Catégories
dégustation information

Sulfité or not sulfité, that is the question

Voilà, vendredi 20h30, les quatre jurés (dont votre serviteur) s’apprêtent à comparer deux vins rouges de Loire. Pour une fois, il ne s’agit pas d’essayer de reconnaître ce qu’il y a dans les verres, mais simplement de décrire les différences et les ressemblances entre le vin classique (donc sulfité) et le même vin, en version “sans sulfites ajoutés” (ssaj).

Apprécions la subtile différence entre les couleurs de la charrette…

En l’occurrence, il s’agit d’un Chinon de chez Couly-Dutheil, en millésime 2020, portant le joli nom de “Les Chatelières”. La version classique est vendue € 11 alors que la version ssaj est proposée à € 13.

Nous goûtons, les commentaires fusent assez vite. J’ai résumé ci-dessous.

Q1: ces deux vins sont-ils vraiment identiques, à l’exception de l’ajout de sulfites dans l’un ?

R1: sans doute non et c’est dommage parce que cela rend la comparaison moins pertinente. La contre-étiquette indique un taux d’alcool de 13,5% pour le vin ssaj et de 14% pour le vin classique. Comme il s’agit d’une cuvée destinée à un distributeur en particulier (à savoir Le Lion – oui, celui qui rugit bizarrement depuis quelques jours), aucune information n’est disponible sur le site Internet du producteur. Le site Internet du Lion est ce qu’il est, un foutoir où il est impossible de trouver de l’information de qualité. Les deux bouteilles affichant le même nom de cuvée, on souhaite, par respect du consommateur, que ce soit le même vin, mais rien n’est certain.

Les bouchons sont eux aussi différents: un liège classique pour le vin …classique, un bouchon Nomacorc Select Green 300, fabriqué à partir de biopolymères végétaux dérivés de la canne à sucre pour le vin ssaj. Le bouchon comme élément du marketing vert.

Q2: la dégustation met-elle plutôt des ressemblances en évidence ou plutôt des différences ?

R2: ces deux vins nous ont paru fort différents l’un de l’autre. Le vin ssaj présente un nez assez éteint, avec des nuances cartonnées. En bouche, il se caractérise par son imprécision et par une faible énergie. Il semble avoir franchi son apogée et avoir commencé sa descente vers je ne sais où. Ce qui peut être agréable dans un vin ssaj, un fruit éclatant et joyeux, est absent. Par contre, le vin classique est équilibré et sympathique, si l’on accepte d’avoir affaire à un “petit calibre”. Il y a du fruit et de la structure, c’est un vin honnête à défaut d’être particulièrement intéressant.

Q3: la différence de prix est -elle justifiée ?

R3: de ce qui précède, le lecteur attentif aura déduit que ma réponse est négative. En mars 2023 et en l’état, le vin ssaj ne vaut à peu près rien (et certainement pas € 13) alors que le vin classique peut valoir les € 11 demandés par le distributeur.

Q4: à quoi joue-t-on ?

R4: excellente question, Philippe. Merci de l’avoir posée. On surfe sur la vague de la “naturalité”, avec un cynisme qui peut laisser le dégustateur perplexe. Ce vin ssaj était peut-être vivant et amusant à l’été 2021, mais aujourd’hui (vendredi) il est aussi mort qu’il est possible de l’être. Je me demande comment un amateur néophyte, attiré par la “verdure” de l’étiquette, aura évalué son achat. A mon avis, le taux de réachat sera invisible sans l’aide du microscope.

Q5: peut-on se fier à cette dégustation comparative pour faire une croix sur les vins ssaj ?

R5: non. Ce serait incorrect de condamner avec autant de légèreté. D’aucuns me diront peut-être que la crédibilité de Couly-Dutheil en matière de vins ssaj est aussi microscopique que le taux de réachat ci-dessus.

Q6: qu’est-ce qui se passe le lendemain de la veille ?

R6: encore une excellente question ! Quel feu d’artifice ! Le jeu s’est en effet poursuivi, avec d’autres participants, le samedi après-midi vers 15h00. Je m’attendais à ce que le vin ssaj s’effondre complètement. Ô surprise, il paraît meilleur maintenant ! Le nez reste de mon point de vue peu sexy, avec des nuances de carton et de croûte de fromage, mais le fruit est de retour ! Une acidité un peu croassante mais pas de déviation aromatique. C’est une résurrection inattendue et déconcertante. Toujours pas le grand fruit, éclatant et joyeux, mais traiter cette version ssaj de cadavre paraît à présent excessif.

Conclusion (provisoire):

Faut-il en déduire que les vins ssaj doivent être ouverts 12 ou 24 heures avant consommation ? Si c’est oui, quel consommateur va le faire dans la pratique ?

Faut-il en déduire que les vins ssaj sont imprévisibles, bons lorsque l’âge du capitaine est un nombre pair et mauvais quand la pleine lune s’absente ?

Quelle justification pour la différence de prix ? Il s’agit manifestement de segmenter la clientèle, en partant du principe que le “naturiste” est prêt à payer son vin plus cher parce qu’il est ssaj. Less is more.

Dans tous les cas, pour € 13, je préfère le Chinon Les Granges de Bernard Baudry.

PS: cet article et cette dégustation trouvent leur source ici: https://les5duvin.wordpress.com/2023/02/01/sans-soufre-cest-plus-cher/

Catégories
information

Vin belge, anno 2022

Voici le lien vers le communiqué de presse publié début mars par le SPF économie:

https://news.economie.fgov.be/223561-3-millions-de-litres-de-vin-belge-en-2022-un-record

Mon résumé: 2022 est l’année de tous les records, grâce d’une part à une météo favorable et d’autre part à la croissance soutenue de la surface plantée. Le millésime 2022 a produit l’équivalent de 4 millions de bouteilles.

Tous les types de vin sont en croissance, le pompon étant attribué au vin rouge et aux bulles. Malgré une très forte croissance, le vin rouge ne représente qu’une faible part de la production totale et, de mon point de vue de dégustateur, c’est très bien comme ça !

La répartition régionale est à peu près moitié-moitié entre Flandre et Wallonie. Bruxelles ne joue évidemment aucun rôle dans cette histoire.

La Wallonie produit essentiellement des bulles, la Flandre une majorité de vins blancs tranquilles.

Deux provinces mènent la danse: le Hainaut (grâce aux bulles du Chant d’Eole et des Agaises-Ruffus) et le Limbourg. Ensemble, elles sont responsables de la moitié du volume produit (à quelques cacahuètes près).

Le nombre de vignerons recensés par le SPF s’élève à 259. Il est fort probable que le nombre réel soit supérieur, vu le nombre de vignerons qui viennent de planter leurs premiers ares (et qui passent sous le radar du SPF).

Commentaire personnel: le niveau qualitatif atteint par les bulles, wallonnes et flamandes, est vraiment remarquable (on constate une évolution similaire, à plus grande échelle, en Angleterre). Il y a des blancs tranquilles de grande qualité (Clos d’Opleeuw, La Falize), mais ils sont forts chers, la demande étant de loin supérieure à l’offre. Les vins rouges restent anecdotiques. Quelques projets folklorico-fantasques poussent à gauche et à droite, par exemple vin produit à hauteur de quelques dizaines (sic) de bouteilles.

