La colère de Taranis

17 juin: orage de grêle sur Vouvray. Presque tous les villages de l’appellation sont touchés. A Reugny, des vignes sont détruites à 100%.

Philippe Foreau, du Clos Naudin : « Je ne suis pas dans les plus touchés. Mais, chez certains confrères, les bois sont marqués d’une manière incroyable par l’impact de grêle. Je pense à eux, qui sont frappés à 100%.

Je n’ai jamais vu un tel cas de figure. Certains disent qu’il faut remonter à 1930 pour un épisode pareil. La difficulté, c’est que les bois qui restent ne seront pas forcément fructifères. On est en plus dans un métier où de nouvelles normes ont été demandées pour les bâtiments par exemple, sont coûteuses et imposent des emprunts lourds aux jeunes. Sans compter qu’avec le temps, les risques de mildiou sont énormes. Il faut donc nettoyer les ceps un à un. Vraiment, c’est incroyable : on a retrouvé un lièvre, un corbeau et un chevreuil morts… 

Mais je ne suis pas le plus à plaindre. Un voisin m’a dit que des fils de fer neuf ont été rompus par la grêle. J’ai longtemps été insouciant en regard du ciel. Depuis quelques années, je dois dire que je m’en préoccupe de plus en plus. »

Situation très difficile au Domaine François Chidaine.

18 juin: orage de grêle à Cahors. 200 à 250 hectares de vignes impactées.

19 juin: 25 à 30 mm de pluie en 5 minutes à Fronton. 200 à 300 hectares de vignes impactées.

09 juillet: orages violents sur la Drôme. Les vignobles de Crozes-Hermitage sont lourdement affectés. logo orage

23 juillet: orage de grêle en Côte de Beaune: Pommard, Aloxe-Corton, Volnay, Meursault, Beaune, Savigny-lès-Beaune et Pernand-Vergelesses particulièrement touchés. 1.350 hectares concernés, soit 5% du vignoble bourguignon.

« Il est tombé plus de 60 mm d’eau. Le vent a projeté les grêlons contre la végétation. Et ça a tourbillonné pendant 45 minutes », rapporte Jean-Pierre Guillemot, du domaine Pierre Guillemot, à Savigny-lès-Beaune.

26 juillet: violents orages sur la Gironde. Le clocher de l’église de Pauillac est tombé, à cause de rafales de vent mesurées à 165 kms/heure.

26 juillet: le vignoble champenois est touché par des orages de grêle à Saint-Thierry et à Hermonville (là où se situent les vignes de Francis Boulard).

Simplement quelques mots de soutien à tous les vignerons qui voient des mois et des années de travail réduits en bouillie en quelques minutes.

En Touraine, 2012 n’avait déjà pas été facile (gelées printanières). Je me souviens d’un vigneron m’expliquant qu’un millésime avec une (très) petite récolte, ça fait mal mais ça passe. Il me disait aussi que 2013 ne pourrait en aucun cas ressembler à 2012…

Une vigne blessée, détrempée est fragile. Elle va nécessiter beaucoup de soins. Et donc beaucoup de travail supplémentaire. Bon courage !