Catégories
dégustation

Rouge vif !

Tout est prêt, je vous attends ! Une dégustation consacrée cette fois aux vins rouges, deux exceptions se chargeant de confirmer la règle.

Dégustation d’une quinzaine de vins, sélectionnés avec passion et discernement, ce samedi 14 octobre, entre 10 et 18 heures. Autour du bar et pas en terrasse vu que c’est l’automne et qu’il va pleuvoir et que cela plaît aux champignons. Ambiance décontractée et informelle. 

Commandes à me transmettre au plus tard le mardi 17 octobre, mise à disposition des vins fin octobre.

Donc deux vins blancs pour entamer les hostilités: un vin galicien, en appellation Rias Baixas (Espagne atlantique), le classique Leirana, en millésime 2022. Anthocyane a proposé tous les millésimes depuis 2018 et il n’y a aucune raison de vous priver du dernier-né ! Au moment d’écrire ce texte, il me reste 3 bouteilles de Leirana 2021. Puis le long voyage vers l’est pour faire halte en appellation Soave (Vénétie, près de Vérone et du lac de Garde) pour le Classico du Domaine Suavia, en millésime 2021. Les sœurs Tessari détiennent une baguette magique pour élaborer des vins blancs de très haut niveau (Monte Carbonare, Massifitti, …), mais c’est déjà très bon en entrée de gamme. Attention, ces vins ne hurlent pas leurs qualités, ils les murmurent. Ils convainquent mieux à table qu’en dégustation pure.

Rouge vif donc ! Restons d’abord en Vénétie pour découvrir le millésime 2022 du Valpolicella Classico du Domaine Speri, puis le 2020 de ce même domaine Speri, sur la cuvée haut de gamme Sant’ Urbano. Ce dernier n’a pas besoin d’être défendu, il s’impose tout naturellement à la dégustation, dans un style que l’on peut résolument qualifier de “petit Amarone“: c’est suave, soyeux, sec et profond. Le “simple” Valpo vaut le détour, en particulier considérant son prix: en échange de peu de sous, on reçoit un fruit bien mûr, un jus enthousiasmant et (presque) pas d’alcool – 12,5%.

Voici Amigos 2021, un assemblage de cinq cépages (tempranillo, grenache, graciano, syrah et cabernet sauvignon) en provenance du centre de l’Espagne (Castilla La Mancha). Puissant, juteux et tannique, il fera un excellent compagnon pour la viande rouge. Le Domaine Torre de Barreda tire son épingle du jeu dans cette vaste région qui produit énormément de vins assez quelconques.

Il y aura aussi un petit coin de Vienne, l’affluent de la Loire le long de laquelle s’étend le vignoble de Chinon: on goûte Les Granges 2021 du Domaine Baudry qui a pour excellente habitude réussir toutes ses cuvées, de la plus simple jusqu’à la plus complexe. Je me suis rendu compte récemment que j’avais négligé de faire goûter cette entrée de gamme qui mérite pourtant d’être mise en avant, dans un style frais typique du millésime.

Domaine Les Bosquets à Gigondas. Ce Côtes du Rhône 2022 est un gros coup de cœur: lorsque je l’ai goûté en mai, j’ai noté: couleur pâle, typiquement grenache. Nez joyeux, souriant, affriolant. En bouche, texture soyeuse, presque pas de tannins. Petite pointe de chaleur (14,5%). Vin du sud, direct et sans détours. Le grenache est complété avec 15% de syrah et 5% de mourvèdre.

Nous repartons vers la Galice. Pas la Galice atlantique (voir Leirana ci-dessus), mais la Galice continentale, en appellation Ribeira Sacra. Le Domaine s’appelle Castro Candaz: c’est un projet issu de la collaboration entre deux très grands noms dans le vignoble espagnol: Rodrigo Mendez et Raul Perez. Ils élaborent dans cette région austère, connue pour les pentes vertigineuses dans lesquelles sont plantés les ceps du cépage mencia, des vins rouges d’une surprenante finesse et d’une forte personnalité. Je vous propose de goûter le millésime 2021 de la cuvée de base (parfois appelée “joven“, même si cette mention ne figure pas sur l’étiquette) et le millésime 2019 de la cuvée parcellaire Finca el Curvado. Si ces deux vins vous plaisent et que vous êtes disposés à casser (un peu) votre tirelire, faites moi signe: la cuvée “grand cru” du Domaine Castro Candaz vaut le voyage !

En 2014, Anthocyane a proposé le Barbera d’Alba du Domaine Francesco Rinaldi (c’était le moment du millésime 2012). Depuis lors, millésime après millésime, ce vin s’est positionné comme une valeur sûre dans l’assortiment. Le vin est élaboré par les filles de Francesco, Piera et Paola. Vous aimez les vins charnels, sensuels, pleins de fruit et peu tanniques ? Le cépage barbera a manifestement été créé pour vous ! Bondissez sur ce 2020 avant qu’il ne s’échappe !