Catégories
dégustation information

Et le meilleur sommelier du monde est …

… Raimonds Tomsons, de nationalité lettone. Il avait déjà été finaliste lors de l’édition précédente de ce concours en 2019. Déception en France puisque Pascaline Lepeltier a échoué au pied du podium, à la 4ème place.

Le vainqueur, pris le nez dans le verre

J’ai eu le plaisir d’assister à la finale: celle-ci est réservée aux trois meilleurs candidats: un sommelier chinois, une sommelière danoise et Raimonds Tomsons, le letton, qui a donc remporté le concours. Oui, j’ai assisté à la finale … via YouTube. Les trois candidats sont littéralement sur scène. Ils exécutent une longue série de tâches diverses, devant un public parisien nombreux, très chic, en tenue de gala avec nœud papillon. Dressing code formel pour une cérémonie très parisienne et un peu vieux jeu. Beaucoup d’applaudissements, pour tout et n’importe quoi. Des longueurs avant que cela ne commence vraiment: tout le monde a eu le temps de se congratuler.

la retransmission intégrale de la finale: le concours commence vraiment à partir de la 90ème minute

Commençons par les fleurs: j’ai énormément de respect et d’admiration pour les participants à ce concours. Ils ont travaillé sans relâche pendant plusieurs années pour maîtriser leur sujet. Leurs connaissances théoriques sont sans nul doute immenses. Ils sont capables de réciter le nom de 17 cépages croates, avec l’accent tonique au bon endroit ! On ne franchit pas les quart et demi-finales sans un bagage impressionnant. Je leur tire mon chapeau !

Après les fleurs, il y a le terreau. NB: on finira évidemment par le pot. Voici:

C’est vraiment un concours de sommellerie, pas un concours de dégustation. Les candidats sont amenés à goûter des boissons très diverses, du très alcoolisé (spiritueux) au très peu alcoolisé/fermenté (kéfir). Ils doivent maîtriser l’art du cocktail. Ils doivent déboucher et décanter selon les règles de l’art. Ils doivent papillonner autour des tables avec élégance. Ils doivent traquer les erreurs dans une carte des vins, reconnaître un vin sur base d’indices visuels -sans le goûter-. Ils doivent être capables de verser et de parler en même temps: une anecdote par-ci, une réponse par-là. Le sommelier est responsable de bien plus que des vins: il gère l’ensemble des boissons servies pendant le repas.

Gérer le stress est essentiel: pour chaque épreuve, le temps disponible est strictement limité. Les épreuves s’enchaînent rapidement. Celui qui est capable de décider vite est clairement avantagé par rapport à celui qui préfèrerait donner du temps au temps. Les candidats sont sous extrême adrénaline et semblent agir dans une bulle de focalisation. Raimonds demande systématiquement à ce que la question à laquelle il doit répondre lui soit répétée. Il utilise le terme wonderful un nombre incommensurable de fois. Perfect et nice sont également de la partie, jusqu’à l’indigestion. Il y a quelque chose de robotique dans sa façon de faire. On sent la transpiration.

Ce vocabulaire positiviste est un piège: lorsque tout est parfait et merveilleux, les mots perdent leur sens et le discours se vide de sa substance. On enferme l’appréciation du vin dans un style suranné et déconnecté. On crée un monde parallèle dans lequel on se livre à un jeu dont les participants sont sensés connaître les codes. Un peu de naturel, que diable !

Si -dans la vraie vie- un sommelier se comportait ainsi à ma table, je serais déçu: la qualité de l’interaction tient à l’authenticité du sommelier, à sa capacité à dépasser sa compétence technique et à entretenir une conversation aussi agréable qu’instructive. Un peu d’humour est évidemment le bienvenu. Tout ce qui est appris par cœur et débité comme un mantra devrait être banni. Le sommelier doit s’adapter à des tablées très différentes, qui ont des attentes et des envies différentes. Les trois premières phrases que j’échange avec un sommelier sont déterminantes: fait-il partie des personnes passionnées avec qui j’ai envie d’échanger ou plutôt des tue-l’amour qui ânonnent un texte prémâché, rempli de banalités et d’imprécisions ?

Il s’agit également d’une épreuve de langue, puisque les candidats s’expriment en anglais. Cela conduit bien entendu à un appauvrissement de leur discours, l’anglais n’étant pas leur langue maternelle. Leur prononciation est, comment dire, perfectible. Cela ne facilite pas l’interaction. Bémol: il faut bien concéder que les convives factices sont fermés et passifs: à chaque question, une réponse fuse, toujours la même: as you wish. Essayez de faire quelque chose avec ça !

Voici venue l’heure du pot: que vaut le meilleur sommelier du monde en dégustation à l’aveugle ? Eh bien, c’est édifiant.

Quatre vins blancs sont présentés à la sagacité de Raimonds. Il répond:

  • un vin autrichien, d’appellation Kamptal, de cépage grüner veltliner et de millésime 2020
  • un vin grec, d’appellation Mantinia, de cépage moschofilero et de millésime 2021 (le vin lui semble “muscaté”)
  • un vin français, de la Côte de Beaune, en appellation “villages”, de cépage chardonnay et de millésime 2018
  • un vin français, du Chablisien, en appellation “villages”, de cépage chardonnay et de millésime 2020.

Il dispose de quatre minutes pour transmettre son évaluation …et en utilise à peine plus de trois. Sidérante la vitesse avec laquelle il goûte et tranche. Peu de place pour le doute.

Et maintenant, voici les vins qui étaient effectivement présentés au candidat:

  • un vin allemand, d’appellation Moselle, de cépage riesling et de millésime 2021 Nik Weis St. Urbans-Hof Goldtröpchen GG
  • un vin autrichien, d’appellation Wachau, de cépage riesling Domäne Wachau Kellerberg
  • un vin sud-africain, de cépage sémillon Alheit Vineyards Monument Sémillon 2021
  • un vin argentin, de cépage sémillon, en provenance de Patagonie Riccitelli Sémillon Old Vines.

Bilan: rien n’est exact. Rien ne s’approche de la vérité. Ni le riesling, ni le sémillon ne sont identifiés.

Et le vin rouge ? Il s’agissait de goûter deux millésimes du même vin. Notre homme a bien repéré qu’il s’agissait d’un grand Bordeaux, qu’il a placé à Saint-Estèphe (cabernet sauvignon, cabernet franc et merlot). Il a parié sur les millésimes 2005 et 1990.

Suspense insoutenable.

C’était Pétrus (Bordeaux, Pomerol, 100% merlot), en millésimes 2012 et 2003. Etonnant, Raimonds leur attribue respectivement 18 ans d’âge et 33 ans d’âge, alors qu’il s’agit en réalité de vins sensiblement plus jeunes. Pourrions-nous en déduire que Pétrus évolue/vieillit vite ? Aïe. Qu’est-ce que j’ai osé écrire… Cela étant, combien de fois un candidat au titre de meilleur sommelier du monde a-t-il l’opportunité de goûter Pétrus ?

