Catégories
restaurants

Le maquereau et la canette – Le Petit Verdot – Paris 6ème

Imaginez, il est midi et vous cherchez un restaurant. Quelle meilleure adresse que … la Rue du Cherche-Midi ?

Rive Gauche, 6ème arrondissement, entre les Jardins du Luxembourg, Montparnasse et Matignon.

Le Petit Verdot ne paie pas de mine, il est même plutôt discret et d’apparence modeste. Clairement, la maison ne vise pas le passant. Ni le touriste qui ne ne se déplace de toute façon pas jusqu’ici.

Toute petite salle, joli bar. Accueil par le patron, Hide Ishizuka: avant de se lancer dans la restauration, il a été sommelier au château Cordeillan-Bages, hôtel et restaurant gastronomique, propriété de Jean-Michel Cazes. Ce n’est pas qu’une anecdote, on y revient dans quelques lignes…

Ce mardi 11 août est le dernier jour avant fermeture pour les congés d’été. Ouf.

Menu à € 35: je craque pour le maquereau et la canette.

20150811_104834657_iOSTrès jolie carte des vins (et l’on se laisse dire que certains trésors n’y figurent pas), particulièrement tentante sur la Bourgogne. Ce sera un Chablis ‘domaine’ 2013 de Dauvissat.

Vu que je déjeune seul, la conversation s’installe avec Hide. Passionnante conversation d’ailleurs, où l’on évoque pêle-mêle ses allocations chez Roumier et chez Roulot, nos souvenirs respectifs au Pot d’Etain, l’évolution du prix des grands vins, les coefficients pratiqués dans la restauration en Italie, Espagne et Portugal, les cuvées parcellaires de Jacquesson, …

Le maquereau est magnifique (et ce n’est pas le titre d’un roman policier), la canette est au même niveau (j’ai oublié de la prendre en photo). C’est de la cuisine française moderne, esthétique et très bien maîtrisée. On pourrait y percevoir une certaine inspiration japonaise (d’autant que le Chef est également japonais), mais toute en subtilité. Il ne s’agit certainement pas de fusion.

Évidemment canette et Chablis, on a déjà vu mieux. Alors, un autre verre se pose sur la table et hop…une belle larme de Château Lynch-Bages 1988  y coule. C’est parfumé, élégant, concentré et suprêmement équilibré. Très grand vin, à parfaite maturité.

Et hop…voici Château Lynch-Bages 1978. Autre époque, un vin sans doute moins parfait, moins concentré, fragile, mais particulièrement émouvant. Ah oui, qui est propriétaire de Lynch-Bages ? Jean-Michel Cazes. Voir ci-dessus. J’ai donc bénéficié – à mon insu, de mon plein gré – de quelques fonds de flacons ouverts à l’occasion d’une petite fête entre amateurs. Avoir été sommelier à Cordeillan-Bages laisse décidément quelques traces…

Un excellent moment: cuisine, vins et ambiance au diapason. Je suis reparti, le sourire aux lèvres, l’estomac comblé et la tête dans les nuages. What else ?

Le Petit Verdot, Rue du Cherche-Midi 75, Paris 75006. +33 1 42 22 38 27. le-petit-verdot.com

Catégories
dégustation

Fête estivale le samedi 22 août: vins du Sud-Ouest

A vos agendas ! Samedi 22 août: dégustation d’une dizaine de vins du Sud-Ouest.

Ce sera, les circonstances étant spéciales, une dégustation…spéciale. La Der des Der. Attendez-vous à l’inattendu.

Jurançon vignoble

La Der des Der:

Quoique je puisse comprendre votre décision, c’est bien dommage que vous mettiez un terme aux activités d’Anthocyane.
J’ai eu chez vous de très belles dégustations, présentées avec compétence et enthousiasme. Votre site web était bien conçu, renouvelé et original. J’espère que vous resterez dans le domaine du vin et que nous aurons encore l’occasion de vous rencontrer et de déguster ensemble. (H.B.)

Je suis triste, vos choix étaient judicieux, bien que je n’étais pas client fidèle, saleté de conjoncture économique…(C.C.)

