Catégories
domaine

Knab sur volcan

Thomas et Regina Rinker ont repris le Domaine Knab à Endingen en 1994. Ils ont patiemment œuvré pour transformer cette acquisition en une véritable success story et devenir l’un des meilleurs domaines du Kaiserstuhl, encore plus si l’on prend en compte l’excellent rapport qualité-prix de toute la gamme. Johannes, le fils de Thomas et Regina, est à bord depuis plusieurs années et, grâce à son apport, les vins ont encore gagné en finesse.

Le Kaiserstuhl est un lieu magique: un grand volcan éteint, comme posé dans la plaine du Rhin, à quelques kilomètres de la frontière française. Un paradis pour les pinots: rouge, blanc et gris. Paradis qui est également la région la plus chaude d’Allemagne (peu de riesling ici, ce cépage n’appréciant pas ce méso-climat: il ne « fonctionne » dans le Kaiserstuhl que sur des parcelles orientées au nord).

Colmar n’est qu’à quelques kilomètres…

Les imposantes terrasses du Kaiserstuhl constituent un biotope exceptionnel pour la faune et la flore, pour la vigne en particulier. Mais le lieu est aussi un défi lancé au vigneron: celui qui manquerait d’attention se retrouverait rapidement avec des raisins très/trop chargés en sucre sur les bras et, en conséquence, avec des vins très/trop chargés en alcool. Choisir le jour idéal pour vendanger est un art que les Rinker maîtrisent à la perfection. Les vins conjuguent l’intensité volcanique avec une fraîcheur désaltérante.

Le Domaine Knab, c’est 21 hectares de vignes, à peu près exclusivement plantées en cépages bourguignons: pinot noir, pinot blanc, pinot gris, chardonnay et auxerrois. Le Domaine n’est pas certifié bio, mais ses pratiques s’approchent très fort de ce qui exigé pour bénéficier du logo bien connu. Sans surprise, rendements faibles et vendanges manuelles.

J’ai découvert les vins avec le millésime 2017 et les propose depuis lors, chaque fois que c’est possible. Je suis conscient du potentiel relativement limité des vins allemands pour une clientèle francophone, mais je m’obstine. D’autant plus pour le Domaine Knab, vu que les équilibres de leurs vins ne sont pas si éloignés des équilibres français. Bénéfice collatéral: les prix sont vraiment intéressants. Tentez le coup !

Je ne suis évidemment pas le seul à être impressionné: le guide Eichelmann 2022 accorde 4 étoiles au Domaine (sur un maximum de 5). Idem pour le guide Gault-Millau du même millésime.

Trois vins du Domaine Knab sont en dégustation le samedi 19 novembre 2022. Les voici:

Catégories
domaine offre

Champagne !

Anthocyane n’a plus proposé le moindre Champagne depuis 2016. L’un d’entre vous m’a rappelé récemment que la période des fêtes de fin d’année est pourtant fort propice aux bulles champenoises. Et que je ferais bien d’y remettre le nez. Et que le plus vite serait le mieux. Et que je devrais arrêter de dire « oui, mais… ». Et que c’est le 10ème anniversaire d’Anthocyane !

Donc, sous cette amicale pression, j’ai agi: huit Champagnes viennent enrichir la gamme.

Cette sélection se veut une ode à la diversité: des Champagnes de l’ouest (Vallée de la Marne), du sud (Côte des Bar) et du centre (Côte des Blancs); des blancs et un rosé; des vins à dominante de pinot, d’autres à dominante de chardonnay; de l’Extra-Brut (donc peu dosé) et du dosage zéro (donc pas dosé du tout).

En rouge, les vignobles; en orange, les villages où l’on peut élaborer le Champagne.

J’ai privilégié les Champagnes « de vigneron », avec une personnalité marquée et une capacité à traduire le millésime dont ils sont issus. Respect pour les grandes marques dont le but est de proposer, année après année, le même goût (« zéro surprise »), mais ce n’est pas le terrain de jeux d’Anthocyane.

