Grignan

paysage à La Roche St-Secret

paysage à La Roche St-Secret

J’ai eu l’occasion de participer hier à une dégustation des vins de l’appellation Grignan-les-Adhémar. Petit exercice de redondance positive: j’ai écrit: « Grignan-les-Adhémar ».

En termes géographiques, nous sommes au sud de Montélimar, en Drôme provençale. Plus au sud et plus à l’est de l’appellation, commencent les Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône-Villages.

Cette appellation portait le nom « Coteaux du Tricastin » jusqu’en 2009. L’image plutôt négative de la centrale nucléaire du même nom ont convaincu les vignerons de changer de nom. Opération périlleuse, puisque l’on s’oblige à repartir d’une page blanche.

Les vignerons s’étaient mis d’accord pour choisir « Grignan », nom bref, susceptible d’être mémorisé et allusion subtile au château où la Marquise de Sévigné écrivit quelques quintaux de lettres, passées à la postérité.

Malheureusement, une cave coopérative a refusé de donner son aval, prétextant une possible confusion avec l’obscure igp « Méditérannée Comté de Grignan ». Et donc, ce fut officiellement Grignan-les-Adhémar, la famille Adhémar, seigneurs de Montélimar pendant le Moyen-Âge, complétant le nom du village.

Dont acte. A partir d’ici, j’utilise « Grignan » et nous nous comprendrons fort bien.

Une douzaine de Domaines ont fait le déplacement jusqu’à Bruxelles pour faire goûter leurs millésimes. Organisation impeccable et dégustation vraiment intéressante: les rouges sont en général des assemblages de grenache et de syrah. De temps à autre, le cinsaut et le carignan complètent la palette. Les blancs, fort minoritaires, comportent régulièrement une forte proportion de viognier, complété par la roussanne, la marsanne, le grenache blanc et tutti quanti.

Les vins ont l’accent du sud (il ne manquerait plus que ça) sans que l’alcool ne nuise à leur équilibre. C’est ensoleillé mais pas opulent, la syrah apportant sa pierre à l’édifice.

Quelques vins passés en barrique m’ont semblé moins convaincants, marqués par des arômes mentholés et par la sucrosité du bois…mais il en faut pour tous les goûts.

Le Domaine de Montine à Grignan propose le blanc Gourmandises 2012, assemblage de 6 cépages, frais et très sympathique et le rouge Emotion 2011, 50% grenache & 50% syrah, fin et précis malgré ses 14%. On ne recherche pas l’opulence.

Philippe Fabrol (photo empruntée au blog "Les 5 du Vin"

Philippe Fabrol (photo empruntée au blog « Les 5 du Vin »)

Le Domaine Bonnetto-Fabrol à La Garde-Adhémar (agriculture biologique) propose une belle gamme, sans point faible. J’ai beaucoup aimé un blanc de roussanne et viognier. Magnifique rouge Héritage (syrah à quasi 100%), élevée en cuves. Le Côtes-du-Rhône Mas Vincente, cinsaut et grenache, est fort réussi dans sa catégorie.

Le Domaine du Serre des Vignes à La Roche-Saint-Secret (agriculture biologique) représente l’extrême-est de l’appellation, sorte d’enclave au sein des Côtes-du-Rhône. Deux beaux rouges « sans bois » combinent un fruit pur avec une finale dense et serrée. Cela commence joyeux et cela finit plus sérieux: une combinaison que j’adore ! La cuvée Mas de Merlère, 50% syrah & 50% grenache est particulièrement réussie.

La dégustation des vins du Domaine de Grangeneuve à Roussas commence par les Dames Blanches du Sud, le blanc qui m’a fait la meilleure impression durant cette dégustation: c’est à la fois d’un accès facile, d’une belle fraîcheur et d’une aromatique joyeuse. Assemblage de viognier, roussanne, marsanne et grenache blanc.

Le rouge Tradition est un classique simple qui ne déplaira à personne.TENTATION de la Marquise

Tentation de la Marquise, outre une jolie étiquette, est le fruit (mûr) d’une collaboration avec un jeune vigneron qui travaille en bio: à lui la viticulture, Grangeneuve se chargeant des vendanges, de la vinification et de la commercialisation.

On finit sur une très belle cuvée La Truffière (quasi 100% de syrah), épicée à souhait.