Richeaume. Domaine imprévisible. Souvent, les élevages me paraissent excessifs, ostentatoires, bêtement chics. J’ai l’impression d’un homard que l’on tartine de mayo: il y a quelque chose de précieux, mais c’est invisibilisé par une couche de bois qui simplifie, assèche et banalise. Et puis, il y a Frida: quand Richeaume est réussi, alors c’est très réussi. Vraiment très réussi. Je me souviens de ce Grenache 2018 qui m’avait explosé au visage (c’est une image) lorsqu’il s’écoula entre mes lèvres avides. Et bien, c’est rebelote avec ce Carignan 2021: nez distingué avec un vrai grand fruit, bouche juteuse et profonde, avec des tannins justes, sans la moindre sécheresse. Elevage, vous avez dit élevage ? Il brille par son absence. Une ode à ce cépage, notoirement capable du meilleur comme du pire. Il se dit que ce vin serait sans sulfites ajoutés, à très peu de chose près. Ah oui, j’allais oublié, nous sommes en Provence, près d’Aix.

Le Chianti Classico de Riecine fait également partie des valeurs sûres de l’assortiment. Ce 2021 se signale à notre attention par un taux alcoolique plutôt bas pour la région: 13,5%. A noter également que Riecine est à présent officiellement bio. Un excellent sangiovese sans concession à la mode des vins très extraits, très colorés, très boisés. Ici on recherche l’équilibre et la fraîcheur, sans utiliser de bois neuf. Si ce vin vous plaît et que vous êtes disposés à casser (un peu beaucoup) votre tirelire, faites moi signe: parmi les grandes cuvées du Domaine, il y en a une qui est absolument exceptionnelle !

Au printemps dernier, j’ai coorganisé et participé à un voyage dans La Rioja, voyage qui a fait étape au Domaine Roda. En fin de dégustation, nous avons pu goûter les vins que ce Domaine élabore dans une autre appellation, à savoir Ribera del Duero. J’avoue que j’étais sur mes gardes, de nombreuses dégustations de Ribera del Duero m’ayant laissé quelques souvenirs peu agréables. Et pourtant. Il y a donc moyen d’élaborer sur ce terroir des vins avec une vraie “buvabilité”, un dosage pertinent du bois, une puissance contrebalancée par de la finesse aromatique. Cela s’appelle Corimbo et nous goûterons le millésime 2018.

Enfin, un Rioja. Certes, mais un Rioja assez atypique: cela ne ressemble ni aux vins traditionnels (Lopez de Heredia, La Rioja Alta) ni aux vins modernes (Artuke, Roda). Peut-on alors affirmer que ce vin se situe entre tradition et modernité ? Non, de mon point de vue, il se situe ailleurs. Il incarne le dynamisme de La Rioja, région qui bouge dans tous les sens, y compris les moins prévisibles. Bref, Jose Gil est un original qui ne se réfère pas à des modèles existants, il créé ses propres vins. En particulier deux vins de villages: Labastida et San Vicente. En goûtant les 2021, j’ai pensé à la …Bourgogne. Et il se fait que Jose Gil a effectivement fait un stage en Bourgogne. Les vins ne sont pas bon marché. De toute façon, il y en a très peu.

Catégories
dégustation

Moments magiques

J’ai goûté à quelques minutes d’intervalle les deux doublettes ci-dessous. Le Piémont d’abord, la Corse ensuite.

Moments magiques.

Vietti est un célèbre producteur de Barolo (100% nebbiolo), mais il se débrouille aussi bien avec l’autre grand cépage rouge du Piémont, la barbera. Les 2019 volent vraiment très haut. La version classique de Vigna Scarrone (c’est-à-dire jeunes vignes, enfin, tout est relatif, elles ont été plantées il y a 30 ans) donne instantanément le sourire, la bouche est charmeuse, aussi pleine que précise, équipée de gentils petits tannins. Pas la moindre sensation d’un alcool excessivement chaleureux (malgré 15%). La parfaite incarnation du cépage.

Le village de Castiglione Falletto: c’est chez Vietti.

La version issue des vignes âgées de 90 ans, Vigna Vecchia Scarrone, est extraordinaire. Nez ensorcelant, floral et encens. Enorme finesse (ce n’est ni plus riche, ni plus puissant que la version classique), tannins plus présents. On a quitté le cépage pour arriver dans le terroir de Barolo. Les vieilles vignes transmettent le sol. Fermons les yeux, est-ce vraiment de la barbera ou serait-ce plutôt du nebbiolo camouflé ?

Fascinant !

Vaccelli est un domaine de l’ouest de la Corse qui brûle les étapes: créé en 1961, encore peu connu il y a dix ans, il porte aujourd’hui vaillamment ses deux étoiles dans le guide de la RVF. Pour ce millésime 2018, les vins sont vendus sous appellation Ajaccio.