Pour vos cadeaux: sachet individuel (en papier kraft brun) offert.

Les huit Champagnes sont ici !

Tant qu’à écrire sur le et la Champagne, voici quelques définitions qui peuvent faciliter la lecture d’une étiquette:

Grand Cru

L’étiquette d’un Champagne peut porter la mention « Grand Cru » ou la mention « Premier Cru ». Bon à savoir, le système champenois attribue ces deux mentions à un village dans son ensemble. C’est commode, en particulier pour calculer le prix du kilo de raisins, mais ce n’est pas très précis: jusqu’à preuve du contraire, toutes les parcelles situées sur le territoire du village de Puligny-Montrachet ne se valent pas. Les Champenois rétorqueront que le système bordelais est encore moins précis (et ils ont plutôt raison, mais c’est un autre sujet).

Voici les 17 villages classés « Grand Cru » :

Tours-sur-Marne , Verzenay , Verzy , Ambonnay , Aÿ , Bouzy , Louvois , Beaumont-sur-Vesle , Mailly-Champagne , Puisieulx , Sillery (dans La Montagne de Reims)

Avize , Chouilly , Cramant , Le Mesnil-sur-Oger , Oger , Oiry (dans la Côtes des Blancs).

Il y a par ailleurs une bonne quarantaine de villages classés « Premiers Crus ».

Deux fermentations alcooliques successives

Le Champagne commence sa vie comme un vin tranquille: une première fermentation alcoolique des sucres naturellement présents dans les raisins. Cela se passe dans une cuve-inox ou dans un contenant-bois. Au moment opportun, le vigneron va embouteiller le vin tranquille en y rajoutant une liqueur de tirage: sucres de canne sous forme liquide et levures. Ainsi commence la deuxième fermentation alcoolique, dans la bouteille. Cette deuxième fermentation est appelée prise de mousse.

Dégorgement

Le dégorgement consiste à expulser du flacon les levures mortes (appelées « lies ») et autres turbidités. Ces levures, avant leur décès, se sont chargées de la prise de mousse: transformer le sucre de canne en alcool et en CO². Ce CO², c’est la bulle qui signe le Champagne !

Pour dégorger, on procède en général par congélation. On en profite pour rajouter la liqueur de dosage.

Une fois ces opérations exécutées, le Champagne commence sa vie d’adulte. La date de dégorgement vous indique quand cette manœuvre technique a eu lieu. Qui apprécient les vins récemment dégorgés et qui leur préfèrent des vins évolués, il n’y a pas de règle absolue. NB: néanmoins, si vous tombez sur une bouteille dégorgée il y a 10 ans voire plus, le contenu du flacon pourrait décevoir. Le Champagne n’est pas éternel.

Certaines grandes marques de Champagne sont réticentes à indiquer la date de dégorgement sur leurs étiquettes parce que celle-ci pourrait être confondue avec une date de péremption. Considérant que l’essentiel du volume de ces grandes marques est commercialisé par la grande distribution, je peux comprendre leur prudence.

J’imagine déjà la scène: le client ramène sa bouteille dans son supermarché préféré parce qu’elle serait …périmée.

Liqueur de dosage (synonyme: liqueur d’expédition)

Il s’agit de rajouter un liquide sucré au Champagne au moment du dégorgement. La quantité de sucre détermine le type du Champagne: Extra-Brut, Brut, Sec, etc… Pour le plaisir de faire compliqué, un Champagne Sec est un vin assez doux (entre 17 et 32 grammes de sucre par litre). On élaborait au XVIIIe et au XIXe siècle des Champagnes vraiment doux, avec plus de 50 grammes de sucre/litre.

Les Champagnes « zéro dosage » ne rajoutent pas de liqueur de dosage. C’est une tendance contemporaine qui fait sens lorsque le vin est capable de supporter cette absence de dosage. Beaucoup de Champagnes gagnent à bénéficier d’un léger dosage. Il ne s’agit en aucun cas d’en faire des vins doucereux, mais d’arrondir quelques angles.