Que voilà une mauvaise nouvelle, aussi triste que surprenante. Tu n’avais effectivement rien laisser transparaître lors de ta dernière dégustation et tu semblais encore animé par de nombreux projets pour Anthocyane.
Quoiqu’il en soit, je te remercie pour les nombreux vins et, à travers eux, les viticulteurs que tu m’as fait connaître. J’ai beaucoup apprécié ton approche – oserais-je l’écrire – sans concession du monde du vin. Je crois que tu es resté fidèle à des nobles idées qui, malheureusement sans doute, ne vont pas toujours de pair avec certaines réalités économiques. Tu peux en tout cas être fier de ton aventure. (A.S.)

En voilà une triste nouvelle !! Je ne suis devenu client chez vous que sur le tard …et je regrette désormais de ne pas l’avoir fait plus tôt ! (F.D.V.)

Je n’aime pas ce genre de mail car pour moi il s’agit de la fin d’un rêve que tu as tenu à bout de bras pendant plus de 2 ans et ½…..Tu m’as impressionné par tes découvertes de vignerons, ton professionnalisme (site Anthocyane, suivi des clients, facturation,…) et surtout par des dégustations de haute volée et ta générosité. (M.C.)

C’est avec énormément de tristesse que j’apprends cette nouvelle : je sais que je n’étais pas vraiment un gros acheteur ni très régulier, mais je ne manquais jamais de parler de toi à mes amis et ta gamme était parfaitement dans mes goûts. (E.F.)

Je suis désolé de cette fin abrupte des activités d’Anthocyane. Je suis aussi étonné au vu de l’excellente réputation dont tu jouis parmi les amateurs que je connais. Bien sûr, la réputation, aussi bonne soit-elle, ne suffit pas à rémunérer son homme. Quoi qu’il en soit, sache que, à mes yeux, ton approche était tout à fait pertinente, le contact agréable, tes sélections particulièrement séduisantes – à preuve les quelques achats ‘à l’insu de mon plein gré’ dans la mesure où je m’impose de limiter mes achats vu ma cave déjà ‘pléthorique’. Je suis d’autant plus désolé que nous commencions à peine à nous connaître et que les trois dégustations auxquelles j’ai participé m’ont convaincu de la qualité et du bien-fondé de tes choix. (Ph. N.)

Je suis certain que c’est pour mieux repartir ! Il faut avoir le courage de stopper quelque chose qui ne fonctionne pas comme on le souhaiterait pour se rendre disponible pour d’autres challenges. Bon, ceci dit, chez qui allons-nous nous approvisionner à présent 😬😓😂? (Th. C.)

Quelle déception pour moi qui venais de vous rencontrer et qui appréciais déjà votre personnalité, vos connaissances et en particulier votre sélection de quilles notamment dans le Languedoc Roussillon. (A.L.)

Nous nous souviendrons certainement des belles découvertes que nous avons pu faire grâce à toi et du nombre de fois que nous avons, toujours grâce à ces délicieux vins, eu une pensée pour cet ami passionné. (Fr. S.)

Ton annonce m’a surpris et peiné. Comme tu le sais, je n’ai pas été un fan de la première heure et puis, je suis venu un peu par devoir – un ami de ton ami est caviste, qu’est-ce que tu attends? – et surtout par curiosité. Bien m’en a pris car j’ai tout de suite apprécié ta convivialité et ta recherche gourmande de vins équilibrés. Dieu du marketing seul sait ce qu’il t’a manqué pour continuer, peut-être un peu de pub? Mais ta formule était unique et festive. Je te souhaite de bonnes vacances et une bonne reconversion, fort de cette belle expérience que tu as eu la chance et le courage de mener. En tous cas, si tu voulais recommencer, tu pourrais à nouveau compter sur moi. Hé oui, en plus de bons vins, j’ai gagné un ami et c’est en effet précieux. (Y.D.)

Personnellement, je n’ai jamais été déçu par un seul des vins de mes petites commandes. Bien sûr, j’en ai moins aimé certains, les goûts et les couleurs…, mais jamais je n’ai pensé qu’ils n’en valaient pas la peine. (H.P.)

