Chablis et Sancerre avaient migré vers la Méditerranée. Le vin est d’abord délicat et réservé, avec des amers d’une grande élégance. Progressivement, il y a complexité à tous les étages, avec du pamplemousse et du caillou qui jouent au ping-pong et la bouche qui prend du poids, de l’intensité, de la richesse même. Plus tu le goûtes, plus il te goûte ! Ce vin commence timide mais assume graduellement avec autorité. Comme souvent, une première gorgée rapide ne permet pas de percevoir tout le potentiel de la bête. La patience est plus que recommandée, elle est grandement récompensée.

Complexe, long, équilibré, original, d’une belle intensité, que nous faut-il de plus ? Seul possible bémol: si vous êtes vraiment en froid avec l’amertume, il se pourrait que cela nuise à votre plaisir.

Pour l’anecdote, je déguste alors que, dehors, en ce début avril, les giboulées, la grêle et la neige s’en donnent à cœur joie. M’étonnerait pas de voir passer un renne dans le jardin…Moi qui m’attendais plutôt à un cochon noir…

Le Domaine Comte Abbatucci est classé *** par le guide de la Revue du Vin de France, privilège partagé en Corse uniquement avec le Clos Canarelli. Le Domaine se situe à Casalabriva, au sud-est d’Ajaccio, en pleine pampa. Euh … en pleine vallée du Taravo. Les vins sont commercialisés en Vin de France et élaborés en biodynamie (depuis le millésime 2000), certifiée par Biodyvin et par Demeter.

Les cépages sont classiquement corses: vermentinu en blanc, sciacarello et nielluccio en rouge. En complément, le domaine abrite un conservatoire de 18 vieux cépages corses, aux noms poétiques: barbarossa, biancone, morescola, carcajolo, …

Les grandes cuvées du Domaine, produites en fort petites quantités, sont nommées en fonction des titres que portaient les ancêtres du vigneron, Jean-Charles Abbatucci: le Ministre Impérial, le Diplomate d’Empire, le Général de la Révolution. Allusions à l’épopée napoléonienne assumées et absolument non fortuites !

Le Faustine blanc 2019 provient d’un terroir complexe (granit, sable, limon) et de parcelles en exposition nord. Vignes d’un âge moyen de 40 ans. Vendanges manuelles, levures indigènes, élevage en cuve inox (pas de bois).

Comte Abbatucci, Vin de France Faustine 2019 (vermentinu) est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc rouge

Doublé italien

En l’honneur de Milan-San Remo qui se déroule en ce moment et parce que j’ai encore dans ma besace deux vins italiens qui méritent assurément de vous être narrés.

D’abord un pinot grigio originaire des Abruzzes. Le Domaine s’appelle Fabulas et la cuvée Foeminae.

Tout commence avec la couleur du vin. En italien, c’est ramato qu’il me semble pouvoir traduire par cuivré (Google est d’accord). Dans le verre cela oscille gentiment entre le rosé et l’orange pâle. Ah ! Vin orange, donc ? Des raisins qui macèrent avec les peaux du raisin, comme pour élaborer un vin rouge ? Oui, mais cette macération est fort courte (quelques heures). Juste assez pour dissoudre un peu de couleur mais pas assez pour extraire des tannins. Foeminae est un premier petit pas vers le monde étrange des vins orange.

C’est fleuri et fruité (mandarine), facile à boire, léger comme une plume et doté d’une jolie salinité qui contribue à rendre ce vin digne d’intérêt. Ne soyez pas heurtés par un léger caractère oxydatif, il est absolument volontaire et contribue à rapprocher ce vin d’une manzanilla de Jerez. C’est un compliment ! Cela ne ressemble, par contre, pas du tout à un pinot gris alsacien.

Vous l’aurez compris, Foeminae n’est pas exactement le substitut à un classique Chablis ou à un tout aussi classique Sancerre. Il faut un peu aimer l’aventure. Mais c’est une aventure « tous publics », sur des chemins bien balisés. Excellent rapport Q/P. Vin biodynamique.

Ensuite, un Chianti Classico. C’est Riecine et c’est Riserva 2018. En toute transparence, cela titre 15%. Je défie pourtant quiconque de lui trouver le moindre déséquilibre alcooleux. Le vin est d’un superbe équilibre, dans un style qui rappelle le 2018 en version non-Riserva, c’est-à-dire plus strict que 2017 et que 2019.