Le dégorgement tardif consiste à élever le vin longtemps sur ses lies. Les champagnes du type « dégorgement tardif » sont très prisés des amateurs et par conséquent très chers. Ou serait-ce l’inverse ? Vaste débat…

Placomusophilie

Celui qui collectionne les capsules de Champagne est un placomusophile. Je crains de faire partie de cette confrérie un peu bizarre…

Catégories
oenotourisme voyage

Allemagne, Rheingau, Hattenheim, jour 9 & suivants

De restaurant en balade-vignoble, de musée en balade-bateau, de Mainz à Lorch, quelques impressions fugaces et photographiques de notre périple en Rheingau.

Sur l’échelle de la qualité, le riesling Hattenheimer Nussbronnen 2015 kabinett trocken de Langwerth von Simmern score vraiment haut: 8/10. NB: mon échelle va de 0 (le caca de chien malade, sur trottoir défoncé, sous une pluie glaciale) à 10 (le Taj Mahal ou le musée du Quai Branly ou les Variations Goldberg).

Ce Domaine à la forte notoriété et aux étiquettes particulièrement baroques a cessé d’exister vers 2018: les parcelles ont été revendues à d’autres vignerons, parmi lesquels le Domaine Corvers Kauter à Oestrich-Winkel.

Il y a tant à voir, tant à faire, tant à goûter/boire que je ne sais par où commencer.

Catégories
domaine oenotourisme voyage

Allemagne, Franconie, Bürgstadt, jour 1

Weinhaus Stern, un hôtel-restaurant plus que sympathique, au centre d’un petit village charmant mais pas touristique (Bürgstadt).

La carte des vins est très orientée « circuit court hyper-local »: magnifique sélection en vins de Franconie occidentale (Churfranken), avec un accent majeur sur les vins du Domaine Rudolf Fürst.

Fürst est considéré comme l’un des papes du pinot noir en Allemagne et cela n’est pas rien, vu la relative abondance d’excellents pinots noirs de ce côté-là du Rhin. Son terroir, c’est le Centgrafenberg, vignoble pentu en surplomb de l’Erf, un petit affluent du Main.

J’ai choisi un millésime relativement ancien (2013) pour une double raison: d’abord le plaisir de goûter un vin déjà fondu et à pleine maturité. Ensuite, savourer son prix sur table (€ 57) alors que les millésimes plus jeunes sont tarifés à peu près au double: l’impact de mention GG (traduction libre: grand cru) qui change manifestement tout…

Le vin est superbe: apaisé, épicé, profond et long. Une intensité qui ne peut laisser indifférent. Un boisé presque imperceptible, chaque verre paraissant meilleur que le précédent. Ce voyage commence fort.

6,8 km de plaisir pédestre à travers le Centgrafenberg
C’est par là: balisage impeccable !

Le Domaine Fürst est discret: très peu d’indications pour le trouver, Vivons cachés ! Devant la maison, une œuvre d’art à la gloire de la roche locale, le buntsandstein, de couleur rougeâtre.

Catégories
dégustation offre

A table !

Vendredi 25 février. Le soir tombe. Il fait calme dans les rues de Berchem-Ste-Agathe. Une maison résiste malgré tout à l’assoupissement: quelques vaillants dégustateurs, verres à la main et papilles en éveil, arrivent et s’apprêtent à participer à une première.

Une dégustation différente: les huit participants s’installent à table, au premier étage. Ils ne savent pas grand-chose, sauf que nous goûtons 12 vins allemands, nouveaux, jamais présents au tarif d’Anthocyane. Ils sont conscients que leur avis va compter.