001
Catégories
rosé

Bon, nouveau et pas cher !

Très joli style à base de pamplemousse, de faible degré et de vivacité joyeuse.

Idéal lorsqu’il fait torride et que ce n’est ni le moment de disserter longuement sur la minéralité du terroir ni sur l’âge du vigneron…

On est dans le Gers, près de Condom. Une bonne protection contre le microbe de la mélancolie…

Catégories
sans catégorie

Fins de série: quelques belles affaires !

sale stickerVoici quelques beaux vins proposés avec une réduction de 20%, pour cause de fins de série: il ne me reste en effet qu’une, deux ou parfois trois bouteilles.

Seule condition pour bénéficier de ce prix: commander via le magasin en-ligne.

Ne perdez pas trop de temps…

Catégories
sans catégorie

La Traversée décroche une première place

La Traversée 2011
La Traversée 2011

Le Domaine de La Traversée vient d’être couronné meilleur vin rouge des appellations Terrasses du Larzac, Corbières et Fitou par la Revue du Vin de France: 17,5/20 pour le millésime 2013.

Et 16,5/20 pour le millésime 2011, en vente chez Anthocyane, au prix-Domaine.

Le Pas de l’Escalette se défend également très bien: le Grand Pas 2012 obtient la deuxième place (ex-aequo) avec 17/20. Les Clapas 2012 sont notés 16/20, le Pas de d. 2012 est noté 15/20.

Tout ça me fait bien plaisir !

Catégories
information

AOC: le suicide en pente douce.

Editorial paru dans Le Rouge & le Blanc n°117, sous la plume de Philippe Barret. On peut difficilement être plus clair ou plus pertinent.

Le baron Le Roy doit se retourner dans sa tombe.

A l’origine de la création du système des AOC avec le parlementaire Joseph Capus à la fin des années trente, ce vigneron de Châteauneuf-du-Pape voulait que les appellations d’origine « identifient un produit, l’authenticité et la typicité de son origine géographique et qu’elles soient garantes de ses qualités et de ses caractéristiques, de son terroir d’origine et savoir-faire du producteur ».
Les réalités d’aujourd’hui semblent malheureusement bien loin de la noblesse des ambitions originelles.

La première raison est le laxisme historique de l’INAO qui a fait passer la part des vins en AOC de 45% en 1990 à 60% en 2012. On a laissé honteusement certaines appellations s’étendre sur des terroirs indignes. Et l’on a fait trop facilement monter d’un niveau hiérarchique certaines appellations de type VDQS.
Michel Bettane, qu’on ne peut soupçonner d’être un « anti-système » véhément, le reconnaissait sans peine en 2011 lors d’un forum organisé par le journal Le Monde: « Seulement 20% des vins d’appellation d’origine méritent ce statut. On a été d’un laxisme et d’une démagogie terrifiants dans la multiplication des appellations d’origine. »

La seconde raison est plus insidieuse, mais c’est aussi le principal problème d’aujourd’hui. On est passé progressivement d’une notion mêlant origine géographique et qualité à un simple critère géographique. Quand le consommateur achète une bouteille en AOC, il n’a plus aucune garantie de qualité mais une simple certitude de provenance géographique.

Il suffit pour s’en convaincre de lire les cahiers des charges des différentes AOC françaises. Vous y trouverez force références géographiques, quelques règles minimalistes de conduite de la vigne, des limites de rendement souvent généreuses et des dérogations qui ne le sont pas moins, quelques banalités sur les vendanges et un chapitre X intitulé « Lien avec la zone géographique » qui n’est qu’un vaste salmigondis d’une affligeante platitude mélangeant des généralités géographiques et historiques, mais sans aucune allusion à ce qui pourrait permettre à cette géographie et à cette histoire de se retrouver dans le vin.

Aucune trace non plus de la moindre contrainte réellement qualitative. Aucune allusion à un travail des sols, à une obligation de vendanges manuelles, à l’interdiction des levures aromatiques, aucune limite à l’emploi d’intrants œnologiques. Bref aucun des critères qui pourraient faciliter l’expression d’un terroir dans un vin n’est abordé, le comble pour une règlementation qui se veut défendre une « expression géographique » des vins !