Ce vin est passé en bois (fûts de grande contenance) pendant 24 mois. Ce passage contribue intelligemment à ouvrir le bouquet sans marquer aromatiquement le vin. C’est grand tant en intensité qu’en longueur. Si on analyse point par point, il est franchement difficile de lui trouver le moindre défaut. Une magnifique incarnation du vin à l’italienne !

100% sangiovese. Vignes de 25 à 45 ans. Vignoble en altitude (450 à 500 mètres). Terroir argilo-calcaire. Mise en bouteilles en janvier 2021. Production limitée à 4.000 bouteilles (dont quelques unes pour ma cave personnelle).

Fabulas Foeminae 2019 (Abruzzo, Terre di Chieti) est disponible dans le magasin.

Riecine Chianti Classico Riserva 2018 (Toscana) est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Domaine de l’Hortus

Nostalgie. Le Domaine de l’Hortus (Languedoc, Pic-St-Loup) incarne ma découverte des vins du Languedoc. Je veux dire: 1995. Il y avait Mas Jullien, L’Aiguelière et Le Mas de Daumas Gassac. Aupilhac pointait le bout de son nez. Et il y avait donc le Domaine de l’Hortus, en rouge d’abord (syrah, mourvèdre et grenache), en blanc ensuite (chardonnay, viognier et … sauvignon).

Avec le temps, de très nombreux nouveaux domaines intéressants ont fait leur apparition: le Languedoc est aujourd’hui une région « noble », au même titre que la Loire ou l’Alsace. Personne n’aurait imaginé cela pendant les années ’80 du siècle dernier.

L’Hortus est progressivement passé sous mon radar, au point qu’Anthocyane ne l’a que fort peu proposé: quelques cuvées du millésime 2014 et puis c’est tout. Je me souviens avoir estimé que Grande Cuvée -en blanc- était trop ostentatoire, trop riche et trop boisée. Je l’ai moins souvent goûtée, parce que ce préjugé me poussait à goûter autre chose.

Yves et Martin, les fils de Jean Orliac

Remerciements donc à l’importateur qui a insisté pour me faire déguster Grande Cuvée en millésime 2019: le vin est certes à l’image de son assemblage (chardonnay 70%, viognier 30%) et de son élevage (chardonnay en fûts), mais la fraîcheur équilibre à présent la volupté. Le viognier est élevé dans l’inox et c’est une bonne idée. L’impact du bois a été réajusté: les nuances beurrées sont certes présentes, mais elles participent à présent à un tout cohérent, fruité, très aromatique et plein de saveurs. Selon certaines sources, quelques grappes de petit manseng auraient même pu se fondre dans l’assemblage…

Domaine de l’Hortus, Grande cuvée 2019 (blanc) est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine rouge

La Madone: volcan !

Le Domaine de La Madone se situe dans l’aire d’appellation Côtes du Forez. D’un point de vue viticole, cette appellation appartient à la Loire. Les sources de la Loire jaillissent à proximité et nous sommes dans le département de la Loire (préfecture: St-Etienne). Cela dit, on a souvent pris le raccourci de limiter la Loire du vin à ce qui se passe entre Muscadet et Sancerre/Pouilly-Fumé, via Anjou, Saumurois et Touraine.

Une fois parvenus à Sancerre, pour rejoindre le Domaine de La Madone, il faut reprendre la route plein sud et rouler pendant …250 kilomètres avant de rejoindre le village de Champdieu, là où est installé Gilles Bonnefoy, le vigneron. Disons qu’il s’agit d’une autre Loire, géographiquement proche du Massif Central. Un autre rapprochement fait du sens: le Beaujolais avec lequel les Côtes du Forez partagent l’usage du cépage gamay.

des pentes vertigineuses…

Poursuivons encore dans notre approfondissement du folklore local: l’appellation Côtes du Forez ne s’applique qu’aux vins rouges et rosés. Pour les blancs, c’est Urfé qui prend le relais. Je ne suis pas sûr que cela facilite la tâche du consommateur.

C’est avec le millésime 2012 qu’Anthocyane a entamé la vente des vins du Domaine de la Madone. Depuis, je n’ai fait l’impasse que sur le seul millésime 2016, non parce qu’il aurait été décevant, mais parce que je n’avais pas trop la tête dans le vin lorsque ce millésime a été commercialisé.