Le maître des cérémonies (pour faire simple, moi) présente, explique et paraphrase. J’ai tenté de maîtriser ma potentielle logorrhée en diffusant quelques jours auparavant un document résumant ce que je sais du vin allemand, millésime 2022. Cela évoque les régions, les cépages, les mentions sur l’étiquette, l’association VDP. Des clés pour comprendre Ortswein, trocken, Grosse Lage, Pfalz, spätburgunder, Alte Reben et autres subtilités germaniques.

Ambiance légèrement mystérieuse lorsque le maître des cérémonies annonce que les vins seront présentés étiquette visible, par paires et dans un ordre aléatoire, sans crescendo volontaire. On cherche à classer les 12 vins, du meilleur au moins bon, en ignorant leur prix. Mon âme étant pure et bienveillante, j’ai malgré tout consenti à révéler que les bouteilles sont commercialisées en Belgique dans une fourchette comprise entre € 10 et € 29.

Les blancs

Il est temps que j’aille chercher les deux premiers flacons: un sauvignon du Palatinat et un chardonnay du Rheinhessen font leur entrée en scène. Tambours et trompettes, concentration studieuse, crayons fraîchement taillés, le liquide brillant s’écoule dans les verres cristallins. Go !

Autrement dit, je présélectionne 12 vins et me fais ensuite aider par une belle brochette d’amateurs éclairés pour mettre au tarif d’Anthocyane les flacons les plus intéressants. C’est en quelque sorte le triple tri: par l’importateur, par moi et par les dégustateurs présents ce vendredi soir. Tout cela avec l’ambition assumée de vous proposer la crème de la crème.

Cette nouvelle formule a fort bien fonctionné et sera sans doute proposée à nouveau, au printemps, moyennant quelques menus aménagements pratiques. Il est d’ailleurs autorisé de me faire connaître dès à présent un éventuel intérêt à participer à la deuxième session. Je souligne qu’il ne s’agit en aucun cas de remplacer les dégustations du samedi autour du bar, mais de compléter mon offre.

Les rouges, précédés par une bulle 100% pinot noir

Voici le classement des 9 vins sélectionnés. Tous sont disponibles dans le magasin. Pour votre facilité ils ont été regroupés dans un rayon du magasin.

  • 1 Aldinger (rouge) Württemberg  Fellbacher Reserve (pinot noir) 2019: € 28,50
  • 2 Georg Gustav Huff (blanc sec) Rheinhessen  Niersteiner Pettenthal (riesling) 2020: € 16,50
  • 3 Knab (rouge) Baden  Alte Reben (pinot noir) 2019: € 18,50
  • 4 Aldinger (blanc sec) Württemberg  Rebhuhn (riesling) 2020: € 10,50
  • 5 Shelter Winery (bulle) Baden  Sparkling Brut (pinot noir) 2014: € 25,50
  • 6 Aldinger (rouge) Württemberg  Lemberger (lemberger) 2019: € 12,50
  • 7 Am Stein (blanc sec) Franken  Würzburger Innere Leiste (silvaner) 2019: € 19,50
  • 8 von Winning (blanc sec) Pfalz  Sauvignon II (sauvignon) 2020: € 14,00
  • 9 J. Neus (blanc sec) Rheinhessen  Muschelkalk (chardonnay) 2020: € 12,50

Lorsque le douzième vin fût tiré et qu’il fût dûment goûté, Catherine se chargea, avec talent, de nourrir les convives légèrement affamés. Choucroute et pavlova-citron. Malgré la présence ostensible de trois grands crachoirs sur la table, l’ambiance était alors beaucoup moins studieuse qu’en début de dégustation: décibels, rires et retrouvailles en mode post-COVID.

Et, à la grande joie du maître des cérémonies, une impression générale que le vin allemand a décidément beaucoup de choses à raconter ! Bien sûr, la victoire est revenue au duo attendu: riesling et pinot noir. Mais silvaner, sauvignon et lemberger n’ont certainement pas démérité !