Pour prendre un exemple très concret, parlons de ce qui se joue en ce moment avec le passage en Cru Cairanne de l’appellation Côtes-du-Rhône-Villages Cairanne. Le syndicat des vignerons a proposé un cahier des charges avec quelques ambitions qualitatives pour la future appellation. Cahier des charges prévoyant, pour ne prendre que deux exemples, l’interdiction (votée par 95% des vignerons) des vendanges à la machine et une baisse des doses de soufre calquée sur les règlements européens du bio (100 mg/l pour les rouges et 150 mg/l pour les blancs, ce qui est vraiment très, très généreux…). Logique d’être plus exigeant pour un niveau d’appellation supérieur. Mais une logique qui échappe visiblement à l’INAO, dont les fonctionnaires semblent terrifiés par les nombreux coopérateurs qui poussent des cris d’orfraie face à ces nouvelles contraintes. Et, sauf miracle, il y a de grandes chances que l’INAO accepte de faire marche arrière, un véritable scandale pour un organisme qui se veut le garant d’une certaine qualité des AOC.

Aujourd’hui on en arrive donc à un incroyable paradoxe: on déclasse de nombreux vins « hors normes » pourtant plébiscités par leurs consommateurs, alors qu’on trouve parfaitement représentatifs d’un terroir des breuvages matraqués de pesticides, d’anti-pourriture, de levures aromatiques, d’enzymes et de soufre. Face à ce véritable suicide de l’esprit originel des AOC, il est tout de même inquiétant que la solution la plus tentante qui se présente aux vignerons travaillant à l’expression la plus naturelle possible de leurs terroirs soit de sortir de la règlementation censée les protéger…

Consternant et révoltant !

Catégories
dégustation

Festival du Languedoc et du Roussillon !

Dès aujourd’hui:

Dimanche 14 juin:

Cerise sur le gâteauRivesaltes Ambré 1969, sélection Stéphane Gallet

Le Rivesaltes Ambré est un vin doux naturel (VDN), oxydatif, produit dans le Roussillon, à partir essentiellement des cépages grenache blanc, grenache gris et maccabeu. Il pourrait être comparé à un Porto Colheita, à deux nuances près : un taux d’alcool légèrement inférieur (18%) et un prix, à millésime égal, moins élevé.

Certains Rivesaltes sont élevés en contenants bois pendant de longues années. Après ce très long élevage, l’exceptionnel côtoie le quelconque. Tout l’art consiste à savoir ‘trier le bon vin de l’ivresse’…

Stéphane Gallet est la personne rêvée pour procéder à une sélection de vieux Rivesaltes et pour les mettre en bouteilles. Il est en effet l’ancien vinificateur du Mas Amiel et le créateur des Terres de Fagayra où il élabore de très beaux Maury, en rouge et en blanc.

La presse spécialisée ne s’y est pas trompée : 19/20 pour le guide vert de la Revue des Vins de France (‘enthousiasmant dans sa fraîcheur et complexité aromatique -lavande, agrumes- le glorieux 1969 s’inscrit au panthéon des grands Rivesaltes’).

Attendez-vous à un vin d’une rare intensité. A un point tel qu’il est illusoire de tenter de boire quoi que ce soit d’autre après une gorgée de ce nectar. Il peut remplacer avantageusement le dessert ou être consommé pour lui-même : selon l’expression consacrée …en ‘vin de méditation’. La littérature recommande parfois des accords avec le chocolat ou avec le fromage bleu (Stilton).

Couleur brun orangé, légèrement trouble (le vin n’est ni filtré, ni collé). Saveurs d’amandes (massepain), d’agrumes, de miel, de caramel, de noix, d’herbes aromatiques, d’épices. Persistance exceptionnelle. Le mutage à l’alcool a été réalisé avec maestria, conférant au vin un équilibre magistral entre sensations douces (110 grammes de sucre/litre) et sensations vives.

Dégustez-le à 12°. Une fois la bouteille ouverte, le vin conservera toutes ses qualités pendant plusieurs semaines.

