L’Etoile plein les yeux…

Pupillin. Mon camp de base durant ce séjour dans le Jura. Le village surplombe son vignoble. Des maisons vigneronnes tout le long de la rue principale, opportunément nommée rue du Ploussard.

La mairie, l’église et le restaurant: c’est le Grapiot et j’y reviendrai.

Fruitiers en fleurs, météo radieuse (du moins le mercredi et le jeudi) et accueil très sympathique chez Dominique et Valérie, à la maison d’hôtes ‘La Part des Anges‘.

Des rencontres avec Valérie Closset, Julien Mareschal, Nicole Deriaux, Chantal Berthet-Bondet, Damien & Anne-Laure Petit et Benoît Badoz.

Six domaines qui expriment la grande diversité du vin jurassien.

Histoire (Badoz à Poligny, dixième génération depuis 1659) et création (La Borde existe depuis 2003).

Surprenante belgitude (les vignes de ce qui s’appelle aujourd’hui ‘Champ Divin’ ont été reprises par un couple namuro-libramontois) et racines profondément franc-comtoises.

Propriétés à la taille d’un homme et grands vignobles (la Maison Désiré Petit exploite 25 hectares de vignes).

Biodynamie (Champ Divin) et conversions bio.

Rouges, blancs secs, blancs liquoreux, blancs ‘typés’ (typé = caractère oxydatif), bulles, rosés et mistelles (le Macvin).

Château-Chalon, Côtes du Jura, Arbois-Pupillin et L’Etoile.

Pentacrines, ouillage, clavelins et naturé.

Il ne faudra pas longtemps avant de retrouver des vins du Jura dans les propositions d’Anthocyane !

Compte-rendu de ma visite au Domaine de La Borde

Compte-rendu de ma visite au Domaine Badoz