Gilles Bonnefoy, vigneron sur volcan

Gilles Bonnefoy est un type sérieux et très déterminé: il savait que convaincre la presse spécialisée serait une entreprise de longue haleine. Le Forez c’est un Far-West au-delà duquel il n’y a plus rien si ce n’est un gros paquet de volcans éteints. Il a fallu être patient, mais, dans son édition 2020, le guide vert de la Revue du Vin de France présente enfin le Domaine, avec des commentaires très positifs. Un an plus tard (édition 2021), c’est la consécration, via une première étoile.

Le choix du bio a été effectué dès 2001 et la biodynamie est d’application depuis 2008.

Les mises en bouteilles se font de manière précoce, avec un très léger sulfitage, l’élevage des rouges s’effectue exclusivement en cuve inox, les vins du millésime 2020 sont déjà disponibles et c’est donc le moment de les présenter.

En blanc, la Roussanne de Madone 2020. On associe généralement le cépage roussanne à la vallée du Rhône (où elle est souvent assemblée avec la marsanne) ou à la vallée de l’Isère (en appellation Savoie Chignin-Bergeron). Voici la version forézienne: vignes plantées en 2001 dans 100% de roches volcaniques sur le flanc du volcan de Purchon, exposition sud, pente de 45%. Au sommet, la statue de la madone veille sur le village de Champdieu depuis 1875.

En dégustation, le vin ne peut cacher une mise en bouteilles récente: la fougue de la jeunesse l’emporte sur l’harmonie de la maturité. Il me semble qu’il faut lui donner un peu de temps pour se mettre en place. Mais c’est déjà délicieux ! Nez complexe, floral et légèrement miellé, puis fumé comme un pinot gris (agrumes). La bouche commence sur un beau volume en rondeur joyeuse avec de la pêche; progressivement, le vin s’étire vers une finale minérale assez stricte. Quelques amers. contribuent à la tension. Forte personnalité. Pour dompter cet animal, une certaine expérience des vins hors normes sera précieuse.

En rouge, la Mémoire de Madone vieilles vignes 2020. Vignes de 50 ans, 100% gamay, plantées dans 100% de sol volcanique. Rendements limités à 25 hectolitres par hectare. Vendanges manuelles, mise en bouteilles fin janvier 2021.

En dégustation, le vin se montre d’abord réservé puis de plus en plus intense sur des notes fumées et de la cendre. L’équilibre est parfait, la qualité des tannins magistrale, la longueur …persistante. Alcool limité à 12,5%: ce n’est pas de la puissance, c’est de la concentration ! En relisant mes notes, je constate avoir conclu: « C’est un grand vin. Point. » Je me souviens aussi avoir échangé un clin d’œil avec l’importateur. Les mêmes mots, au même moment, nous sont venus aux lèvres: ce 2020 est la meilleure Mémoire de Madone jamais produite. Pratiquement, il n’est pas exclu que ce vin se referme un peu: je recommande soit la carafe, soit deux ans de patience.

Pour l’anecdote, j’ai découvert une autre cuvée élaborée par le Domaine: Les Rougeots du Clos « GamayS sur Granite » 2020. Ce sont de très jeunes vignes (plantées en 2015) de trois cépages différents, tous apparentés au gamay: le gamay de Bouze, le gamay de Chaudenay et le gamaret. Deux cépages semi-teinturiers et un cousin suisse, lui-même obtenu par croisement entre le gamay et le reichensteiner.

En dégustation, c’est du pas banal. La couleur est noire, intense, ourlée d’une écume rouge-violacée. Le nez évoque certains vins du Sud-Ouest: métal, sang et orange amère. Je pense à Madiran. En bouche, c’est dense, mûr et cela goûte puissamment le jus de …mûres ! Charnu, rond avec la fraîcheur qui se dépose sur un fruit puissant. Touche d’animalité. A ce stade, c’est très original (…je me suis demandé si c’était bien du vin…), mais possiblement fatiguant. Suis-je fou de ça ? Non. Néanmoins, ravi d’avoir goûté et touché par la démarche du vigneron. L’intention me charme plus que le résultat dans le verre. Qui sait quand les vignes auront pris un peu de bouteille. NB: ce vin n’est pas importé.

Les vins du Domaine de La Madone sont disponibles dans le magasin.

Catégories
blanc offre rouge

colis 6 bouteilles: découverte du Portugal

Pour découvrir différentes régions (Dão, Douro, Vinho Verde, Açores, Bairrada) et différents cépages (touriga nacional, bical, alvarinho, jaen, arinto, …).

