e-commerce, mon amour

Yes, je fais partie des 10.000 e-commerçants belges ! Dixit Le Soir du 04 mai.

Comprenons-nous: je n’ai aucune ambition amazoniaque. Pas de fibre zalandesque. Mais, en l’absence d’un véritable magasin physique (le couple salon+ garage faisant office), le magasin virtuel s’impose.

Ce magasin virtuel a été lancé en août 2014. Coût total inférieur à 1.000 euros, grâce à la complicité de WordPress et d’Ecwid.

Selon Damien Jacob, consultant en e-commerce interviewé par Le Soir: « Certains pensent encore que lancer un commerce en ligne est plus confortable qu’un commerce traditionnel et que c’est possible avec 10.000 euros. Il faut au minimum le triple. »

Dont acte. En résumé, vous, mes clients, avez économisé 29.000 euros. En bon indépendant, je ne compte évidemment pas les dizaines (centaines ?) d’heures passées en recherche du bon outil, customisations diverses et variées, accrochage des wagons les uns aux autres, traductions, tests et résolution de problèmes.

Il me semble que mon bébé est beau, qu’il est pratique, efficace et simple d’utilisation. Un réflexe de parent, sans doute. N’empêche: à ma relative surprise, jamais expérimenté de pépin technique.

Lecteurs et clients potentiels, à vous de vérifier si mon discours fait sens. Soit vous possédez déjà des identifiants personnels (l’adresse e-mail via laquelle je communique avec vous + un mot de passe composé de 3 ou 4 chiffres, suivis par 2 lettres): il suffit alors de vous identifier.

Soit vous créez votre compte. Il y en a, montre en main, pour moins de trois minutes. La preuve:

magasin en-ligne 1

magasin en-ligne 2

magasin en-ligne 3

magasin en-ligne 4

magasin en-ligne 5

magasin en-ligne 6

Pour ce qui est du paiement, vous avez le choix entre le bon vieux virement bancaire et PayPal. Pour ce qui est de la livraison, jetez un œil ici.

Tout ceci fonctionne également via facebook.

magasin en-ligne 7

Questions, évaluations, suggestions…bienvenues !