Ah oui, avant que je n’oublie: un classement des vins, c’est utile, mais on peut aussi classer par la quantité commandée. Médaille d’or: Knab Alte Reben. Complètent le podium: Aldinger Rebhuhn et Huff Pettenthal. Ont raté de très peu une médaille de bronze: Am Stein Innere Leiste et von Winning Sauvignon II.

Commandes jusqu’au mardi 08 mars inclus.

Mon ambition (légèrement audacieuse) est de mettre les commandes à disposition à partir du samedi 12 mars. Tous les vins sont disponibles dans le magasin. Pour votre facilité ils ont été regroupés dans un rayon du magasin.

Catégories
histoire information

Vin allemand: comment s’y retrouver ?

vignoble Aldinger dans le Württemberg

Le monde du vin allemand est complexe et il est en ébullition. Tout change depuis une bonne vingtaine d’années, en opposition avec la tradition germanique qui classe les vins en fonction de la quantité de sucre présente dans les raisins lors de la vendange. C’est cette richesse en sucre qui est à la base du classement traditionnel des vins : kabinett, spätlese, auslese, beerenauslese, trockenbeerenauslese.[1]

Avec des raisins de type kabinett et spätlese, il est possible d’élaborer soit des vins secs ou du moins d’esprit sec (la législation allemande affirme qu’un vin est sec trocken s’il contient moins de 9 grammes de sucre résiduel[2]), soit des vins demi-secs, voire moelleux. Le type auslese correspond le plus souvent à des vins moelleux, mais il n’est pas exclu de trouver un auslese trocken avec 14% d’alcool, voire un peu plus.

Les types beerenauslese et trockenbeerenauslese sont toujours moelleux ou liquoreux. Ces vins botrytisés sont rares et chers, voire extrêmement chers. On peut se risquer à comparer beerenauslese à la Sélection de Grains Nobles alsacienne. Et trockenbeerenauslese à l’Eszencia hongroise (Tokaji). Ils sont très peu alcoolisés (6%), avec plusieurs centaines de grammes de sucre résiduel par litre et une acidité incroyablement élevée, qui équilibre le sucre.

Si le mot trocken ne figure pas sur l’étiquette, vous pouvez être certain qu’il s’agit d’un vin avec une certaine douceur.

Ce qui précède, c’est déjà le passé. Le regard des meilleurs vignerons allemands s’est aujourd’hui tourné vers l’ouest, en direction de l’Alsace et de la Bourgogne. C’est une autre façon de classer qui s’impose progressivement, basée sur le lieu dont le vin est issu et de la qualité associée à ce lieu : vin régional (Gutswein), vin communal (Ortswein), vin issu d’une parcelle premier cru (Erste Lage), vin issu d’une parcelle grand cru (Grosse Lage). C’est la pyramide de la qualité.

Une association privée est à l’origine de ce nouveau regard : VDP. On reconnait les vignerons membres de cette association à la présence d’un aigle stylisé sur la collerette des bouteilles.

VDP n’a, à ma connaissance, pas d’équivalent dans les autres pays européens. Les membres sont choisis par cooptation. Il y a +/- 200 membres. L’aigle VDP est un indicateur de qualité fiable.

Leur site Internet : https://www.vdp.de/en/

Comme souvent pendant une phase de transition, différents classements coexistent, suscitant sans doute une certaine confusion. Certains domaines traditionnalistes ne s’inscrivent pas dans la nouvelle démarche, certaines régions utilisent des systèmes légèrement différents, certains vignerons contestent le classement (ou l’absence de classement) de telle parcelle[3], certains éléments de la charte VDP sont repris dans la nouvelle loi allemande de 2021, d’autres ne s’appliquent qu’aux membres de l’association. Le consommateur peut légitimement se sentir un peu largué…

La région est l’entité géographique de base. Au sens strict, la notion d’appellation n’existe pas pour le vin en Allemagne.

La plupart des vignobles réputés se situent dans les parages du Rhin ou de l’un de ses affluents (Moselle, Main, Ahr, Neckar).