Dernier moment intéressant: jauger un vin rouge “à la volée”. Il ne s’agit pas de le reconnaître, simplement d’évaluer sa qualité. Raimonds lui trouve à peu près toutes les qualités de la terre. Consciemment ou inconsciemment, il veut faire plaisir à son interlocuteur qui lui demande son avis d’expert. Malheureusement, le vin présentait une (très) forte acidité volatile, ce qui constitue un défaut. Défaut non repéré donc.

Conclusion: je suis donc heureux de vous faire savoir que je partage avec le meilleur sommelier du monde au moins deux qualités: une passion sincère pour les multiples facettes du vin et une capacité à ne presque jamais rien reconnaître.

Est-ce qu’un sommelier est dans l’obligation d’être un brillant dégustateur à l’aveugle pour bien faire son boulot ? Ma réponse est non. Mais quand il s’agit d’être désigné comme le meilleur sommelier de la planète, il me semble que l’on peut attendre un certain niveau de performance en dégustation à l’aveugle. Peut-être faudrait-il modifier les questions du concours pour permettre plus de bonnes réponses. Arme à double tranchant.

Dernière anecdote: Raimonds Tomsons a été sommelier à Riga pendant vingt ans. Il ne l’est plus. Il est à présent consultant, commerçant en vins et enseignant. Il ne fréquente plus la salle de restaurant. Pfffffff….

Catégories
information

Horaires spéciaux

Je vous accueille mercredi 21 et vendredi 23 décembre, entre 10 et 18 heures. Toujours une bonne idée de me contacter avant passage pour vérifier si ce que vous souhaitez est bien en stock.

Si vous souhaitez un conseil, c’est le moment idéal !

Catégories
domaine information

Champagne: la sélection de la RVF

On a beau dire. Cela fait plaisir de lire la sélection des 21 beaux champagnes à prix accessibles réalisée par la Revue du Vin de France, numéro de décembre que je viens de recevoir.

Fleury tout en haut du classement. Drappier très bien classé.

Cliquer sur le lien ci-dessus “RVF Champagne” pour avoir accès à l’article. Ou télécharger l’article de la RVF en cliquant sur le bouton ci-dessus.

Catégories
information

Un parfum de nature: le Glou Guide n°5

Glou. Les vins dits naturels existent quoi que je puisse en penser. Ils sont partout, multipliant à l’infini les étiquettes rigolotes et les jeux de mots plus ou moins foireux. Je sais, il s’agit de briser le carcan suranné et le formalisme amidonné qui entravent les vins dits traditionnels. Démarche sympathique. Au diable les vins qui se prennent au sérieux ! Au diable les conventions sociales qui nous imposent le sempiternel Bourgogne blanc avec le poisson de la même couleur et le Bordeaux rouge avec la viande de la même couleur itou.
Faisons souffler un vent de liberté et donnons la parole à l’enfant, pur et innocent, qui se cache au plus profond de notre intimité !

J’ai acheté le Glou Guide n°5. € 18. Parution en août 2022 aux Editions Cambourakis. La couverture annonce 200 nouveaux vins naturels exquis à 20 euros maxi.

Remarque liminaire: en réalité, la sélection comporte exactement 20 vins dont le prix est supérieur à 20 euros et une bonne trentaine de vins tarifés -en France- à € 19 ou à € 20. Les vins à € 14 ou moins représentent le quart de la sélection. Certes je pinaille, mais enfin autant que le slogan qui orne le bouquin corresponde à ce qu’il y a dedans. La mention en grands caractères 200 vins naturels démocratiques n’arrange rien. Et laissez la démocratie tranquille, elle a déjà assez de soucis comme ça.

Les vins sont classés par prix croissant, sans mention ni d’une région d’origine, ni d’une éventuelle appellation, ni d’un cépage. L’âge des vignes est sans importance, la géologie à peine effleurée. Le millésime ? Cela n’intéresse que les vieux conservateurs en cravate qui se la pètent en pérorant par-dessus leurs verres en cristal.

Les accords mets-vin “nous font plutôt bâiller” (c’est une citation). Désolé, mais ils ne me font pas du tout bâiller, même si je reconnais très volontiers qu’on écrit beaucoup de bêtises sur ce sujet et que l’exercice est fort périlleux: le meilleur accord est parfois celui qui naît du hasard ou de cette petite touche de cannelle dans le plat dont personne n’avait soupçonné l’importance.

Je signale en toute transparence qu’une série de listes en fin d’ouvrage permet la recherche par région ou par cépage. Mais ce n’est pas vraiment pratique.

J’en viens à la cause de mon ire: voici la définition du pictogramme hardcore (sic). Je cite intégralement: “papilles peu expérimentées, prenez garde, ce vin naturel ne fait pas la révérence, il ne cherchera pas à vous séduire par les moyens habituels; c’est un rugueux, il gazouille et grogne dans le verre, il a peut-être même ce petit côté ‘sale’ qui plaît étrangement aux plus averti.es d’entre nous.”

Quel poème ! Tout y passe: si vous n’aimez pas ça, c’est parce que vous manquez d’expérience. Et si vous préférez votre vin propre, c’est que vous ne faites pas partie de la secte qui définit le Bien et le Mal. Par un étrange retournement, le vin sale est donc en fait supérieur au vin propre. Voilà, c’est dit: le vigneron maladroit est exonéré de la prise en compte de toute évaluation qui oserait lui recommander de faire attention à ce qui se passe dans son chai. Tu fais sale, parce que tu es inexpérimenté ou mal (in)formé ? Ce n’est pas grave, nous te bénissons quand même et nous chanterons les louanges de ton pinard détraqué.
Un jour prochain, le vinaigre sera élevé au statut de grand cru et le grand cru sera dégradé au rang de banalité proprette, issue du défunt 20ième siècle chimico-chimique.

Heureusement, il y a de formidables vins qui sont élaborés d’une façon telle qu’ils peuvent assurément se revendiquer “naturels”. Les vignerons qui les créent trouvent cela normal, ils le signalent à peine. Ils utilisent très peu d’intrants et limitent le dosage du soufre à l’indispensable. Leurs vins sont propres. Chez eux, le grognement dans le verre ne sort pas de la gueule d’un yéti mal lavé, mais de l’intensité et de l’équilibre des saveurs, de l’énergie et de la tension révélatrices d’un terroir. Ces vignerons-là sont absents du Glou Guide. Et c’est fort dommage.

Catégories
information offre

Semaine 33: actualités

Bonjour !

