2012 en Muscadet: un grand millésime !

Fred, pendant Millésime Bio

Fred, pendant Millésime Bio

Entre Le Domaine de L’Ecu et le Domaine P. Luneau-Papin, il y a exactement 2,8 kilomètres: tout droit en passant devant le lycée agricole, un virage à gauche, un virage à droite. On y est. Facile. C’est d’ailleurs exactement comme cela que j’avais procédé il y a un an.

Cette année, il y avait 770 kilomètres entre L’Ecu (Millésime Bio à Montpellier) et P. Luneau-Papin (Salon des Vins de Loire à Angers). Ouais…Bien joué, Philippe !

Bref, le 28 janvier, je commence mon marathon montpelliérain chez Fred Niger Van Herck. Je suis très touché par Orthogneiss 2012, énergique, combinant à merveille gras et fraîcheur, salin et légèrement tannique. Taurus 2011 bénéficie d’un élevage « à la bourguignonne » de 6 mois en fûts de chêne, après 10 mois en cuve souterraine. C’est élégant, mais évidemment destiné soit à un long carafage, soit à quelques années de repose en cave.

Je découvre une nouvelle cuvée, à savoir Carpe Diem, commercialisé en Vin de France. Graphiquement, on est dans la lignée de Taurus, avec la reproduction d’un vitrail (de la cathédrale de Chartres ?).

Par contre, on oublie le bois et on passe à l’amphore !amphores

14 mois passés dans la terre cuite, le contenant des vins antiques. Une autre façon de permettre la micro-oxygénation du vin. Et de le stabiliser sans utilisation de soufre.

ქვევრი: ça, c’est du géorgien. En caractères latins, cela donne « qvevri ». Et en français, amphore ou jarre en terre cuite. Dans le Caucase, cette forme particulière d’élevage du vin est pratiquée depuis plusieurs millénaires. Quelques vignerons slovènes, italiens et français -et non des moindres-expérimentent l’amphore depuis quelques années: Philippe et Alain Viret, Yves Canarelli, Sébastien David, Christophe Peyrus, …

Et dans la bouteille ? Carpe Diem est un vin déroutant, doté d’une forte acidité et d’une présence impressionnante. Un aller simple vers un autre univers. Une vibration intense. Le vin est stabilisé mais le dégustateur est déstabilisé. Merci, Fred !

Et ce n’est pas fini, voici venir Marguerite, tout aussi Vin de France que Carpe Diem. On change de cépage (gros-plant, encore appelé Folle Blanche), élevage en cuve inox, sans soufre ajouté. Un nez très original, une bouche avec de la mâche, une belle intensité et 11% d’alcool.

Avant de passer aux rouges (si, si…), encore un Granite 2012 ample, ensoleillé, épicé.

Aucun parmi ces vins n’est destiné à une consommation rapide, au coin du comptoir. On peut, sans risque de se tromper, parier sur de belles, voire de longues gardes. Et sur des évolutions vers beaucoup de complexité.

.

Quelques jours et 770 kilomètres plus tard, je commence une (trop courte) visite au Salon des Vins de Loire par un arrêt prolongé au stand Luneau-Papin. Comme j’arrive à l’ouverture du Salon, tout n’est pas encore en place, mais la bonne humeur de Pierre Luneau-Papin et de son épouse compense largement.

Rare occasion de goûter 4 terroirs différents en échantillons « brut de cuve » du millésime 2013, qui ne sera mis en bouteilles qu’à la fin du printemps.

Froggy 3Et hop, on attaque les vins en bouteille avec Froggy Wine 2012, nouvelle cuvée qui réussit brillamment l’équation « Muscadet = glouglou ».

Décalé, rigolo, festif …et vinifié avec tout le talent que l’on est en droit d’attendre du Domaine.

Vendanges manuelles, vignes de 25 ans, exposition sud. A boire là, maintenant, tout de suite. Bouche croquante sur les agrumes.

Prix de vente très sympathique. Difficile de prôner la modération…

Les Pierres Blanches 2012: vignes de 55 ans, terroir de gneiss: lors de la dégustation, je parie que la comparaison avec Gneiss 2012 de l’Ecu sera très instructive ! Nouvelle bouteille et nouvelle étiquette: très clââsse !

La Butte de la Roche

La Butte de la Roche

Terre de Pierre 2012 est du niveau du millésime 2010, c’est-à-dire magnifique. A noter que le millésime 2011 n’a pas été élaboré, en raison d’une qualité jugée insuffisante. Terroir de serpentinite, sur la Butte de la Roche. C’est complexe, cristallin, tendu, salin et précis.

Classique parmi les classiques, la cuvée Le L d’Or a profité du millésime pour muer: ici également, nouvelle bouteille et nouvelle étiquette. Le L d’Or 2012 a tout pour plaire, en particulier si on lui accorde un repos en cave de quelques années.

Vous préférez ne pas attendre ? Qu’à cela ne tienne: voici Le L d’Or 2005 qui offre sa complexité et son fondu aux amateurs moins patients. Des nuances légèrement pétrolées, qui peuvent faire penser à un riesling. Une occasion finalement pas si courante d’acquérir une belle bouteille au moment où elle est à son apogée.

Je suggère la comparaison avec Granite de L’Ecu, vu la similitude des terroirs.

excelsiorLa cuvée Excelsior 2010 est en quelque sorte la contribution du Domaine à la création de « crus » en Pays Nantais: vignes de plus de 75 ans, exposition plein sud, levures indigènes, parcelle en surplomb de la rivière Goulaine (lieu-dit La Plécisière), élevage de 3 ans sur lies (aucun bois).

Pour être goûté jeune, le carafage s’impose ! Gardez-le 5 ans en cave et servez-le à l’aveugle entre quelques beaux blancs de Bourgogne, Chablis 1er cru par exemple.
Et que le meilleur gagne !

.

La plupart de ces vins sont en dégustation le samedi 15 mars, de 10 à 18 heures.

Magasin en-ligne