Il y a 13 régions, d’importance fort différente : Ahr, Baden, Franken (en français : Franconie), Hessische Bergstrasse, Mittelrhein, Mosel, Nahe, Pfalz (en français : Palatinat), Rheingau, Rheinhessen, Saale-Unstrut, Sachsen, Württemberg.

Les vins issus de parcelles spécifiques sont généralement décrits sur l’étiquette par <nom du village>< ‘er’ facultatif> <nom de la parcelle>.

Par exemple : un Westhofener Morstein est un vin issu de la parcelle Morstein, située sur le village de Westhofen. Par exemple : un Volkacher Karthäuser est un vin issu de la parcelle Karthäuser, située sur le village de Volkach.

Lorsque le nom de la parcelle possède une grande notoriété, certains vignerons omettent le nom du village. Exemple : au Domaine Knipser (région Pfalz), on mentionne simplement la parcelle Steinbuckel, en oubliant de lui accoler le village Laumersheim[4].

Les vins issus d’une parcelle Grosse Lage portent souvent[5] les lettres « GG », imprimées sur l’étiquette et gravées dans le verre de la bouteille : il s’agit alors d’un vin Grosses Gewächs, un vin grand cru issu d’une parcelle grand cru. Un vin Grosses Gewächs est toujours sec.

Le cépage est toujours mentionné sur l’étiquette. A noter que l’Allemagne produit presque uniquement des vins monocépages. L’assemblage est très peu pratiqué ; un vin d’assemblage s’appelle Cuvée.

Le pinot noir est en général appelé spätburgunder[6], ce qui se traduit littéralement par bourguignon tardif. Cela permet de mieux comprendre le rare cépage frühburgunder, le bourguignon précoce, qui est apparenté au pinot noir mais qui mûrit plus rapidement. Le cépage lemberger est parfois mieux connu sous son nom autrichien : blaufränkisch.

La région est toujours mentionnée sur l’étiquette, mais cela peut être discret.

Certaines régions sont prestigieuses mais très peu étendues (Ahr, Rheingau), deux parmi elles sont situées en ex-RDA et leurs vins ne sont presque pas exportés (Saale-Unstrut, Sachsen), d’autres n’ont pas vraiment de notoriété (Hessische Bergstrasse, Mittelrhein), une autre élabore essentiellement des blancs demi-secs, moelleux et liquoreux (Mosel).

Les définitions géographiques des régions sont parfois surprenantes. Par exemple, Baden regroupe des vins élaborés à la frontière suisse (Basel, Bodensee) et d’autres vins, élaborés dans le centre du pays, aux portes de la Franconie (Tauberfranken) : comptez +/- 400 kilomètres entre le sud et le nord de la région !

On a l’habitude de considérer l’Allemagne comme un pays de vins blancs. C’est vrai, dans la proportion des deux-tiers : 69.000 hectares de raisins blancs, 34.000 hectares de raisins noirs.

En termes de cépages, c’est le riesling[7] qui fait la course en tête (23%) devant le pinot noir (11%) et le müller-thurgau[8] (11%).

On trouve également des vignobles consacrés au pinot gris, pinot blanc, silvaner[9], chardonnay, sauvignon.

Et quelques spécialités, en rouge, à la réputation mitigée : dornfelder, portugieser, trollinger, schwarzriesling (en français : pinot meunier)…

Le terme Alte Reben correspond aux « vieilles vignes » en France. La définition de l’âge qui donnerait droit de mentionner « vieilles vignes » sur une étiquette est aussi inexistante en Allemagne qu’elle ne l’est en France.

Le bouleversement climatique pousse à présent certains vignerons à faire des essais avec des cépages plus sudistes, comme la syrah, le merlot et le tempranillo. Dans certaines parties de la région Baden, le climat est trop chaud pour y cultiver du riesling.

Il fût un temps où les blancs contenaient presque toujours une certaine quantité de sucre résiduel, peu d’alcool et beaucoup d’acidité. Le vin pouvait être excellent, mais le consommateur francophone/latin se demandait toujours ce qu’il allait faire de la bouteille.