Les nouveaux millésimes de chez Pellé (Menetou-Salon) sont arrivés. J’ai apprécié Morogues 2021 (sauvignon 100%, alcool: 13%, bio), un blanc sec au nez plaisant et aromatique, à la bouche équilibrée et directe, à la finale nette et sèche. Ce vin tire le meilleur d’un millésime un peu compliqué. Un cran au-dessus, c’est Vignes de Ratier 2020 (sauvignon 100%, alcool: 14%, bio), une sélection parcellaire qui conjugue la richesse solaire du millésime avec des notes fumées et minérales. Attention, l’importateur me fait savoir que le stock disponible est limité. Et il n’y aura pas beaucoup de 2021 non plus.

foudre dans la cave du Domaine Pellé

En mars, j’ai proposé à la dégustation Le Clos Galerne, cuvée L’Anjou Noir (cabernet franc 100%, alcool: 13,5%), avec un tel succès que le stock de l’importateur n’a pas pu suivre. Bonne nouvelle, cet Anjou-Villages rouge est à nouveau disponible. Il s’agit toujours bien du vin proposé au printemps: officiellement non-millésimé mais issu à 100% de la vendange 2019. De ce même Domaine, voici une Balade en chenin en millésime 2020, nouveau dans l’assortiment. C’est une excellente introduction à la gamme du vigneron, sans la profondeur du Savennières: oublions un instant que ce Savennières existe …et régalons-nous de la Balade, avec un excellent rapport QP !

dans la Revue du Vin de France (avril 2021)

Clos de la Roilette 2021: retour dans la gamme après une impasse sur deux millésimes consécutifs de ce très intense Beaujolais, en appellation Fleurie, là où Fleurie rejoint Moulin-à-Vent (NB: les Fleurie de l’ouest, ceux qui regardent vers Chiroubles, sont en général plus fruités et moins concentrés). Nez affable qui invite avec le sourire pour une première gorgée. Bouche sérieuse, riche, marquée par les fruits noirs, avec de très bons tannins. Le terme “gouleyant” n’a pas été inventé pour cette Roilette, qui a de l’ambition et un réel potentiel de garde.

les crus du Beaujolais: Fleurie = 7; Moulin-à-Vent = 10; Chiroubles = 5.

Voilà un vin que j’attendais avec impatience, vu le succès rencontré par les millésimes 2019 et 2020: le Mâcon-Vergisson 2021 du Domaine Guerrin. Il s’agit bien de la cuvée qui s’intitulait “Les Rochers”: cette mention disparaît pour le nouveau millésime. On peut supposer que quelqu’un a dû se plaindre du mots “rochers”, trop proche du mot “roche”: or, ici, à Solutré et à Vergisson, la Roche est sacrée ! Le vin est toujours délicieux, avec un profil plus frais que celui du millésime précédent, météo oblige. Un vin dont je me demande vraiment à qui il pourrait déplaire. Une bouteille que l’on tire-bouchonne sans prise de tête et que l’on partage avec l’amateur et avec le profane !

la Roche de Vergisson

Un détour par l’Autriche et plus précisément par le Kamptal, un affluent du Danube qui s’y jette en amont de Vienne. Chaque dégustation semble le confirmer: 2021 est un excellent millésime en Autriche. Ce riesling Urgestein le démontre avec force ! Je vous ai régulièrement proposé l’un ou l’autre vin du Domaine Hiedler, mais ce vin-ci m’a littéralement soufflé ! Intense fraîcheur, juste maturité du fruit, style énergique, moins opulent que par le passé (peut-être l’influence de Dietmar et Ludwig III, qui prennent progressivement la succession de leur papa).

le vignoble du Kamptal (Autriche)

Ces vins -et bien d’autres- sont à présent disponibles dans les nouveautés du magasin.

Catégories
information

Ce vin est une histoire !

Août. C’est la période creuse. On cuit doucement, en attendant une averse qui tarde à venir. On se demande ce que donnera le millésime 2022. Le moment idéal pour réfléchir et pour modifier ce qui mériterait de l’être.

J’ai commencé par mettre de l’ordre dans mon (petit) stock physique et dans le fichier Excel qui, avec un certain brio, gère depuis 2012 tout ce qui se chiffre : les commandes-clients, les commandes-fournisseurs, la longue liste de tous les vins présentés à votre gourmandise, la facturation, l’évolution du stock, la préparation des dégustations, etc…

C’est un peu artisanal et pas aux normes de notre monde rempli à ras bord de toutes sortes d’applications en ligne. Avec mansuétude, on pourrait résumer en affirmant que cela fonctionne de façon semi-automatique et que c’est fiable. Il y aurait certainement moyen de consacrer moins de temps à l’administration et d’améliorer ma productivité, à condition d’investir, en sous et en formation informatique du patron. Cela implique une vision sur quelques années, pour donner l’opportunité d’un retour sur investissement positif. Bof.

J’ai créé Anthocyane tout seul, avec beaucoup de prudence, sans investissement et avec une ambition qui s’est avérée difficile à atteindre. Bon, c’est le piège éternel de se fixer un objectif élevé, à ne pas le rencontrer et, en conséquence logique, à être déçu. Et, sans surprise, la déception n’est pas une bonne source d’enthousiasme.

Mes plus anciens lecteurs se souviendront peut-être d’une décision radicale, communiquée en juin 2015 : je mettais un terme aux activités d’Anthocyane. Immédiatement et sans nuances. Le couperet de la guillotine. J’ai fermé le magasin en ligne et cessé de rédiger sur le blog.

Je ferai court sur les conséquences. Disons simplement que le vide intersidéral s’est alors abattu sur moi. Badaboum.

Petit-à-petit, je me suis rendu compte que j’avais encore envie de partager mes découvertes et d’échanger avec clients et fournisseurs. Alors un p’tit e-mail par ci et une p’tite dégustation par là. De fil en aiguille, je recommence à écrire quelques bafouilles, je vends quelques flacons et je réouvre le magasin, sans vraiment avoir réfléchi à ce que je faisais.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, je suis bien obligé de constater aujourd’hui qu’Anthocyane est un projet économiquement bancal. La quantité de travail ne correspond pas à une quantité proportionnelle de sous. Mos dos vieillit et il encaisse mal le transport de A vers B, de B vers C, de C vers D de cartons de 7 kilos (rajoutez encore 1 ou 2 kilos quand le vigneron se persuade qu’une bouteille lourde mettra son vin mieux en valeur). Le vin lyophilisé n’est pas d’actualité, l’impact de la logistique est incontournable.

Alors l’ombre du retour de ma décision de juin 2015 pointe le bout de son nez (j’ignore si une ombre possède un nez, mais vous voyez ce que je veux dire).

Quoique. Il y a peut-être une alternative.

J’arrête de me focaliser sur une hypothétique rentabilité économique. Ce que je fais est para-artistique, ce qui veut dire que cela doit d’abord me plaire à moi. Je vous balance ma subjectivité et ma différence …parce que vous aimez ça !

Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter de propager le bullshit, mais, dans votre infinie bienveillance, vous me pardonnez les rares écrits où mon enthousiasme fleurte avec le hard selling. Au moins, vous avez la garantie que c’est mon opinion telle qu’elle existe, ici et maintenant et pas un consensus mou entre Parker, Bettane et le rédacteur hipster d’un magazine feelgood. Je suis subjectif et compte bien le rester.

Nous assumons ensemble qu’il peut m’arriver de dérailler, mais c’est du déraillement bien local, de saison et en circuit court (ne pas confondre circuit court et court-circuit). Tout ce qui est local est bien, tout ce qui vient de loin est mauvais et vive la féodalité qui nous attend au tournant. Comme Pierre Dac et/ou Francis Blanche, je préfère le vin d’ici à l’au-delà. Mais enfin, oui, je bois du Madère et du vin arménien. Et, entre nous, il m’est même arrivé récemment de consommer, sans scrupules ni vergogne, un malbec argentin qui s’était pourtant farci tant la jungle amazonienne que l’océan Atlantique avant atterrissage sur la table du dîner.