La cuvée Unu, considérée comme une entrée de gamme, est néanmoins impressionnante par sa capacité à conjuguer puissance et finesse, typicité sudiste et fraîcheur. Très peu de couleur (sans doute 100% sciaccarellu, mais je n’en suis pas certain), très peu de tannins, finale serrée et tendue. Quelque chose d’aérien.

Cognocoli-Monticchi: c’est chez Vaccelli.

Que dire alors de la cuvée Granit ? Couleur très pâle (vraiment très pâle), nez d’un autre monde, hors du champ habituel du vin rouge. Extrême finesse et grande longueur, épicé, pas fruité. Intense et aérien (en néerlandais, je dirais gewichtloos). Fines nuances oxydatives qui pourraient évoquer le Porto Tawny (mais où va-t-il le chercher ?).

Fascinant !

Catégories
blanc domaine

Coppo La Rocca, Gavi, 2018

Le texte ci-dessous est intégralement pompé d’un e-mail rédigé il y a quelques mois par un commerçant en vin. Circonstance atténuante, le commerçant dont question, c’est moi.

Coppo est un domaine familial créé à la fin du XIXème siècle. Il se situe à Canelli, dans le Piémont, entre Alba et Asti. Il propose une large gamme de vins effervescents, de vins rouges en appellation Barbera d’Asti et un Moscato d’Asti.

Leur cuvée haut de gamme Pomorosso est une habituée des Tre Bicchieri, la récompense suprême délivrée par le guide Gambero Rosso.

La cuvée L’Avvocata les a obtenus pour son millésime 2017. Malheureusement, lors de la dégustation chez l’importateur, L’Avvocata 2018 ne se goûtait pas très bien. Je serai attentif à 2019.

Par ailleurs, Coppo gère depuis fort longtemps, en appellation Gavi, une propriété du nom de Tenuta La Rocca. Gavi est une DOCG (dénomination d’origine contrôlée et garantie …mamma mia !) qui se situe plus à l’est. C’est toujours le Piémont, mais la Ligurie et Gênes font plus que pointer leur nez. Le cépage cortese est ici sur son terrain de prédilection: Gavi et cortese font manifestement très bon ménage. Ailleurs, ce cortese a la réputation d’être à l’origine de vins un peu simples.

La Rocca, ce sont des vignes en altitude (320 mètres), en exposition sud et sud-est, sur terroir marno-calcaire. Vendanges manuelles, pratiques dans l’esprit du bio et de la biodynamie (sans certification), fermentation malolactique non-effectuée pour conserver la fraîcheur, élevage en cuves inox (pas de bois). 13%.

Le vin est floral et minéral. Une p’tite touche de citron et de miel. Souriant et aérien. Délicat, équilibré et tonique. Parfaitement sec. Un très bel apéro !

J’en ai en stock en ce moment. € 13 les 750 grammes. Livré dans une bouteille en verre, avec un bouchon et une collerette.

Catégories
domaine rouge

Cavallotto, Barbera d’Alba, 2008

Contre-étiquette d’une rare précision, la traduction étant de mon cru:

Elaboré avec le cépage barbera, provenant à 100% du vignoble Cuculo, propriété de la famille Cavallotto, situé dans la commune de Castiglione Falletto, au lieu-dit Bricco Boschis. Vignoble d’une superficie de 1,86 hectare, 8.928 ceps, les vignes étant en moyenne âgées de 45 ans. Coteaux d’exposition Ouest et Sud-Ouest. Altitude comprise entre 250 et 310 mètres. Production de 12.400 bouteilles, en moyenne annuelle.

J’ai servi ce Barbera d’Alba 2008 légèrement rafraîchi pour prendre en compte un degré d’alcool de 14%. Quel beau vin ! La robe est jeune, sans nuances orangées. Au nez, je perçois en particulier des parfums qui évoquent le jambon fumé: à l’aveugle, j’aurais peut-être parié sur une syrah. Les différents éléments constitutifs de ce vin sont en harmonie, fondus, intégrés les uns aux autres. Difficile alors d’analyser séparément les tannins, la fraîcheur acide, la douceur de l’alcool. Ce qui me frappe, c’est une “union qui fait la force”.

L’élevage de ce vin a été effectué, pendant +/- 24 mois, en “botti di rovere”, foudres de grande contenance: pas de barriques !

Le site Internet du Domaine affiche une carte du vignoble: le vignoble del Cuculo s’y colore de vert prairie. Cette carte me rappelle le voyage pendant lequel cette bouteille a été achetée. Je me souviens en particulier de la vue extraordinaire, depuis la terrasse de la cantina, sur le vignoble du Domaine Cavallotto: un magnifique amphithéâtre de vignes, à l’esthétique émouvante.

village de Castiglione Falletto

Bouteille achetée au Domaine, au printemps 2012, pour € 16. Cela vaut largement son prix.