Il fût un temps où les rouges étaient souvent défigurés par un élevage en barriques surdosé, exhibitionniste et asséchant.

Les choses ont radicalement changé ! Et voilà donc un excellent prétexte pour proposer la dégustation de 12 vins allemands contemporains.

Notes:

[1] Il faut 17 grammes de sucre par litre pour générer 1% d’alcool. Un vin tout-à-fait sec qui titre 13% provient de raisins qui contenaient 221 grammes de sucre.

[2] La règle exacte est plus complexe, elle prend en compte l’acidité du vin : plus le vin est riche en acidité, plus il peut contenir de sucre résiduel tout en étant considéré comme trocken. C’est plutôt logique puisque l’acidité masque le sucre.

[3] C’est le cas du Domaine Georg Breuer dans le Rheingau. Il fait incontestablement partie de l’élite des meilleurs domaines allemands mais a très mal pris l’absence de classement VDP de la parcelle du Nonnenberg, dont Breuer est le seul propriétaire (monopole). Breuer a donc claqué la porte de VDP derrière lui. Lorsque j’ai eu la chance de goûter Nonnenberg, j’ai compris la frustration du Domaine…

[4] Bon, en fait, en tous petits caractères, il est bien indiqué Laumersheimer Steinbuckel ». Ouf !

[5] Pas toujours. Mais cela nous entrainerait trop loin. Disons que certains vignerons ne déclarent pas en GG un vin issu de jeunes vignes de façon à ne pas dévaloriser le terme GG.

[6] Certains vignerons utilisent spätburgunder pour leurs vins d’entrée de gamme et pinot noir pour leurs vins les plus chers/prestigieux. L’inverse ne se fait, à ma connaissance, jamais.

[7] 44% du riesling dans le monde est planté en Allemagne. En France ? 6%. Eh oui…

[8] Rarement à l’origine de grands vins.

[9] Avec un ‘i’ et non un ‘y’. L’Allemagne est de loin le plus grand producteur au monde de silvaner (régions Rheinhessen et Franken). Les meilleurs silvaners sont allemands.

Une sélection de vins allemands a été dégustée le vendredi 25 février. Un article, intitulé à table ! a été consacré à cette dégustation. Les vins ont été regroupés dans un rayon du magasin.

Commandes jusqu’au mardi 08 mars inclus.

Catégories
domaine rouge

Pinot noir de l’extrême

C’est une histoire un peu compliquée qui mêle géographie germanique et romantisme en terres de raisin.

Benedikt Baltes est un jeune homme, fils d’une famille vigneronne et originaire de la vallée de l’Ahr, un haut-lieu du pinot noir en Allemagne. Sa famille possède un Domaine qui lui reviendra un jour. Entretemps, une irrésistible envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte le conduit, après divers détours, en Franconie, sur les rives du Main. En 2010, il y rachète un Domaine (Weingut Stadt Klingenberg) un peu tombé dans l’oubli et le marque de son empreinte en le rebaptisant à son nom dès que les vins traduisent sa vision. Il produit 90% de pinot noir, aussi un petit peu de riesling et de müller-thurgau pour faire joli. Le vignoble est fantastique pour qui a l’envie et la force de travailler sur des pentes vertigineuses.

La notoriété et le succès sont très vite au rendez-vous. La « patte » de Benedikt change radicalement le niveau des vins. Je découvre ces vins avec le millésime 2014: bien et mieux que bien, mais pas totalement convaincant. Et puis voici venir le millésime 2015: c’est un triomphe ! Des pinots noirs d’exception qui offrent à peu près tout ce que l’on peut espérer recevoir. La presse spécialisée s’enthousiasme, à raison.

Mais voilà que Benedikt et Julia (Bertram), vigneronne dans la vallée de l’Ahr, décident d’unir leurs destinées. La tentation est alors forte de réunir le vignoble familial Bertram et le vignoble familial Baltes et de créer ainsi un grand Domaine en vallée de l’Ahr.