Rivesaltes Ambré 1969, sélection de Stéphane Gallet : € 49 la bouteille de 75cl. Commandes possibles jusqu’au 14 juin. Les bouteilles seront disponibles en septembre ou en octobre.

Catégories
sans catégorie

e-commerce, mon amour

Yes, je fais partie des 10.000 e-commerçants belges ! Dixit Le Soir du 04 mai.

Comprenons-nous: je n’ai aucune ambition amazoniaque. Pas de fibre zalandesque. Mais, en l’absence d’un véritable magasin physique (le couple salon+ garage faisant office), le magasin virtuel s’impose.

Ce magasin virtuel a été lancé en août 2014. Coût total inférieur à 1.000 euros, grâce à la complicité de WordPress et d’Ecwid.

Selon Damien Jacob, consultant en e-commerce interviewé par Le Soir: « Certains pensent encore que lancer un commerce en ligne est plus confortable qu’un commerce traditionnel et que c’est possible avec 10.000 euros. Il faut au minimum le triple. »

Dont acte. En résumé, vous, mes clients, avez économisé 29.000 euros. En bon indépendant, je ne compte évidemment pas les dizaines (centaines ?) d’heures passées en recherche du bon outil, customisations diverses et variées, accrochage des wagons les uns aux autres, traductions, tests et résolution de problèmes.

Il me semble que mon bébé est beau, qu’il est pratique, efficace et simple d’utilisation. Un réflexe de parent, sans doute. N’empêche: à ma relative surprise, jamais expérimenté de pépin technique.

Lecteurs et clients potentiels, à vous de vérifier si mon discours fait sens. Soit vous possédez déjà des identifiants personnels (l’adresse e-mail via laquelle je communique avec vous + un mot de passe composé de 3 ou 4 chiffres, suivis par 2 lettres): il suffit alors de vous identifier.

Soit vous créez votre compte. Il y en a, montre en main, pour moins de trois minutes. La preuve:

magasin en-ligne 1

magasin en-ligne 2

magasin en-ligne 3

magasin en-ligne 4

magasin en-ligne 5

magasin en-ligne 6

Pour ce qui est du paiement, vous avez le choix entre le bon vieux virement bancaire et PayPal. Pour ce qui est de la livraison, jetez un œil ici.

Tout ceci fonctionne également via facebook.

magasin en-ligne 7

Questions, évaluations, suggestions…bienvenues !

Catégories
domaine

Botonero

Valtellina 2La Valtellina (Valtolina in lombardo, Vuclina in romancio) è una regione alpina, corrispondente al bacino idrico del fiume Adda a monte del lago di Como. Si trova nella regione Lombardia.

Rouge goûté récemment chez un collègue-importateur, approuvé immédiatement et sans réserves.

Petit cours de géo transalpine : on atterrit à Milan et on prend la direction du nord, vers Côme et Bergame. On poursuit vers le frontière suisse. Stop. On vient d’arriver en Valtellina, l’autre pays du cépage nebbiolo.

Botonero: couleur pâle, grande finesse, vinification traditionnelle, petits tannins doux, prêt à boire.

Rarement goûté un 100% nebbiolo de cette qualité à ce prix ! Le nebbiolo est aussi le cépage du Barolo dont la notoriété mondiale pousse les prix à la hausse.

Commandes jusqu’au jeudi 07 mai inclus. Vins disponibles samedi 09 mai, jour de dégustation.

Catégories
dégustation domaine

Côté cour: Luneau-Papin, côté jardin: Aupilhac

Viennent d’arriver, presqu’en même temps, les nouveaux millésimes de deux Domaines de grande réputation.

Côté cour: le Domaine Pierre Luneau-Papin, spécialiste des Muscadets de haut vol. Premier Domaine du Pays Nantais à avoir obtenu deux étoiles dans le guide des meilleurs Vins de France. La reconnaissance de longues années de travail qui ont mis en lumière la capacité des Muscadets à se hisser au diapason des plus grands vins.

La cuvée emblématique du Domaine
La cuvée emblématique du Domaine

Granite sur la commune de Vallet (Le L d’Or), gneiss à La Chapelle-Heulin (Les Pierres Blanches), serpentinite sur la Butte de la Roche (Terre de Pierre) et schistes dans la vallée de la Goulaine (Excelsior). Quatre terroirs différents, quatre cuvées pour en révéler les spécificités. Sans oublier le clin d’œil à la réputation du Français outre-Manche…Froggy Wine.