J’avoue…

J’avoue, le magasin en ligne n’est pas parfait. En y consacrant le temps requis, je crois que nous pourrions ensemble lui trouver au moins 5 bonnes grosses faiblesses. Mais cela fonctionne ! En faire une Rolls est possible, à condition d’y mettre le paquet. Du haut de l’expérience accumulée depuis bientôt 10 ans, j’affirme que quasi tout le monde voudrait bien la Rolls mais que personne ne serait vraiment désireux de la payer à son prix. Donc, une VW (neuve) devra faire l’affaire.

J’avoue, Berchem-Ste-Agathe est légèrement excentrée (comment, un euphémisme ?). La plaisanterie des autorités communales qui consiste à empêcher le brave automobiliste d’utiliser une sortie d’autoroute tout ce qu’il y a de fonctionnelle fait office de sacrée cerise sur mon gâteau. Mais je ne vais pas déménager ! Pour tenir compte de la géographie, je continuerai à livrer vos commandes en personne, en fonction de ce qui est raisonnable. Et vous passerez de temps à autre par chez moi pour emmener vos précieux flacons. Non, il n’y a donc pas de règle claire, nette et précise. Mais je suis de très bonne volonté. Par contre, si vous souhaitez une livraison de 6 bouteilles de rosé à Perpète-lez-oies, c’est non. Surprenant ?

J’avoue, je suis victime d’une addiction au vin allemand, malgré le (à cause du ?) caractère gothique des étiquettes et l’existence de lois et de règlements privés qui, en se chevauchant allègrement les uns les autres, créent un bric-à-brac chaotique dans lequel l’amateur ne retrouve pas ses jeunes. Tout cela est heureusement sans grande importance. Tonton Philippe est là pour expliquer (autant que ce que j’ai appris serve à quelque chose). Ce qui compte, c’est la qualité fascinante des pinots noirs et des rieslings d’Outre-Rhin.

Cela me rappelle le fruité intense d’agrumes, l’acidité mûre, la légèreté spatiale (pour éviter de recourir au sempiternel « aérienne »), la sucrosité délicate et la longueur étincelante de ce Krettnacher Euchariusberg riesling Kabinett alte reben 2020 élaboré par Hofgut Falkenstein en Sarre, à quelques kilomètres du Grand-Duché et donc pas si loin de Bruxelles. Est-ce assez local ? En tous cas, c’est splendide !

J’avoue, je ne suis pas très riche en vins vendus sous la barre des 10 euros. Et ce n’est pas l’inflation galopante qui va y changer quoi que ce soit ! Franchement, je considère que les supermarchés sont imbattables quand il s’agit de vendre un produit souvent honnête, passe-partout, banal et dépourvu de personnalité. Une boisson plutôt anonyme qui peut faire l’affaire dans bien des circonstances. Des vins qui ne déplaisent pas, mais qui ne laissent pas de trace. Chacun son métier : je propose qui vins qui plaisent (très) beaucoup à Joseph et qui désarçonnent Marie. Ou l’inverse. Je prends des risques, en calculant peu. Il y a de l’intuition et du feeling. Je vends de belles histoires, de beaux futurs souvenirs. C’est para-artistique.

Donc, pas de dégustation pendant ce mois d’août.

Mais je suis à Bruxelles et peut donc vous recevoir facilement, du lundi au samedi. Prenez le temps de feuilleter le magasin (euh …peut-on feuilleter un magasin ?), posez-moi des questions (j’aime y répondre), partagez avec moi vos idées (j’écoute volontiers) et soutenez le petit commerce -local- par l’échange de mes chouettes bouteilles contre vos sympathiques euros.

Philippe

Catégories
information

Comment je m’y prends: le mystère enfin percé

en Allemagne et en mai 2022

Ce n’est pas sorcier, il y a deux phases cruciales: sélectionner les meilleurs importateurs, puis repérer les vins les plus intéressants au sein de leurs gammes respectives.
J’achète chez les importateurs ce que j’ai d’abord vendu à mes clients. Je n’ai donc, en théorie, aucun stock.

La pratique est un peu différente, quelques centaines de bouteilles sont disponibles immédiatement. Mais il est fort possible que les flacons que vous souhaitez acquérir soient encore sagement alignés dans l’entrepôt de l’importateur…Donnez-moi quelques jours pour les faire atterrir chez moi et les mettre à votre disposition.

Parfois, un millésime est épuisé chez l’importateur sans que je le sache. Je propose ce millésime de bonne foi, mais ne serai pas en mesure de vous le fournir. C’est malheureusement inévitable. Je sais que cela peut être frustrant puisque je crée de la déception. Mais c’est inhérent à la formule Anthocyane.

Dans le magasin, il est possible de naviguer par domaine. Chaque image carrée correspond à un Domaine:

  • dont Anthocyane a vendu les vins
  • dont Anthocyane vend les vins en ce moment
  • dont Anthocyane s’apprête à vendre les vins.

Concrètement, lorsque vous cliquez sur une image et que vous ne voyez apparaître aucun vin, cela signifie qu’il n’y a pas de vin de ce Domaine disponible en ce moment. Je laisse les images visibles parce qu’il est fort possible que des vins soient à nouveau proposés dans un futur plus ou moins proche.

Catégories
histoire information

Vin allemand: comment s’y retrouver ?

vignoble Aldinger dans le Württemberg

Le monde du vin allemand est complexe et il est en ébullition. Tout change depuis une bonne vingtaine d’années, en opposition avec la tradition germanique qui classe les vins en fonction de la quantité de sucre présente dans les raisins lors de la vendange. C’est cette richesse en sucre qui est à la base du classement traditionnel des vins : kabinett, spätlese, auslese, beerenauslese, trockenbeerenauslese.[1]

Avec des raisins de type kabinett et spätlese, il est possible d’élaborer soit des vins secs ou du moins d’esprit sec (la législation allemande affirme qu’un vin est sec trocken s’il contient moins de 9 grammes de sucre résiduel[2]), soit des vins demi-secs, voire moelleux. Le type auslese correspond le plus souvent à des vins moelleux, mais il n’est pas exclu de trouver un auslese trocken avec 14% d’alcool, voire un peu plus.

Les types beerenauslese et trockenbeerenauslese sont toujours moelleux ou liquoreux. Ces vins botrytisés sont rares et chers, voire extrêmement chers. On peut se risquer à comparer beerenauslese à la Sélection de Grains Nobles alsacienne. Et trockenbeerenauslese à l’Eszencia hongroise (Tokaji). Ils sont très peu alcoolisés (6%), avec plusieurs centaines de grammes de sucre résiduel par litre et une acidité incroyablement élevée, qui équilibre le sucre.

Si le mot trocken ne figure pas sur l’étiquette, vous pouvez être certain qu’il s’agit d’un vin avec une certaine douceur.