Plus d’information sur les vins qui composent le colis dans mes « articles géologiques »: Schiste, Granit, Lave et Calcaire. Voir aussi: Rotulo.

Ce colis de 6 vins portugais est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Calcaire

Après schiste (Luis Seabra), granit (Soalheiro) et lave (Ilha di Pico), nous continuons notre exploration géologique du Portugal via la région de la Bairrada, qui se caractérise par un sous-sol à dominante calcaire.

La Bairrada est sortie d’un relatif anonymat par la grâce de Luis Pato, vigneron visionnaire, qui en a fait tant et plus pour faire connaître et reconnaître le cépage local (noir) baga. Ce cépage pourrait être rapproché du nebbiolo piémontais et du xinomavro grec: tannique et acide, avec un sens de l’humour limité. Une sorte d’antithèse du merlot. Si vous adulez le St-Emilion à 15% enrobé par la sucrosité de la barrique, je vous recommande une extrême prudence face à un verre de baga: un incident dramatique ne peut être exclu.

Trêve de plaisanterie, Luis Pato a eu une autre bonne idée, celle d’engendrer une fille à qui il a transmis sa passion. Filipa Pato incarne à son tour la Bairrada en rendant également leur noblesse aux cépages blancs de la région, en particulier bical et arinto.

William & Filipa

Poursuivons dans les aventures familiales pour indiquer que Filipa Pato a épousé William Wouters, lui-même connu des plus anciens d’entre nous en tant qu’ex-patron du restaurant à vins anversois, le Pazzo. Le restaurant existe toujours et mérite assurément une visite, du moins lorsque les circonstances le permettent.

Géographiquement, la Bairrada c’est le centre du Portugal, entre Porto et Lisbonne, pas loin de la ville universitaire de Coïmbra et surtout pas loin de l’Océan Atlantique. Entre l’océan et les collines où pousse la vigne, une plaine, ce qui maximise l’influence atlantique, en l’absence d’obstacles. C’est donc une zone modérément chaude, la latitude étant en quelque sorte compensée par la brise marine.

La gamme proposée par Filipa et William est large et audacieuse, qualité et notoriété se chargeant de pousser le tarif vers le haut, jusqu’à la stratosphère lorsqu’il s’agit de Missao, vin élaboré avec les très très petits rendements d’une vigne aussi ancienne que préphylloxérique. Heureusement, il y a moyen de se familiariser avec le style du Domaine à des conditions plus aimables. Je présente donc avec plaisir ce DNMC 2019, blanc sec issu à 80% du bical, complété par 20% d’arinto. Le nom de la cuvée peut sembler obscur, mais rajoutez les voyelles et vous formez Dinamica, ce qui est franchement plus digeste.

J’entends au loin l’une ou l’autre langue de vipère qui souligne qu’il ne s’agirait que d’un vin de négoce, les raisins étant achetés par Filipa à des vignerons habitués à fournir la coopérative. C’est exact. Mais voici ma botte secrète: Filipa est particulièrement reconnue pour sa capacité à flairer les meilleurs parcelles de la région: elle contacte les propriétaires et leur propose un contrat: elle paie les raisins plus chers que la coopérative, mais décide à 100% ce qui se fait à la vigne. Et toc.

En dégustation, ce vin est rusé. J’en connais beaucoup des jus qui racontent ce qu’ils ont à dire en quelques instants et deux gorgées. C’est d’ailleurs le principe de la dégustation. Mais il arrive que le vin se cache, se camoufle, joue avec le goûteur et le mène en bateau. Il ne se donne que petit à petit. Dans ce cas, il faut bien admettre qu’une rapide dégustation ne conduit nulle part, si ce n’est dans les marais brumeux de l’ignorance et de la confusion. Or, j’ai goûté Dinamica en trois fois et je compte bien, dès l’apéro de ce soir, lui donner une quatrième opportunité de me révéler d’éventuelles nouvelles facettes.

Je m’égare. Ma première perception m’emmène sur le terrain de la bière blanche et du pamplemousse, avec beaucoup de fraîcheur, des arômes fermentaires et une désaltérante pointe d’amertume. Quelque chose me dit que c’est fort peu sulfité (exact: 22 mg/litre). C’est énergique, plutôt direct, un peu fermé, avec un facteur « glouglou » plus élevé que la moyenne. C’est déjà une bonne note. MAIS, cela s’ouvre progressivement vers des arômes complexes (abricot/pêche, banane, zeste d’orange) et vers une vraie salinité, salivante, salutaire et si …saline.

