visite au Domaine Paul & Eric Janin

Eric Janin

Eric Janin

10h30. Jeudi 24 janvier. Il gèle et le vent du nord n’arrange rien. Nous sommes à La Chanillière, sur la commune de Romanèche-Thorins.

Cela ne vous dit rien ? Un indice: le vignoble est dominé (altitude: 258 mètres) par un moulin. Un moulin-à-vent…

…Moulin-à-Vent, l’un des 10 crus du Beaujolais et sans doute le plus célèbre.

Eric Janin me reçoit dans un petit caveau sympathique, juste à côté des fûts où le beaujolais blanc finit tranquillement sa seconde fermentation, dite ‘malo-lactique’: des bactéries transforment petit-à-petit l’acide malique, naturellement présent dans le jus de raisin, en acide lactique, plus faible que l’acide malique. Ainsi, l’acidité du vin diminue.

Pour ceux qui souhaiteraient rafraîchir leurs connaissances en chimie organique: COOH-CHOH-CH2-COOH ⇒ COOH-CHOH-CH3 + CO2 + énergie. Cette réaction se déroule plus facilement lorsque la température se monte à +/- 20 degrés, d’où le petit radiateur électrique qui réchauffe la pièce…et qui nous fait bénéficier de la chaleur qu’il produit pendant notre dégustation !

Dégustation ? Nous commençons par le Beaujolais-Villages rouge ‘Les Jumeaux’ 2011. Parfaitement bien en place, harmonieux, équilibré. Quelle belle ‘entrée de gamme’ ! Petite parcelle, avec la conséquence que le vin est épuisé à la vente. Dommage.

Un amateur savoyard nous rejoint. Nous passons à la cuvée emblématique du domaine: le Moulin-à-Vent ‘Les Vignes du Tremblay’. Puis les deux cuvées parcellaires: le Clos du Tremblay et la nouvelle cuvée Les Greneriers (premier millésime en 2009, vignes centenaires).

Le Clos du Tremblay

Le Clos du Tremblay

Sur ce millésime 2011, Greneriers paraît déjà prêt, alors que Le Clos mérite incontestablement de passer quelques années dans une bonne cave. J’ai le souvenir de l’inverse sur le millésime 2010. Comme quoi, deux terroirs différents et deux météo’s différentes produisent des vins…différents !

Nous finissons par la cuvée de blanc: Beaujolais-Villages Les Jumeaux (100% chardonnay). De jeunes vignes, avec un élevage qui le rend consensuel et accessible. Bon et produit en petites quantités. Donc, épuisé à la vente.

Eric Janin n’est pas un ‘obsédé du tout bio’: il ne cache pas l’utilisation de levures sélectionnées (non-aromatiques) pour donner un coup de main aux levures indigènes. Cela dit, vendanges manuelles, très peu de soufre, composts agréés bio, etc…

Les pratiques et les vinifications sont traditionnelles, inspirées par le père et le grand-père d’Eric. Evolution, pas révolution. Un style serein et classique.

Le millésime 2012, comme pour tant d’autres domaines, est avant tout caractérisé par de très faibles rendements. Peu de vin donc. Ne laissons pas passer les 2011…

Domaine Paul & Eric Janin