Ce qui précède, c’est déjà le passé. Le regard des meilleurs vignerons allemands s’est aujourd’hui tourné vers l’ouest, en direction de l’Alsace et de la Bourgogne. C’est une autre façon de classer qui s’impose progressivement, basée sur le lieu dont le vin est issu et de la qualité associée à ce lieu : vin régional (Gutswein), vin communal (Ortswein), vin issu d’une parcelle premier cru (Erste Lage), vin issu d’une parcelle grand cru (Grosse Lage). C’est la pyramide de la qualité.

Une association privée est à l’origine de ce nouveau regard : VDP. On reconnait les vignerons membres de cette association à la présence d’un aigle stylisé sur la collerette des bouteilles.

VDP n’a, à ma connaissance, pas d’équivalent dans les autres pays européens. Les membres sont choisis par cooptation. Il y a +/- 200 membres. L’aigle VDP est un indicateur de qualité fiable.

Leur site Internet : https://www.vdp.de/en/

Comme souvent pendant une phase de transition, différents classements coexistent, suscitant sans doute une certaine confusion. Certains domaines traditionnalistes ne s’inscrivent pas dans la nouvelle démarche, certaines régions utilisent des systèmes légèrement différents, certains vignerons contestent le classement (ou l’absence de classement) de telle parcelle[3], certains éléments de la charte VDP sont repris dans la nouvelle loi allemande de 2021, d’autres ne s’appliquent qu’aux membres de l’association. Le consommateur peut légitimement se sentir un peu largué…

La région est l’entité géographique de base. Au sens strict, la notion d’appellation n’existe pas pour le vin en Allemagne.

La plupart des vignobles réputés se situent dans les parages du Rhin ou de l’un de ses affluents (Moselle, Main, Ahr, Neckar).

Il y a 13 régions, d’importance fort différente : Ahr, Baden, Franken (en français : Franconie), Hessische Bergstrasse, Mittelrhein, Mosel, Nahe, Pfalz (en français : Palatinat), Rheingau, Rheinhessen, Saale-Unstrut, Sachsen, Württemberg.

Les vins issus de parcelles spécifiques sont généralement décrits sur l’étiquette par <nom du village>< ‘er’ facultatif> <nom de la parcelle>.

Par exemple : un Westhofener Morstein est un vin issu de la parcelle Morstein, située sur le village de Westhofen. Par exemple : un Volkacher Karthäuser est un vin issu de la parcelle Karthäuser, située sur le village de Volkach.

Lorsque le nom de la parcelle possède une grande notoriété, certains vignerons omettent le nom du village. Exemple : au Domaine Knipser (région Pfalz), on mentionne simplement la parcelle Steinbuckel, en oubliant de lui accoler le village Laumersheim[4].

Les vins issus d’une parcelle Grosse Lage portent souvent[5] les lettres « GG », imprimées sur l’étiquette et gravées dans le verre de la bouteille : il s’agit alors d’un vin Grosses Gewächs, un vin grand cru issu d’une parcelle grand cru. Un vin Grosses Gewächs est toujours sec.

Le cépage est toujours mentionné sur l’étiquette. A noter que l’Allemagne produit presque uniquement des vins monocépages. L’assemblage est très peu pratiqué ; un vin d’assemblage s’appelle Cuvée.

Le pinot noir est en général appelé spätburgunder[6], ce qui se traduit littéralement par bourguignon tardif. Cela permet de mieux comprendre le rare cépage frühburgunder, le bourguignon précoce, qui est apparenté au pinot noir mais qui mûrit plus rapidement. Le cépage lemberger est parfois mieux connu sous son nom autrichien : blaufränkisch.

La région est toujours mentionnée sur l’étiquette, mais cela peut être discret.

Certaines régions sont prestigieuses mais très peu étendues (Ahr, Rheingau), deux parmi elles sont situées en ex-RDA et leurs vins ne sont presque pas exportés (Saale-Unstrut, Sachsen), d’autres n’ont pas vraiment de notoriété (Hessische Bergstrasse, Mittelrhein), une autre élabore essentiellement des blancs demi-secs, moelleux et liquoreux (Mosel).

Les définitions géographiques des régions sont parfois surprenantes. Par exemple, Baden regroupe des vins élaborés à la frontière suisse (Basel, Bodensee) et d’autres vins, élaborés dans le centre du pays, aux portes de la Franconie (Tauberfranken) : comptez +/- 400 kilomètres entre le sud et le nord de la région !

On a l’habitude de considérer l’Allemagne comme un pays de vins blancs. C’est vrai, dans la proportion des deux-tiers : 69.000 hectares de raisins blancs, 34.000 hectares de raisins noirs.

En termes de cépages, c’est le riesling[7] qui fait la course en tête (23%) devant le pinot noir (11%) et le müller-thurgau[8] (11%).

On trouve également des vignobles consacrés au pinot gris, pinot blanc, silvaner[9], chardonnay, sauvignon.

Et quelques spécialités, en rouge, à la réputation mitigée : dornfelder, portugieser, trollinger, schwarzriesling (en français : pinot meunier)…

Le terme Alte Reben correspond aux « vieilles vignes » en France. La définition de l’âge qui donnerait droit de mentionner « vieilles vignes » sur une étiquette est aussi inexistante en Allemagne qu’elle ne l’est en France.

Le bouleversement climatique pousse à présent certains vignerons à faire des essais avec des cépages plus sudistes, comme la syrah, le merlot et le tempranillo. Dans certaines parties de la région Baden, le climat est trop chaud pour y cultiver du riesling.

Il fût un temps où les blancs contenaient presque toujours une certaine quantité de sucre résiduel, peu d’alcool et beaucoup d’acidité. Le vin pouvait être excellent, mais le consommateur francophone/latin se demandait toujours ce qu’il allait faire de la bouteille.

Il fût un temps où les rouges étaient souvent défigurés par un élevage en barriques surdosé, exhibitionniste et asséchant.

Les choses ont radicalement changé ! Et voilà donc un excellent prétexte pour proposer la dégustation de 12 vins allemands contemporains.

Notes:

[1] Il faut 17 grammes de sucre par litre pour générer 1% d’alcool. Un vin tout-à-fait sec qui titre 13% provient de raisins qui contenaient 221 grammes de sucre.

[2] La règle exacte est plus complexe, elle prend en compte l’acidité du vin : plus le vin est riche en acidité, plus il peut contenir de sucre résiduel tout en étant considéré comme trocken. C’est plutôt logique puisque l’acidité masque le sucre.

[3] C’est le cas du Domaine Georg Breuer dans le Rheingau. Il fait incontestablement partie de l’élite des meilleurs domaines allemands mais a très mal pris l’absence de classement VDP de la parcelle du Nonnenberg, dont Breuer est le seul propriétaire (monopole). Breuer a donc claqué la porte de VDP derrière lui. Lorsque j’ai eu la chance de goûter Nonnenberg, j’ai compris la frustration du Domaine…

[4] Bon, en fait, en tous petits caractères, il est bien indiqué Laumersheimer Steinbuckel ». Ouf !