Le lendemain midi, l’équilibre est plus classique, avec des arômes de poire et une très belle tenue à l’air (ce n’est donc pas un vin dont la « nature » obligerait l’amateur à le finir au plus vite, avant que l’oxygène ne le ravage).

Bref, coup de cœur. Et 12% d’alcool comme cerise sur le gâteau. C’est plus un vin pour le printemps et l’été que pour l’hiver. On peut le garder quelques années, mais ça ne me parait pas indispensable.

Filipa Pato & William Wouters, Bairrada Dinamica 2019 (bical, arinto) est disponible pour commande dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

A. Bonhomme à Viré-Clessé

Compte-rendu de dégustation du 26 février: les vins d’André Bonhomme (Bourgogne, Mâconnais, Viré-Clessé ). 100% chardonnay, millésimes 2018 et 2019.

Viré et Clessé sont deux villages du nord du Mâconnais, réunis par une appellation commune depuis 1999.

Le Domaine André Bonhomme se signale par un style riche, savoureux et succulent sans que ce soit au détriment de la fraîcheur. Le boisé, quand il est présent, est utilisé avec mesure et précision. Le millésime 2019 a donné lieu à une petite récolte.

Cuvée Spéciale 2019: le vin emblématique du Domaine. Aromatique (fruits, pointe de truffe, pointe de miel), joyeux, facile à boire. Le prototype du blanc polyvalent qui ne déplaît à personne. Aussi vif que rond. Aussi mûr que parfaitement sec.

Les Forétilles 2018: cuvée « secrète » du Domaine, puisqu’elle n’apparaît même pas sur le site Internet, Les Forétilles sont un lieu-dit (il n’y a pas de premiers crus à Viré-Clessé). Elevage 100% inox. Profil plus tendu, citronné, chablisien, caillouteux. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de goûter cette cuvée: très belle découverte !

Vieilles Vignes 2019: aromatique proche de celle de la Cuvée Spéciale, en plus réservée. Un peu d’ananas. Bouche concentrée et longue, combinant avec bonheur la richesse et la fraîcheur. Autant Les Forétilles peut évoquer Chablis, autant ce Vieilles Vignes penche du côté de Meursault ! Vignes de 70 à 95 ans. Elevage sous bois de 20 mois. Garde en cave jusque 2029, voire au-delà.

Trois valeurs sûres dans une Bourgogne où il est de plus en plus difficile de trouver du très bon à un tarif aimable. La notoriété du Domaine n’est pas encore au niveau de la qualité de ses vins, ce qui explique les prix encore abordables.

Les trois vins sont disponibles dès à présent dans le magasin.

Catégories
blanc dégustation

Lave

Un vin 100% volcan: les Açores, c’est d’abord l’Océan Atlantique et c’est surtout le Vulcão do Pico, 2351 mètres de basalte et de magma. Cela en fait le point culminant du Portugal.

Dernière éruption: décembre 1720. Le volcan est donc endormi. Où est-ce une longue sieste ?

Les sols d’origine volcanique ont la réputation de donner naissance à des vins de grande intensité et de grande complexité. Les vignes plantées au plus près de l’océan ont la réputation d’absorber les embruns et de traduire cette proximité par des notes salines, voire iodées. Ce Terras de Lava 2019 cumule donc le volcan et l’océan.

Les cépages sont locaux et donc peu connus dans nos contrées: arinto, fernão pires, verdejo. Celui qui se dit maintenant, « le verdejo, je connais, c’est le cépage de Rueda, en Espagne » a malheureusement perdu. Celui-ci est un synonyme, génétiquement différent de son faux-frère castillan. A rapprocher plutôt du verdelho de Madère. Et encore, ce n’est pas certain.

Voici un donc un vin blanc sec, avec peu d’alcool (12,5%), une pincée de sucre résiduel (un peu plus de 2 grammes) et une acidité analytiquement fort élevée (cela gomme totalement le sucre dans l’équilibre perçu).

En dégustation, c’est un OVNI: il commence dans la rondeur et finit « en pointe ». Aromatiquement, il pourrait évoquer le viognier, avec des notes de pêche et de fleurs. Sauf que la grande fraîcheur de ce vin est aux antipodes de bien des viogniers ! La salinité finale est majeure, comme dans une manzanilla de Jerez. Il me semble percevoir une légère note oxydative, qui confirmerait une parenté aromatique avec la manzanilla. Par contre, je n’ai pas repéré de note iodée.