Les vins se goûtent fort bien durant leur jeunesse, mais possèdent également une grande capacité de vieillissement harmonieux. Avec le temps, leur profil se rapproche de celui d’un très bon Chablis: vivacité enrobée, salinité, éclat, complexité. Vous demandez à être convaincus ? N’hésitez pas à piocher dans ma collection de vieux millésimes: le Domaine commercialise encore des 2005, des 2007 et des 2009 tout-à-fait somptueux. Quantités extrêmement limitées.

Cerise sur le gâteau: les flacons sont magnifiques, grâce à une réflexion très aboutie sur le design de la verrerie et de l’étiquette. Ce n’est sans doute pas essentiel, mais cela contribue au plaisir de déposer un Luneau-Papin sur la table d’un beau repas.

A propos de repas, ne limitez surtout pas ces grands Muscadets à l’accompagnement des huîtres et autres fruits de mer: ils se marient à merveille avec volailles et viandes blanches. Et avec certains fromages.

Pour les huîtres, donnez la préférence à La Folle Blanche: prix angélique, accord paradisiaque.

Côté jardin: Le Domaine d’Aupilhac, la qualité en Languedoc depuis plus de 20 ans. Je me souviens fort bien de ma fascination pour la cuvée de pur carignan, millésime 1998. C’était sauvage, violacé, tannique et hyper-expressif. Proposer un vin de carignan à cette époque était d’ailleurs une sorte d’hérésie, puisque l’œnologie triomphante avait décidé d’arracher ce cépage rustique et décidément trop local.

Depuis lors, les choses ont bien changé: les vieux ceps ont été bichonnés et les jus de carignan se retrouvent dans maints assemblages languedociens.

Lou Maset rouge n’a jamais été aussi bon qu’en 2013, profitant à fond des qualités du millésime: équilibre souverain entre fruité méridional, bons petits tannins et fraîcheur. Pas l’ombre du soupçon d’une trace de lourdeur alcolico-solaire.

Terroir d'altitudeLes Cocalières, en rouge comme en blanc, progressent d’année en année, dans un style très frais, aérien, délicat, à l’antithèse des ‘haltérophiles sévèrement musclés’ qui se répandent sans vergogne, entre Narbonne et Montpellier. Le vignoble d’altitude, recréé par Sylvain Fadat il y a une quinzaine d’années, est une splendeur, parfaite union entre la nature et la main du vigneron.

Et que dire des Servières, pur cinsault issu de vignes centenaires…un naturel confondant, intensité et légèreté.

Le Domaine est en pleine forme !

Tous les vins sont disponibles dès à présent dans le magasin en-ligne. Ils sont proposés à la dégustation le samedi 09 mai (acte I) et le samedi 30 mai (acte II).

Catégories
sans catégorie

Le rosé, ce n’est pas du vin

Le rosé, ce n’est pas du vin. C’est un compromis bancal quand Madame mange du poisson et Monsieur de la viande.

Le rosé est partout. Il s’immisce dans nos cuisines et sur nos tables. Il coule dans nos verres et dans nos gorges. Il est saumon, fuchsia, orangé, voire presque incolore. C’est un métis. Il est fourbe et dissimulateur. 

Le rosé est au vin comme l’eau de rose à la littérature !

Quelle est la couleur préférée de Violetta (sic) et de Britney Spears ? de Pink ?

Ne dit-on pas couperosé (de frais), névrosé, nécrosé ? L’arthrose, c’est agréable ? Et la sclérose morose ? Et la tubercurose ?

J’entends dire que l’on tente de vous en vendre: osez dire non au rosé ! Rossez les infâmes vendeurs de rosé ! Niez leur prose ! Arrosez l’arroseur !

Je me calme. Les rosés sont arrivés. Il fait beau et chaud. A vous de jouer.

Catégories
sans catégorie

Croac….croaaac !

Catégories
sans catégorie

Fondrèche change de peau !