[5] Pas toujours. Mais cela nous entrainerait trop loin. Disons que certains vignerons ne déclarent pas en GG un vin issu de jeunes vignes de façon à ne pas dévaloriser le terme GG.

[6] Certains vignerons utilisent spätburgunder pour leurs vins d’entrée de gamme et pinot noir pour leurs vins les plus chers/prestigieux. L’inverse ne se fait, à ma connaissance, jamais.

[7] 44% du riesling dans le monde est planté en Allemagne. En France ? 6%. Eh oui…

[8] Rarement à l’origine de grands vins.

[9] Avec un ‘i’ et non un ‘y’. L’Allemagne est de loin le plus grand producteur au monde de silvaner (régions Rheinhessen et Franken). Les meilleurs silvaners sont allemands.

Une sélection de vins allemands a été dégustée le vendredi 25 février. Un article, intitulé à table ! a été consacré à cette dégustation. Les vins ont été regroupés dans un rayon du magasin.

Commandes jusqu’au mardi 08 mars inclus.

Catégories
information

La vallée de l’Ahr est détruite

L’Ahr est une rivière de 89 km de long, un affluent du Rhin. Vous me voyez venir ? Malheureusement, on peut aujourd’hui comparer Ahr et Vesdre. Des inondations catastrophiques. Une vallée ravagée, détruite. Un grand nombre de victimes et de disparus: officiellement 112 décès dans ce tout petit coin d’Allemagne.

L’Ahr est aussi un vignoble de grande réputation: on y élabore en particulier des pinots noirs remarquables, voire exceptionnels. Une série de Domaines se distinguent, avec une solide notoriété internationale: Meyer-Näkel, Jean Stodden, Deutzerhof, Kreuzberg, JJ Adeneuer, Bertram-Baltes, Nelles, …

Les vignobles se situent bien entendu sur les pentes, en hauteur. Ils ont souffert des pluies diluviennes, mais ce n’est pas irréparable.

Les maisons, les stocks, les installations techniques, les fûts, les véhicules, les locaux commerciaux, tout ça se situe dans la vallée. Il ne reste à peu près rien. Je vous fais grâce des photos.

Il n’y aura donc pas de pinots noirs 2020, ils ont disparu dans la boue. On peut se demander aussi comment les vignerons vont pouvoir rentrer la vendange 2021. La solidarité des autres vignobles allemands se met progressivement en place. Mais ce sera forcément difficile.

Il faudra de longues années et énormément de courage.

Catégories
information

Le vin en France: quelques chiffres

Parmi les raisins blancs, cette infographie mentionne l’ugni blanc dont les amateurs de vin peuvent ignorer l’existence: c’est en effet le raisin qui est utilisé pour l’élaboration du cognac. Pour le vin de qualité, son rôle est marginal.

Catégories
information oenotourisme voyage

Ce livre est une Bible !

La Bible. Je ne vois pas de meilleure comparaison: Wijnland Duitsland est le nouveau livre de référence pour le vin allemand. 415 pages, richement illustrées, pour connaître et comprendre, pour se balader et pour bien manger/boire.

Les auteurs, Gerd Brabant et Marc Roovers, sont belges et connaissent leur sujet en profondeur. Ils se sont vraiment promenés dans les villages et les vignobles, ils ont vraiment rencontré les vignerons, ils ont vraiment testé restaurants et hébergements, ils ont vraiment goûté les vins.

Ce livre concrétise une grande quantité d’informations de première main, patiemment collectées et organisées avec méthode. La passion des auteurs jaillit de chaque page. J’oserais même affirmer que ce livre est une première, tous pays confondus. Je ne vois en tous cas rien de comparable consacré à la France.

Toutes les régions sont minutieusement décrites, y compris la Saxe et la Saale-Unstrut dont même les amateurs de vin allemand n’ont sans doute pas entendu parler.

Une introduction historique et règlementaire précède les 13 chapitres régionaux: un processus de simplification des règlements et des étiquettes est en cours. Une nouvelle vision, “bourguignonne”, basée sur une hiérarchie des parcelles (appellation régionale, village, premier cru, grand cru), se met progressivement en place. Mais cela semble conduire paradoxalement à la concomitance de différents systèmes -parfois contradictoires- et à une confusion grandissante.

Plus que jamais, un guide est précieux pour se lancer sur le terrain du vin allemand ! On attend pour la fin de cette année 2021 les textes légaux définitifs, en espérant qu’ils soient conçus pour (aussi) faciliter la vie du consommateur.

Chaque chapitre régional comporte des informations précises, récentes et détaillées: cépages plantés, meilleurs vignobles, vignerons à qui rendre visite, restaurants de qualité dans les différentes catégories de prix et hébergements les plus charmants. Une promenade pédestre complète joliment le descriptif de chaque région, la part consacrée aux hommes qui font le vin est importante et justifiée. Beaucoup de références, via l’adresse des sites Internet.

Est-ce un guide touristique ou un livre destiné aux amateurs de vin, avides de parfaire leurs connaissances ? Les deux, mais le tourisme est toujours regardé au travers de la lorgnette du dégustateur.

Bon à savoir: ce n’est pas un atlas. La part réservée aux cartes géographiques est limitée. Un livre complémentaire est le Wine Atlas of Germany (Dieter Braatz, Ulrich Sautter, Ingo Swoboda), dont la version en langue anglaise date de 2014.

Il me semble que l’éditeur aurait pu ajouter un index et une table des matières, pour faciliter la consultation d’un livre épais et dense.

Bon, cet ouvrage est rédigé en néerlandais. Une édition anglophone verra peut-être le jour, mais je crains qu’une édition francophone ne soit exclue: le marché pour un tel livre dans les pays francophones/latins est malheureusement (trop) limité. Essayez d’ailleurs de trouver une carte des vins dans un restaurant français qui présente une belle sélection de vins allemands. Bonne chance…

L’Allemagne du vin, c’est à côté de chez nous. 3 heures de route suffisent pour être en Moselle, 5 à 6 heures pour la Franconie et le Pays de Bade. Par comparaison, il faut 6 heures pour être à Beaune (Bourgogne) et autant pour arriver à Tours (Loire).

Wijnland Duitsland, Gerd Brabant et Marc Roovers, stichting kunstboek, ISBN 978-90-5856-662-1. Devrait à présent se trouver dans les bonnes librairies, en Flandre et à Bruxelles, au prix de € 45. Si vous ne le trouvez pas, prenez contact avec moi.

Catégories
dégustation information

Dégustation en petits flacons: FAQ

De quoi s’agit-il ? Troisième édition de la dégustation en “take-away” via petits flacons ce samedi 01 mai. Chaque participant vient chercher chez moi une boîte contenant 15 petits flacons. Les petits flacons contiennent chacun 3 cl d’un très bon vin.

Que faut-il faire pour participer ? Réserver en me transmettant un e-mail. Si le stock de boîtes disponibles est épuisé, je vous place sur une liste d’attente (au cas où il y aurait un désistement de dernière minute).

Qu’est ce que ça coûte ? Rien, la boîte des petits flacons est offerte. Par contre, je tiens ardemment à récupérer les petits flacons vides, rincés. Je soupçonne en effet que l’on ne peut exclure une quatrième édition.