Je souligne volontiers que le prix de ce vin le rend encore plus attractif: les vins des Açores sont généralement bien plus chers.

Ilha do Pico Terras de Lava 2019 est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine

Granit

Vraiment l’extrême nord du Portugal: jetez ici un caillou de l’autre côté de la rivière Minho …et il retombe en Espagne !

Le Domaine Soalheiro est en quelque sorte l’inventeur du Vinho Verde moderne, puisque il a planté le premier vignoble d’alvarinho en 1974. Alvarinho & albariño, même combat, même cépage: l’extrême nord du Portugal, c’est presque la Galice.

Depuis, une deuxième génération a pris les rennes du Domaine et propose pas moins de 12 cuvées élaborées à partir d’alvarinho, y compris des versions sans soufre ajouté, avec élevage en bois de châtaignier, en assemblage avec du pinot noir et en version effervescente ! J’allais oublier la version distillée…

Beaucoup de respect pour cette créativité débridée, mais j’ai préféré me focaliser sur la cuvée Granit, issue de vignobles en altitude (+/- 300 mètres). Vinho Verde ne veut en effet pas dire « bord de mer »: comptez une heure de route avant de voir l’Atlantique. Le climat fait alterner journées chaudes et nuits froides, ce qui est bénéfique pour conserver une belle fraîcheur dans les vins.

Cette cuvée affiche clairement une volonté de mettre en évidence le terroir granitique, sans en rajouter via un élevage sophistiqué: pas de bois, 100% cuve inox. Le Domaine insiste sur la possibilité de garder ce vin en cave pendant de très longues années: jusqu’en 2035 pour ce millésime 2019 ! J’ai été un peu plus prudent en affichant une fenêtre de dégustation optimale entre 2021 et 2029. Je compte bien en enterrer quelques unes pour vérifier.

En dégustation, le nez est intense, ouvert et appétissant, sur l’ananas. La bouche est élégante, fruitée, fraîche mais pas vive: il y a une certaine richesse, avec de la concentration. Pour rester dans l’albariño, c’est plus proche du style Pazo de Señorans que du style Leirana. Le vin est éclatant et aromatique. Je perçois des similitudes avec un Jurançon sec. La finale est sèche, tranchante, citronnée et pierreuse, avec une belle longueur …granitique !

Soalheiro Vinho Verde Granit 2019 (100% alvarinho) est disponible dans le magasin.

Catégories
blanc domaine vins

Wohlmuth: face à face, dos à dos

Une comparaison honnête entre deux vins que tout rapproche, si ce n’est le cépage. Ces deux vins sont élaborés par le même vigneron (Wohlmuth), dans la même commune (Kitzeck-Sausal, dans le sud de l’Autriche, près de la frontière slovène), dans la même géologie (schiste), dans le même millésime (2019) et avec le même degré d’alcool (12,5%).

Le prix est comparable également, ce sont deux cuvées de type « village ».

Un sauvignon (classique dans cette région) et un riesling (paradoxalement, moins répandu ici qu’on pourrait le penser). Un air de famille. Pas des jumeaux, non, mais des frères (ou des sœurs, l’une option vaut l’autre).

Nous sommes dans une région que j’ai évoquée longuement l’été passé lors d’une dégustation entièrement consacrée à la Styrie: voir cet article

Ces deux vins ont une vraie personnalité, qui les différencie des stéréotypes simplificateurs: on n’est ni en Alsace, ni dans le Rheingau, ni à Sancerre, ni en Marlborough (Nouvelle-Zélande). J’ajouterais que le riesling est très différent de ses cousins des rives du Danube (Wachau et consorts).

Les goûter face à face -ou dos à dos- est une intéressante expérience qui permet de percevoir tant ce qui les rassemble que ce qui les différencie. Le sauvignon est certes plus extraverti que le riesling, il est aujourd’hui plus complexe et plus aromatique. Les deux vins partagent une structure en élégance, finesse et précision. Une absence de marquage par un élevage trop « mêle-tout » les rapproche. Tout est évoqué, rien n’est imposé. Le riesling sera sans doute meilleur demain, le sauvignon est sans doute déjà à son apogée.

Gerhard Josef Wohlmuth

Je vous invite à entrer dans le magasin pour plus d’information. Vous y trouverez le sauvignon et le riesling.

Weingut Wohlmuth, Südsteiermark, Kitzeck-Sausal, sauvignon et Kitzeck-Sausal riesling, 2019.