VentouxBon, les cuvées Persia, en blanc comme en rouge, ne changent pas: ça, c’est pour la continuité.

Par contre: exeunt (un exit, deux…) Nadal, Fayard, L’Eclat et l’Instant.

A partir de désormais et jusqu’à dorénavant, voici Fondrèche Blanc, Fondrèche Rosé et Fondrèche Rouge. Pas possible de faire plus simple.

En tous cas, les bouteilles ‘new look’ sont disponibles. Vive le Ventoux !

Catégories
sans catégorie

Les Chablis 2012 du Domaine Grossot sont arrivés !

J’avais profité de mon retour de Montpellier pour faire une halte à Chablis et y goûter le nouveau millésime avec Eve Grossot.

2012 est très intéressant, mais ne se révélera pleinement que sur la durée. Il y a de de la délicatesse, du caillou et de la matière. Une vivacité plus enrobée qu’à l’accoutumée.

Je vous propose dès à présent la cuvée du Domaine et les premiers crus Fourchaume, Vaucoupin et Côte de Troëmes. Ce dernier n’est pas élaboré tous les ans et lorsqu’il l’est, il est en général réservé aux clients de passage au caveau. Une occasion de découvrir les vins issus de cette petite parcelle située en rive gauche du Serein.

Vaucoupin (mon préféré) est magistral ! Voici tous les vins en stock.

Chablis carte Grossot

Catégories
sans catégorie

samedi 18 avril: 10 flacons à 10 euros !

Donnez-moi 15 euros et je vous sors toujours un lapin de mon chapeau. A ce prix, les pépites abondent. A condition bien entendu de piocher dans des appellations pas trop médiatisées. Cela dit, pour accompagner la bonne petite bouffe de demain soir, on cherche plutôt à se faire plaisir pour pas trop de sous.

Donnez-moi 5 euros et je vous transmets illico l’adresse des supermarchés les plus proches. Ou je vous recommande une bonne bière. Cela dit, pour accompagner la bonne petite bouffe de demain soir, on cherche plutôt à se faire plaisir pour pas trop de sous.

Avec 10 euros, je m’amuse. Et je partage mes trouvailles. Samedi 18 avril. De 10 à 18 heures.

Bourgogne Passetoutgrain, Ventoux, Muscadet, Chablis, St-Nicolas-de-Bourgueil, Languedoc,…

Le programme complet est ici.

PS: si cela ne vous tente pas, vous pouvez toujours vous rendre au Botanique. Quoique:

Par ce Salon, nous souhaitons aussi rappeler que le vin est un élément central de notre culture et doit, grâce à une consommation responsable, rester avant tout un art de vivre. Celui-ci se retrouvera certes pendant ces deux journées chez les artisans de produits de bouche également présents, mais aussi dans des causeries passionnantes sur et autour du vin (…) ou encore à travers une série d’auteurs ou de personnalités des médias pour qui la gastronomie et le vin sont des éléments essentiels de notre harmonie émotionnelle.

Indigent et indigeste. Si cela ne vous convainc pas:

Amis lecteurs, il vous reste une semaine pour récolter vos bouchons de liège et les amener au Salon des Vins. Ils seront collectés sur le stand du Soir et remis (…) à une asbl qui met au travail des chômeurs de longue durée en difficulté de réinsertion. Vos bouchons deviendront bientôt des panneaux d’isolation thermique. Comme quoi boire éthique, c’est possible !

Déprimant et vulgaire.

Je suggère à ce grand quotidien vespéral de consacrer toute son énergie à fournir à ses lecteurs une information de qualité, indépendante et non-commerciale.

Catégories
sans catégorie

28

001Choisir, c’est renoncer. Je n’ai pas renoncé, donc je n’ai pas choisi. Comprenne qui pourra.

Conclusion: il y a 28 vins à goûter ce samedi. Comme le proclame le grand poète Michelin: Nunc est bibendum.