Dégât collatéral: Benedikt peut difficilement en même temps gérer son Domaine en Franconie et cogérer un Domaine dans la vallée de l’Ahr: près de 250 kilomètres séparent en effet les vignobles. Donc, Benedikt revend le Domaine qu’il a à peine eu le temps de reprendre. Aujourd’hui, ce Domaine en Franconie a été rebaptisé par ses nouveaux propriétaires en Weingut Steintal. Benedikt est consultant auprès de son ex-Domaine.

En 2017, j’avais choisi de proposer à la vente la cuvée Grossheubach Alte Reben, issue du millésime 2015. Mais j’avais déjà repéré une autre cuvée de très haut niveau: Klingenberg Alte Reben R (avec « R » pour « Réserve »): celui-ci était fabuleux, mais sa dégustation ressemblait alors à un infanticide auquel je refuse habituellement de me livrer. Bref, il fallait attendre, faire preuve de patience, donner au vin le temps qu’il faut.

Et donc, je viens de goûter à nouveau, 4 ans après ma dégustation initiale. Très heureux de constater que le bébé s’est transformé en un jeune adulte en pleine possession de ses moyens: nez subtil, poivré et épicé; bouche de haut vol, pleine et aromatique, tannique mais peu boisée, minérale à souhait. C’est plus Gevrey que Chambolle. Du caractère et de l’expressivité.

Je reconnais qu’il faut un peu d’audace pour acheter un pinot noir de Franconie, élaboré par un Domaine qui n’a eu que quelques années d’existence. Mais je suis prêt à parier que les audacieux seront aussi convaincus que je le suis.

Quantités super-limitées, l’importateur doit en avoir encore une douzaine de flacons.

Terrasses escarpées dans le village de Klingenberg. Klingenberg se situe sur la rivière Main, en aval de Würzburg et en amont de Frankfurt (là où le Main se jette dans le Rhin). On est dans l’extrême ouest de la Franconie viticole. Administrativement, c’est la Bavière, mais on s’en fiche.

Terroir de roche sableuse rouge (« Buntsandstein »), en exposition sud. Vignes de 50 ans et plus. Rendements limités à 30 hectolitres par hectare.

Vendanges manuelles, égrappage à 100%, levures indigènes. Elevage de 15 mois en fûts (20% de fût neuf).

Benedikt Baltes, Franken (Allemagne) Klingenberg Alte Reben R 2015 est disponible dans le magasin.

Catégories
domaine rouge

August Kesseler, Rheingau, 2006

Hier soir, pinot noir à tendance résolument germanique. Millésime 2006 ? Même pas grand cru ? Mais, mon pauvre ami, ce vin est passé depuis longtemps !

Que nenni. En pleine forme, ce spätburgunder rhénan: pur, net, fruité, sans arômes tertiaires, il ressemble à un éternel adolescent. La complexité n’est certes pas son point fort, mais il tire le maximum de ses parents de raisins, sans maquillage boisé qui tenterait vulgairement de le survendre.

Si vous m’excusez cette petite grossièreté, il pète exactement à la hauteur de son cul.

Équilibre magique, comme un funambule sur sa corde par dessus le Rhin. Jolie persistance, saveurs profondes, matière patinée.

Le dernier verre est le meilleur: c’est typique d’une petite bouteille de 75 cl. Les grandes bouteilles de 75cl sont celles qui ne se vident pas, faute de plaire assez.

August Kesseler est considéré comme l’un des grands spécialistes allemands du pinot noir. Cette cuvée simple a été achetée € 15 en 2009. Le prix a beaucoup changé depuis lors. Le design de l’étiquette itou. C’était ma dernière bouteille, dommage.

Le site Internet du Domaine affiche en particulier une carte géographique des meilleures parcelles de la vallée du Rhin, avec une précision toute bourguignonne.