Quand puis-je venir chercher ma boîte de petits flacons ? Uniquement ce samedi 01 mai, entre 10 et 18 heures. Si vous avez une idée approximative de l’heure à laquelle vous passerez, communiquez-la moi, ça me facilité beaucoup l’organisation du remplissage des petits flacons.

Comment commander les vins que j’ai appréciés ? Quelle bonne question … Soit directement dans le magasin, soit via e-mail. En tous cas, au plus tard le mardi 04 mai. Je passe les commandes chez les importateurs de façon à pouvoir mettre les vins commandés à disposition dès le samedi 08 mai.

Je déguste avec mon épouse, puis-je recevoir deux boîtes ? Non, désolé. Une boîte par client. Comme il y a 15 petits flacons dans la boîte, il y a facilement moyen de se partager le travail, par exemple moi les rouges, toi les blancs…

Où puis-je trouver l’information relative aux vins qui participent à la dégustation ? La plupart des vins participants ont fait l’objet d’un article sur ce site Internet. Les 15 vins participants sont également regroupés dans le magasin: les petits flacons portent un numéro qui figure également dans cette rubrique du site.

En alternative, on peut télécharger la liste des vins participants, avec les numéros:

Catégories
information offre

Offre de printemps

J’apprends à l’instant que le printemps commence le 20 et non le 21. Hop, on en profite !

Vu les circonstances défavorables, pas de dégustation dans l’immédiat, mais une date-butoir pour passer vos commandes “offre de printemps”, à savoir le mardi 23 mars. Je transmets aux importateurs le lendemain et les bouteilles arrivent chez moi le vendredi, pour mise à votre disposition à partir du samedi 27 mars.

Tous les vins qui participent à cette offre de printemps sont rassemblés ici.

Catégories
information

La Chevalerie est en deuil

J’ai appris ce vendredi le décès de Stéphanie Caslot, à l’âge de 41 ans. Stéphanie, c’est le Domaine de La Chevalerie, à Bourgueil.

Lors de mon premier voyage en France pour le compte d’Anthocyane, en septembre 2012, j’avais fait étape à La Chevalerie. J’avais longuement dégusté avec le papa, Pierre Caslot, et il était temps de parler d’importation, de prix et de logistique. Je compris rapidement que c’était Stéphanie qui était en charge de ces aspects. Quelques instants plus tard, elle déboulait dans la cave, juchée sur son tracteur. Pierre: “Stéphanie, ce Monsieur vient de Belgique, il voudrait importer nos vins“. Stéphanie: “La Belgique ? Ah non, ils payent toujours en retard !“. Gloups.

La suite se révéla beaucoup plus cordiale: Stéphanie est directe, drôle, énergique, fiable. Les vins ont été importés par Anthocyane et ont toujours été payés selon notre accord.

Je l’ai revue ensuite au Domaine mais surtout lors de différents salons professionnels. C’étaient des bons moments, avec beaucoup d’humour et de gentillesse.

Je n’ai plus eu de contact avec Stéphanie après 2015 quand Anthocyane s’arrêta d’importer directement les vins. Cela ne m’empêche pas de me sentir très triste aujourd’hui.

Coïncidence bizarre: mercredi passé, j’étais à la recherche d’un bon rouge pour accompagner notre repas du soir. Une fois dans la cave, mon œil est tombé sur un Bretêche 2008, du Domaine de La Chevalerie. Le vin était excellent. Je ne jetterai pas la vidange.

Catégories
dégustation information

“Le meilleur de la terre et de la science”

Je ne recule décidément devant aucun sacrifice. Ayant été titillé par une page de publicité dans le numéro de février-mars du magazine du distributeur D., connu également sous le nom d’artiste Le Lion, je me suis rendu dans le susmentionné supermarché pour y faire l’acquisition d’un flacon de vin …sans alcool. Je reconnais humblement que c’est une attitude discutable, mais sollicite malgré tout d’être jugé avec mansuétude, ayant été soumis récemment à de fortes pressions des types “dry january” et “tournée minérale“.

La publicité, c’est merveilleux. Voici un florilège: “Sans alcool, riche en antioxydants et plein de saveur “, suivi par un appétissant “Savourez pleinement le goût d’un vin supérieur, mais sans l’alcool: trinquons à ça !

Illustrons notre propos:

Au sein de cette large gamme, j’ai sélectionné le shiraz pour l’épreuve pratique. Etiquette sobre, à la limite du minimalisme, qu’illumine néanmoins le slogan “best of earth and science “. La contre-étiquette est très anglo-saxonne: beaucoup d’information …en caractères minuscules. Après bien des efforts, mes yeux fatigués distinguent en particulier une date best before 15/10/2022, une allusion à la présence éventuelle de traces de lait et la mention de 3,9 grammes de sucre par verre de 10 centilitres. Dans le texte en français, je lis “aromatisé à la cerise noire “; le texte néerlandais affiche quant à lui “arômes de cerise noire “, ce qui n’est pas vraiment la même chose. Pas de millésime apparent.

Allez, je tords la capsule à vis et m’en sers une franche rasade. Premier constat: c’est d’une couleur peu dense, un rouge presque brique, plus orangé que violacé. Une odeur jaillit du verre, c’est violent: du bois pourri ? Un ersatz de vin de fruit, fabriqué en laboratoire ? En bouche, c’est pire: fort sucré et sans la moindre acidité, le liquide est terriblement plat. Il n’y a ni structure, ni tannins, ni matière. Par contre -et malheureusement- une vraie longueur sur la cerise chimique.

J’espérais tomber sur un produit d’une grande banalité, susceptible de se substituer à un petit vin lorsque les circonstances l’exigent. Eh bien non, c’est absolument répugnant. C’est du terrorisme en bouteille. N’importe quel jus de raisins est largement meilleur. La présence du mot “vin” dans la publicité et sur l’étiquette est incompréhensible. Cette mauvaise plaisanterie m’a coûté € 5,99. Quel pourrait bien être le public-cible ?

J’ai collé la bouteille au frigo, pour regoûter -si le cœur m’en dit- quand ce sera froid. Qui sait…

Catégories
information

Espagne: la réalité des chiffres est surprenante !

Intéressante infographie qui détaille quelles sont les régions espagnoles qui produisent le plus/le moins de vin. En me concentrant sur les chiffres relatifs, la Castille-La-Mancha représente presque 60% de la production. Le podium est complété -à grande distance- par l’Estrémadure (7%) et la Communauté de Valence (6%).

Les régions qui parlent particulièrement aux amateurs, comme la Rioja, la Catalogne, la Castille-Y-Leon, la Galice et l’Andalousie (Jerez/sherry) représentent ensemble à peine 19% de la production en volume. Les îles (Baléares et Canaries) ne représentent quasi rien.

58% de raisins blancs (sans doute expliqués par l’airen, planté massivement en Castille-La-Mancha) pour 42% de raisins rouges. Je ne m’y attendais pas. Comme quoi, il y a un sacré écart entre ce que nous buvons et ce qui est produit !

PS: merci à Hervé Lalau qui vient de publier cette infographie sur le blog “Les 5 du Vin”.