Ce ‘Tour de Gaule‘ passe par la Loire (Bourgueil, Sancerre, Côtes du Forez), la Bourgogne (Irancy, Rully, Bouzeron), le Beaujolais (Morgon, Moulin-à-Vent), l’Alsace, le Jura, la Provence (Terre de Camargue, Coteaux d’Aix-en-Provence), le Languedoc, le Sud-Ouest (Fronton, Côtes de Duras) et le Rhône. Ouf.

Pas mal de nouveautés: une jolie syrah ‘jeunes vignes’ de François Villard, le délicieux Gamay sur Volcan 2014 de Gilles Bonnefoy, les Bouzeron 2013 et Rully 2013 de Stéphane Briday, le Bourgogne Côte Chalonnaise 2013 de Fabrice Masse, le riesling Tradition 2013 de Mélanie Pfister, les Raisins Gaulois 2014 de Mathieu Lapierre, les deux Coteaux d’Aix-en-Provence du Domaine Les Béates, les magnifiques chardonnays (ouillé et non-ouillé) du Domaine Pignier, …

Voici le programme complet.

Rendez-vous aux Brigittines ce samedi 14 mars à partir de 10 heures et, non-stop, jusqu’à 18 heures. Pas plus tard, parce que le restaurant accueille ses premiers clients dès 19 heures.

On déguste au bar ou on s’installe à une table. Je ne prévois pas à manger, mais rien n’interdit de réserver une table pour le soir. Du moins s’il reste de la place.

Parking rue des Brigittines et rue des Ursulines, de part et d’autre de la gare de Bruxelles-Chapelle. Météo fraîche avec un petit vent du nord-est qui donnera envie de se réfugier dans la douce chaleur du restaurant.

Il y aura quelques centaines de bouteilles à emmener tout de suite. Ce qui serait épuisé pourra être réservé pour mise à disposition ultérieure.

Ni cartes de débit, ni cartes de crédit, mais des distributeurs de billets tout près: rue Haute n° 30 et rue Joseph Stevens n°2. Si on se connaît, paiement comme d’hab.

Catégories
sans catégorie

Dégustation du samedi 14 mars: rendez-vous aux Brigittines !

Brigittines 2
Les Brigittines : Place de la Chapelle 5 à 1000 Bruxelles

…ça y est, Anthocyane joue en déplacement !

Pourquoi venir aux Brigittines ?

  • parce que c’est place de la Chapelle et pas ‘outre-canal’
  • parce que jeter un coup d’œil à l’endroit est déjà un bon moment
  • parce qu’il y aura beaucoup de (bons) vins à goûter
  • parce que je le vaux bien…
Catégories
sans catégorie

Fascinant !

ChavanneHier soir, séance du Cercle Œnologique de l’ULB (‘vino vincere tenebras’ – sic).

180 étudiant(e)s installés dans le Chavanne (je n’y avais plus mis les pieds depuis …1983) dans une ambiance studieuse, enfin estudiantine.

Il faut le voir pour le croire ! Et tout ça fonctionne comme sur des roulettes: présentation sur grand écran et dégustation de 6 vins du Languedoc. Pain, eau et crachoirs. Carte géographique pour tout le monde. Et même des verres pour ceux qui auraient oublié le leur. € 10 pour participer.

On goûte un vin issu du cépage hybride chenanson (une curiosité qui gagne à rester peu connue), une syrah d’Ardèche vachement boisée (ah, l’Ardèche…banlieue -très- éloignée du Languedoc…), deux vins réussis du Clos du Serres (domaine intéressant de St-Jean-de-la-Blaquière), un St-Chinian 2013 riche et extrait (dirais-je alcooleux ?) et, pour conclure, le Minervois La Ciaude 2010 d’Anne Gros & Jean-Paul Tollot.

Ce dernier vin, malgré son prix (€ 20) et un degré alcoolique élevé (14,5% sur l’étiquette) convainc grâce au soyeux et au velouté de sa bouche d’inspiration bourguignonne. Beaucoup de fruit (cassis), un boisé ‘chic’ pas trop envahissant et une belle longueur.

Conclusion: bonne soirée, rafraîchissante pour un dégustateur de 50 balais. Une autre ambiance, d’autres codes. Par contre, le Chavanne n’a pas beaucoup changé. Le bâtiment U non plus d’ailleurs…

WP_20150303_005